Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | 2015 : l'année de deux élections territoriales très politiques

04/01/2015 | Départementales en mars, les 22 et 29, Régionales en décembre à des dates non encore non fixées

L'assemblée régionale d'Aquitaine

Départementales en mars, les 22 et 29, Régionales en décembre à des dates non encore non fixées mais il ne pourra y en avoir d'autres que les 5 et 12 ou 12 et 19 : l'année qui commence sera marquée par deux rendez vous électoraux concernant les départements dans leur périmètre actuel et les régions dans leur nouvelle configuration. S'agissant de l'Aquitaine, sans savoir encore si elle conservera sa dénomination actuelle, le territoire qui regroupe désormais douze départements sera l'enjeu d'une bataille politique dont il est difficile de mesurer, dès aujourd'hui, le contenu et les contours. Mais on pressent qu'elle ne sera pas moins rude que pour l'autre élection, celle des conseils départementaux.

Les départements ont failli disparaître ; ils sont toujours là. Le pouvoir central qui avait annoncé leur disparition après l'échéance de 2021 était quelque peu coincé, à la fois pour des questions de rapport de forces au sein du parlement, en l'occurrence du Sénat qui en a fait un casus belli, mais aussi parce qu'il était en pleine contradiction avec ses engagements précédents : la diminution de moitié du nombre des cantons... mais le doublement de celui des conseillers pour cause de généralisation de la parité. Des promesses, faites à Pau par le premier ministre, on attendra l'accouchement définitif de la réforme territoriale, et notamment des compétences maintenues au département et de celles transférées à la région, pour évaluer avec plus de discernement l'avenir des deux assemblées.

Mais, d'ores et déjà, il est permis de souligner la singularité des deux élections, issues pour l'essentiel des modes de scrutin, et par voie de conséquence de s'interroger surs les perspectives politiques qui peuvent en découler. En effet, le discours actuel généralement répandu et objet de sempiternelles répétitions est le suivant : les français se servent des élections intermédiaires pour exprimer leur désapprobation au président et au gouvernement, il faudrait donc s'attendre, après les municipales, à deux votes sanction, une manière de bérézina pour la gauche...Voire

 Départementales: le premier scrutin binominalConsidérant les départementales; il faut rappeler que le scrutin sera, ces 22 et 29 mars, binominal, les électeurs choisissant un homme-une femme, leurs deux suppléants étant d'ailleurs également homme et femme. Les choix seront évidemment politiques mais ne seront pas que politiques. D'abord, parce que les élus cantonaux incarnent souvent une autre proximité que celle du député par exemple. Les sortants qui peuvent faire valoir les résultats concrets de leur action, disposent de quelques atouts; le bémol en ce printemps viendra de l'agrandissement des circonscriptions qui rendra l'élection plus ouverte que par le passé. Sera-t-elle plus politique pour autant ? En ce début de 2015 on notera qu'une fois le budget voté, les communes vont être, malgré le contexte général, objet de beaucoup d'attentions dans les deux mois qui viennent ; le département étant un fidèle pourvoyeur d'aides et ceci sans trop s'attarder sur les étiquettes politiques.

En Aquitaine dont les cinq départements sont détenus par la gauche, trois le sont de longue date, la Gironde, les Landes et la Dordogne. Les Pyrénées-Atlantiques et le Lot-et-Garonne ayant basculé plus récemment. Les fiefs de Phillipe Madrelle, de Bernard Cazeau et Henri Emmanuelli sont évidemment des bastions que la droite rêve de conquérir, en s'appuyant ici et là, surtout dans les Landes, sur des découpages cantonaux qui pourraient la favoriser. Reste que de l'engagement des chefs de file qui ne manquent d'ailleurs pas de distinguer leur bilan qu'ils rappellent favorable, notamment en matière de solidarité, de celui du gouvernement, peut faire la différence.

Régionales: les "dangers" de la proportionnelle pour la gauche

Pour les Régionales dont le mode de scrutin est de liste, à la proportionnelle avec prime à la liste majoritaire l'équation à résoudre est à deux inconnues. La première et sans doute la plus délicate est celle  du risque d'abstention importante. En effet, il va falloir beaucoup d'imagination pour construire des programmes, à la fois décentralisés et assez fédérateurs pour mobiliser les électeurs. La représentation des élus d'origine départementale, au sein de la collectivité régionale qui n'est déjà, aujourd'hui, que peu identifiable par l'électeur va devoir être mise en évidence. Ce sera d'autant plus nécessaire que le vote à la proportionnelle dont on voit l'impact majeur qu'il peut avoir dans une élection générale, comme les européennes l'ont montré, risque, plus que pour les départementales d'amplifier le fameux vote sanction.

La seconde inconnue, à moins que ce ne soit la première, tient à l'identité des nouvelles régions. Quand on pense qu'il aura fallu plus de trente ans pour esquisser une manière d'identité à l'Aquitaine ou du moins pour que son nom entre, simplement, dans le langage commun d'un habitant de la Dordogne ou des Landes, on mesure le chemin à parcourir pour donner le la à un aussi vaste territoire que celui qui va désormais du Béarn à la Creuse ou de la Charente-Maritime à la Corrèze. Et pourtant aussi important cela sera-t-il la campagne électorale ne pourra se résumer à proposer les grandes lignes d'un nouveau développement économique : il faudra y ajouter une pincée d'utopie et faire découvrir les richesses, y compris culturelles, de pareille diversité. Le défi s'annonce de taille, à commencer pour l'actuelle majorité de gauche conduite par Alain Rousset qui n'a pas tardé à afficher sa convergence de vues avec ses homologues de Poitou-Charentes et Limousin. Beaucoup dépendra aussi du leadership de la droite dans l'Aquitaine nouvelle. L'actuel président ne manquera pas, comme il le fait déjà, de revendiquer son engagement personnel et un bilan qu'on lui reconnaît, à l'exception de sa détermination à poursuivre la LGV vers l'Espagne. Qui, face à lui avec une personnalité assez forte pour incarner une alternative ? L'actuel président du conseil général de Charente-Maritime, et ancien ministre, Dominique Bussereau qui est facilement prosélyte de Bordeaux et de la nouvelle région, et repart en campagne dans son département, détient sans doute la réponse. De toute façon ces élections régionales seront inévitablement très politiques avec une UMP façon Sarkozy qui voudra, lui, engranger des succès à quelques mois du grand débat des primaires présidentielles.

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1802
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Paul MR | 05/01/2015

Doit-on vraiment parler d'élections politiques? Le terme "partisan" semble plus adapté. Plus qu'aucun autre vote, les conditions des élections départementales favorisent les partis traditionnels qui disposent d'antennes locales et peuvent négocier entre cantons pour leur binôme. Les initiatives citoyennes qui ont pu émerger à l'échelle municipale auront beaucoup plus de difficulté à se mettre en place dans ces conditions... Au final par exemple, seuls 3 conseillers généraux sont sans étiquette en Dordogne, et que l'UMP et le PS représentent 80% des élus. On peut y ajouter l'âge moyen de 60 ans, la parité étant le seul critère remis en cause (93% d'hommes auparavant). Difficile d'y voir une quelconque représentativité au regard des résultats des élections européennes. Et quand on voit le niveau de débat et de divergence entre les candidats aux élections sénatoriales, on se demande ce qu'il y a de politique à cela. Et les quelques partis alternatifs ne disposent pas souvent de moyens suffisants pour faire émerger d'autres listes... Ce ne sont pas ces élections qui vont changer la donne, malheureusement.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !