Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Plan de soutien
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Culture

Miyazaki s'invite à Aubusson

 Le banquet du Sans visage, issus du voyage de Chihiro

Le Japon s’invite dans la Creuse ! La cité internationale de la tapisserie d’Aubusson a annoncé son nouveau projet à la MECA de Bordeaux ce 16 octobre, intitulé « l’imaginaire d’Hayao Miyazaki en tapisserie d’Aubusson ». Pour ce faire, elle a signé une convention avec le studio Ghibli Inc. Un projet de tenture qui comportera 5 tapisseries, dont une optionnelle, et qui durera entre 3 et 4 ans.

« Une cité qui, après avoir osé réinterpréter l’art graphique de Tolkien, va aujourd’hui à la rencontre d’un des maitres de l’animation moderne: Miyazaki », raconte Valérie Simonet, présidente de la Cité internationale de la tapisserie. Qui ne connaît pas l’incontournable Princesse Mononoké ou le Voyage de Chihiro? Ces incroyables tapisseries reprendront des extraits de films du maitre de l’animation, Hayao Miyazaki. « Il est communément acquis pour tous que Miyazaki est sensible à une vision féministe et écologiste du monde. Face à l’adversité, les héros doivent se défendre et prendre leur destinée en main. N’est-ce pas le cas d’un département tel que le notre? », poursuit-elle lors de la présentation du projet. 

Une deuxième tenture-évènement 

Avant de s’attaquer à Miyazaki, la cité de la tapisserie a déjà tenu le projet « Aubusson tisse Tolkien ». Un projet qui, débuté en 2017, prendra fin à l’automne 2021 et comprend 14 tapisseries ainsi qu’un tapis. Il tourne autour de quatre ouvrages du célèbre auteur et illustrateur : Les Lettres du Père Noël, Le Silmarillion, Bilbo le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux. C’est donc deux ans après, en juillet 2019, qu’Emmanuel Gérard, directeur de la Cité internationale de la tapisserie et son équipe signent cette convention avec le studio Ghibli, « l’imaginaire d’Hayao Miyazaki en tapisserie d’Aubusson ». La volonté de ces choix s’articule autour du voyage. « Tisser des liens entre les studio Ghibli et la cité n’est-ce pas au fond croiser le 7eme art et l’artisanat d’art ? Un enjeu probablement jamais encore exploré, en tout cas pas pour nous à Aubusson », exprime Madame la présidente. L’ensemble de ces tapisseries est destiné à renouveler l’art du tissage à Aubusson, en s’adressant aux jeunes générations. « Notre objectif est de tisser des liens entre le Japon et Aubusson, redécouvrir ou faire connaître la tapisserie et le département de la Creuse. Oser captiver et conquérir de nouveaux publics, plus jeune », explique Valérie Simonet. Ces deux évènements répondent aux objectifs de développement économique, culturel et d’attractivité du territoire de la Creuse. Ce projet est fait en partenariat avec la communauté de communes Creuse Grand Sud, le Département de la Creuse, la Région Nouvelle-Aquitaine, l’Etat et le Feder (Fonds européen de développement régional).  

Emmanuel Gérard, directeur de la Cité internationale d'Aubusson et Valérie Simonet, présidente de la Cité, présente le projet avec Miyazaki

Des tapisseries d’envergure

Le premier tissage est une illustration du film Princesse Mononoké, qui s’intitulera Ashitaka soulage sa blessure démoniaque. « Le tissage va commencer début 2021, on aimerait bien arriver à la terminer dans l’année. On est en train de voir si on ne pourra pas la proposer à la sélection de la saison de la France au Japon, prévue fin 2021 jusqu’au printemps 2022 », explique le directeur de la Cité. Cette première tapisserie fera 23m². La réalisation des autres oeuvres se succèdera. Le banquet du Sans visage, issus du voyage de Chihiro, qui aura lieu de mi-2021 à mi-2022 avec une taille de 22,m². La troisième Le Château ambulant, avec une réalisation de début 2022 à début 2023 et 25m². La quatrième La peur de Hauru débutera début 2022 avec une fin du tissage prévue mi-2023 et fera presque 17m². « C’est la plus petite tapisserie, mais on va avoir un tissage plus fin puisqu’il y a tout un travail préparatoire. On est très attentif à ce que la laine ait toujours les mêmes couleurs, qu’on ait la meme finesse de tissage. C’est la seule qui aura un tissage plus fin pour avoir tous les détails », raconte Emmanuel Gérard. Vous vous rendez compte de l’envergure de ces pièces? Plus grandes qu’un studio parisien !

Un espace dédié au projet à ouvert au sein de la Cité de la tapisserie. Le projet s’achèvera fin 2023.

Mélanie Philips

Photo: Aqui.fr

Publié le 22/10/2020

Retour page d'accueil