Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Métropole

Bordeaux : premier conseil municipal de l’année tendu

Conseil Municipal de Bordeaux Octobre 2020

C’est le retour dans l’hémicycle pour les élus municipaux. Dans une ambiance électrique, illustrée par une passe d’armes entre Nicolas Florian et Pierre Hurmic, une partie de l’opposition fustige l’absence de débats municipaux sur des sujets forts et d’actualité. Avant cela, les élus municipaux ont débuté leur séance par un hommage à Emmanuelle Ajon, décédée en décembre dernier, « dont la ténacité et l’engagement sont une inspiration pour tous les élus locaux que nous sommes, peu importe le bord politique », pour Pierre Hurmic. Le conseil municipal a également élu Véronique Seyral adjointe déléguée à la vie des quartiers prioritaires.

Les esprits se sont rapidement échauffés pour ce premier conseil municipal de l’année. Lors de précédents conseils, le groupe Renouveau Bordeaux a régulièrement regretté l’absence de débats sur des « dossiers majeurs, qui plus est quand ils sont d’actualité ». Ce mardi, Thomas Cazenave a renouvelé ce regret, faisant référence à la sécurité et la Rue Bordelaise – projet d’artère commerçante entre la Gare et les Quais prévu dans le cadre de l’aménagement du quartier Euratlantique.

Si le Maire de Bordeaux balaie d’un revers le sujet de la sécurité en affirmant qu’un débat « viendra », il s’agace sur la rue bordelaise, mettant en cause son prédécesseur, Nicolas Florian. « Il me manquait des informations sur l’avancement du projet, que je n’ai obtenues qu’en devenant président de l'EPA Euratlantique, en octobre 2020, se justifie Pierre Hurmic. Si nous n’avons pas pu avoir de débat, c’est parce que le précédent président d’Euratlantique – monsieur Florian – n’était pas présent au conseil d’administration de 2019 où les membres ont voté le caractère irréversible du dossier ». Dans une tentative de réponse avortée par son successeur, Nicolas Florian a tenu à souligner au Maire de Bordeaux qu’il a le pouvoir de « bloquer l’avancée du projet le temps d’organiser un débat », avant de quitter la salle du conseil avec le reste de la droite, qui dénonce « un déni de démocratie ».

Véronique Seyral nommée adjointe

Le ton redescendu, le conseil municipal a pu (enfin) s’attaquer à l’ordre du jour. Pierre Hurmic a soumis au vote la nomination de Véronique Seyral au rang d’adjointe. Élue sans encombre, elle aura la charge de la vie dans les quartiers prioritaires. La nouvelle adjointe a déjà fait part de sa détermination. « Il y a urgence à travailler sur la situation dans les quartiers, affirme Véronique Seyral. On va faire sauter les cloisons érigées pour séparer ces lieux du reste de la ville et mettre l’accent sur la porosité des quartiers ». Le Maire de Bordeaux a par ailleurs annoncé que Stéphane Pfeiffer récupérerait la délégation de l’habitat, détenue par la regrettée Emmanuelle Ajon, « en plus des missions sur l’emploi et l’économie sociale et solidaire qu’il remplissait jusqu’à maintenant ».

Écologie et résilience alimentaire : « on veut marquer le pas »

Pierre Hurmic l’avait annoncé dans ses vœux : les urgences sanitaires, économiques et sociales n’excluront pas l’écologie de l’action municipale. Ainsi les élus municipaux ont voté plusieurs points chers à la majorité. Le conseil a par exemple adopté le renforcement de la participation de la Mairie au capital de la société d’autopartage Citiz. Sur le sujet de l’autonomie alimentaire, la Ville signe des partenariats avec une dizaine d’associations pour l’implantation d’autant de jardins partagés en ville.

« Ces jardins partagés sont la première étape de notre action sur la résilience alimentaire », annonce la conseillère municipale Eve Demange. En effet, la majorité municipale prépare une feuille de route sur ce thème. Cette dernière permettrait par exemple d’installer des maraîchers sur le territoire municipal et de créer des jardins partagés dans des lieux abandonnés. « Nous comptons mobiliser les citoyens dans l’animation de ces jardins, sans eux, ces démarches ne peuvent aboutir », affirme Didier Jeanjean, adjoint chargé de la nature en ville. Toujours dans le domaine de l’écologie urbaine, les élus bordelais rencontreront Rob Hopkins, initiateur du mouvement international des villes en transition, le premier février prochain. « Nous aurons l’occasion de profiter de son expertise pour imaginer la ville résiliente de demain », précise Pierre Hurmic.

Yoan Denéchau

Photo: Mairie de Bordeaux

Publié le 27/01/2021

Retour page d'accueil