Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Super Défis
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Politique

Libournais : le rapprochement Bordeaux Métropole-Cali marque un tournant

Alain Anziani et Philippe Buisson à Libourne le 18 septembre

Pour la première sortie du nouveau Président de la Métropole hors de son territoire, le symbole est fort. Alain Anziani a rencontré Philippe Buisson à Libourne ce jeudi pour évoquer la collaboration entre la métropole bordelaise et le Libournais. Partie d’une main tendue par Alain Juppé, alors Maire de Bordeaux, à Philippe Buisson, cette coopération territoriale prend un tout autre sens. Autonomie alimentaire, mobilité, développement économique et touristique, plusieurs dossiers sont sur la table, à l’image du RER Métropolitain, qui effectuera ses premiers trajets en fin d’année 2020.

« La Communauté d’Agglomération du Libournais (Cali) est une partie des solutions aux problèmes métropolitains ». Philippe Buisson, Maire de Libourne et Président de la Cali a réservé un accueil plus que chaleureux à Alain Anziani, Président de Bordeaux Métropole. « Nous n’habitons pas la Métropole, mais elle est à nous, poursuit l’élu libournais. On y travaille, on y consomme, nos enfants étudient là-bas, nous sommes des partenaires permanents ». La convention de coopération entre le Libournais et Bordeaux Métropole est importante pour les deux Présidents, au sortir de deux crises majeures. Sanitaire d’abord, « qui est loin d’être terminée » précise Philippe Buisson, mais aussi celle des Gilets Jaunes, qui a marqué la fin d’année 2018 et l’année 2019. « L’heure est désormais à la solidarité, la coopération et à la résilience », affirme l’élu libournais.

Les crises successives questionnent la perception de la collaboration des territoires pour les deux élus. « La Métropole doit-elle être une forteresse ? » questionne Alain Anziani. Pour l’élu socialiste, la réponse est évidemment non. « Nous ne devons pas nous enfermer, reprend le Président de Bordeaux Métropole. Il faut s’aérer, faire sauter la Ligne Maginot et s’ouvrir aux territoires, à commencer par le libournais, qui est une petite métropole avec quelques difficultés en moins ».

Mobilité et logement étudiant

Pour Alain Anziani et son homologue libournais, plusieurs dossiers sont d’ores et déjà en route. Parmi eux, le RER Métropolitain, cher à Philippe Buisson, reliant le Libournais au campus sans passer par la Gare Saint Jean. « Un étudiant pourra désormais vivre à Libourne et se rendre à la fac sans se lever à 5h30 », avance le Maire de Libourne. Ce dernier en profite pour balayer l’ambition de devenir un territoire universitaire. « Ce n’est pas la prétention de la Cali, rassure t-il. En revanche le Libournais va devenir une solution aux problèmes d’hébergements étudiants de la Métropole, à l’image du projet de logement étudiant sur les quais, qui sera suivi par d’autres complexes ». Ainsi, le Président de la Cali annonce qu’une réflexion est en cours – entre la Région, le Département, la SNCF la Métropole et la Cali – pour proposer un ‘package’ logement et transport à moins de 500 euros par mois sous deux ans. Les premiers trajets du RER Métropolitain sont prévus pour la fin d’année 2020 à raison de sept liaisons par jour, avant un renforcement progressif de l’offre de transport.

Technowest, économie du fleuve et alimentation

Autre thème du rapprochement entre le Libournais et la Métropole : le développement économique. « Au delà de la coopération politique, nos deux institutions pourront bénéficier des outils de l’autre, précise Philippe Buisson. Je pense notamment à l’A’urba pour l’urbanisme et à Technowest ». Sur Bordeaux Technowest, une antenne libournaise ouvrira dans les semaines à venir. Elle abritera une pépinière de start-ups spécialisées dans l’alimentation et le vin. Toujours dans le thème de l’alimentation, Philippe Buisson veut faire du Libournais un « territoire de maraîchage et de circuits courts » et permettre, avec le soutien de la Métropole, de participer à l’autonomie alimentaire des deux territoires « qui ne dépasse pas les 48h dans la Métropole », glisse Alain Anziani. Ainsi, plusieurs espaces de maraîchages sont en cours d’élaboration à Génissac, Lapouyade et Saint-Ciers-d’Abzac.

Pour les élus métropolitains et communautaires, il faut utiliser les fleuves. « Nous avons de superbes fleuves, l’estuaire et des rivières, mais nous les sous-utilisons, regrette Alain Anziani. En termes de transport, de fret et de tourisme, ce sont des outils incroyables ». Le constat est le même pour Philippe Buisson : « il faut conforter le tourisme fluvial et relancer l’économie des fleuves ». Ainsi, la gouvernance du Port de Libourne sera bientôt transférée à la Cali, pour en faire un outil propre et symbole du rayonnement du territoire. Gabi Höper, conseillère communautaire en charge du tourisme fluvial, affirme « qu’au delà de la Dordogne, l’Isle fera également l’objet d’une revalorisation ».

Yoan Denéchau

Photo: YD

Publié le 18/09/2020

Retour page d'accueil