Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Culture

Du 17 au 21 octobre, Le Bouscat (33) rend hommage à Juan Ramon Jiménez

Juan Ramon Jiménez

Figure incontournable de la littérature espagnole, source d'inspiration pour de nombreux poètes et écrivains hispanophones et prix Nobel de littérature 1956, le poète espagnol Juan Ramon Jiménez (1881-1958) a vécu au Bouscat à l'âge de 20 ans. C'était il y a 110 ans. Une découverte surprenante, faite il y a peu par les animateurs de la médiathèque du Bouscat et de l'Institut Cervantès de Bordeaux, qui leur a donné la bonne idée de consacrer une semaine à ce personnage haut en couleurs. A travers des rencontres, des expositions, des lectures et des concerts, la ville du Bouscat accueille donc, du 17 au 21 octobre, une série d'animations chargées de faire découvrir l'histoire de cet auteur hors du commun en insistant notamment sur son court passage en Gironde, où il a tout de même écrit le recueil « Rimas » et le poème « Le Vieux Parc » parlant du Parc de la Chêneraie.

Décrit par Federico Garcia Lorca, l'un de ses plus illustres disciples, comme un « poète troublé par une terrible exaltation de son moi » l'andalou Juan Ramon Jiménez est toujours considéré en Espagne comme unauteur majeur. Du fait de sa poésie très travaillée, faisant l'éloge d'un idéal de beauté et d'une poésie « pure » détachée de tout engagement, il est encore très apprécié des jeunes, qui apprennent encore « Platero y yo » dans les écoles du pays. Modèle éthique et esthétique pour l'ensemble des poètes espagnols et latino-américains, sa popularité est telle qu'il est appelé par son prénom, duquel les espagnols ontmême tiré un adjectif qualifiant le style qui est le sien. Ainsi, à la manière de la pensée dite « cartésienne » ou « platonicienne » la poésie « juanramonesque » continue d'animer les écrivains espagnols.

Une vie d'exil et de poésie
Si la vie a amené cet artiste au Bouscat, ce n'est pas un hasard. Après le décès de son père, le jeune Juan Ramon, âgé de 20 printemps à peine, est touché psychologiquement et va, sur les conseils d'amis de la famille, suivre une thérapie au Castel d'Andorte chez le Docteur Gaston Lalanne spécialiste des « maladies de l'esprit ». Sentant en son patient un potentiel émotionnel et un bouillonnement intellectuel très forts, le Dr Lalanne interdit à Juan Ramon d'écrire de la poésie. Une recommandation que le poète en devenir va bien sûr enfreindre, ce qui lui vaudra - en plus de sa liaison amoureuse avec l'épouse du Dr Lalanne - d'être vite renvoyé de l'établissement.Revenu en Espagne il est ensuite obligé d'en partir pendant la Guerre, allant aux Etats-Unis pour notamment y enseigner, puis à Porto Rico où il achèvera sa vie, livrant de nombreux recueils qui inspireront à distance les idéaux de ses compatriotes.
 
Des poèmes inédits
En association avec Carmen Hernandez-Pinzon, la nièce de Juan Ramon Jiménez, avec la fondation Zenobia-Juan Ramon Jiménez et avec l'Institut Cervantes, la ville du Bouscat a donc décidé, suite à la découverte du passage de Juan Ramon sur son territoire, d'honorer, 110 ans après, sa venue. Pour l'occasion de nombreuses personnalités venues d'Espagne, en plus de la descendance du poète et du Consul d'Espagne, seront présentes durant la semaine et commémoreront les liens entre Juan Ramon Jiménez et la ville du Bouscat.
Principal temps fort de la semaine, une conférence animée par des philologues et des historiens des deux pays traitera de la vie de l'auteur, de son œuvre et de son apport à la culture espagnole. Elle aura lieu à l'Ermitage-Compostelle le mercredi 19 octobre à 19heures. Ce même jour, à 10 heures, une lecture de son œuvre la plus connue « Platero et moi » sera effectuée pour les jeunes et moins jeunes désireux de (re)découvrir ce conte andalou, devenu un classique de la littérature espagnole. La lecture sera accompagnée d'un concert, inspiré par l'histoire de Jiménez et par sa poésie, réputée pour être très portée sur la musicalité Enfin, toujours à l'Ermitage, une exposition permanente (ouverte du 17 au 21 octobre) retracera la vie de Juan Ramon, s'attardant notamment sur son passage au Castel d'Andorte et présentant des poèmes inédits. L'ensemble de cette manifestation en hommage à Juan Ramon Jiménez marque le début du cycle culturel "Le Bouscat, une ville à lire" destiné à mettre en valeur le patrimoine historico-littéraire de la région.
 
Image : ftosete
Plus d'informations sur http://www.mairie-le-bouscat.fr
Aymeric Bourlot

 

Aymeric Bourlot

Photo: ftosete

Publié le 17/10/2011

Retour page d'accueil