Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Economie

La pression monte à Ford Blanquefort

Ford

Ils étaient près de 1 000 salariés de Ford Blanquefort à avoir débrayé ce mardi 15 mars pour réclamer un projet industriel assurant l'avenir du site. Exaspérés de l'abscence de projets de Ford, les syndicats menacent de lancer une "grosse action" s'ils n'obtiennent pas rapidement des réponses. Le jour était symbolique. En même temps, avait lieu une audioconférence entre élus du Comité d'entreprise (CE) et la direction de Ford Europe à Cologne (Allemagne).

"Nous voulons que Ford Europe s'engage sur un projet industriel "structurant, capable d'assurer l'avenir de First Aquitaine Industrie (FAI)". Tel est le message que l'intersyndicale CGT-CFDT-CFTC-FO a fait passer aujourd'hui à la direction européenne de Ford lors d'une audioconférence. L'exaspération est palpable depuis plusieurs semaines au sein de l'usine de Blanquefort. Les syndicats voient difficilement aujourd'hui comment il sera possible de garder les 1 600 salariés du site. Pire, ils s'inquiètent même des départs en préretraites envisagés dans le cadre d'un plan de départs volontaires concernant 336 personnes et demandent des garanties. En effet, les syndicats exigent 75% du salaire, avec un plancher de 1.100 euros et une indexation sur le coût de la vie. "Il n'est pas logique que le plan de départ soit fait avant le projet" industriel, déplore Philippe Poutou, secrétaire CGT de FAI.

Ultimatum lancé à la direction
Afin d'être pris au sérieux, les syndicats ont fixé un ultimatum à la direction. "Si nous n'avons pas de réponse mercredi à 9 heures, nous allons mener jeudi une grosse action", assure le syndicaliste.
"Lorsque nous avons repris le site, nous avions indiqué que nous le reprenions pour lui donner une activité majeure", a dit à l'AFP un porte-parole de Ford, expliquant que le groupe était "à la recherche d'un projet qui puisse générer 1.000 emplois sur le site". "Différentes pistes" sont à l'étude et un projet devrait être dévoilé "dans les mois qui viennent", a-t-il promis. Pour mémoire, repris à Ford en février 2009 par HZ Holding, le site de Blanquefort a finalement été racheté par le constructeur américain fin 2010. Or, cette année, la production des boîtes de vitesse pour Ford va cesser et c'est le principal marché de l'usine. Sa survie est plus que jamais en suspens.

                                                                                                                          Nicolas César

Crédit photo : Ford

Nicolas César

Photo: Ford

Publié le 15/03/2011

Retour page d'accueil