aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | 2015 : l'année de deux élections territoriales très politiques

04/01/2015 | Départementales en mars, les 22 et 29, Régionales en décembre à des dates non encore non fixées

L'assemblée régionale d'Aquitaine

Départementales en mars, les 22 et 29, Régionales en décembre à des dates non encore non fixées mais il ne pourra y en avoir d'autres que les 5 et 12 ou 12 et 19 : l'année qui commence sera marquée par deux rendez vous électoraux concernant les départements dans leur périmètre actuel et les régions dans leur nouvelle configuration. S'agissant de l'Aquitaine, sans savoir encore si elle conservera sa dénomination actuelle, le territoire qui regroupe désormais douze départements sera l'enjeu d'une bataille politique dont il est difficile de mesurer, dès aujourd'hui, le contenu et les contours. Mais on pressent qu'elle ne sera pas moins rude que pour l'autre élection, celle des conseils départementaux.

Les départements ont failli disparaître ; ils sont toujours là. Le pouvoir central qui avait annoncé leur disparition après l'échéance de 2021 était quelque peu coincé, à la fois pour des questions de rapport de forces au sein du parlement, en l'occurrence du Sénat qui en a fait un casus belli, mais aussi parce qu'il était en pleine contradiction avec ses engagements précédents : la diminution de moitié du nombre des cantons... mais le doublement de celui des conseillers pour cause de généralisation de la parité. Des promesses, faites à Pau par le premier ministre, on attendra l'accouchement définitif de la réforme territoriale, et notamment des compétences maintenues au département et de celles transférées à la région, pour évaluer avec plus de discernement l'avenir des deux assemblées.

Mais, d'ores et déjà, il est permis de souligner la singularité des deux élections, issues pour l'essentiel des modes de scrutin, et par voie de conséquence de s'interroger surs les perspectives politiques qui peuvent en découler. En effet, le discours actuel généralement répandu et objet de sempiternelles répétitions est le suivant : les français se servent des élections intermédiaires pour exprimer leur désapprobation au président et au gouvernement, il faudrait donc s'attendre, après les municipales, à deux votes sanction, une manière de bérézina pour la gauche...Voire

 Départementales: le premier scrutin binominalConsidérant les départementales; il faut rappeler que le scrutin sera, ces 22 et 29 mars, binominal, les électeurs choisissant un homme-une femme, leurs deux suppléants étant d'ailleurs également homme et femme. Les choix seront évidemment politiques mais ne seront pas que politiques. D'abord, parce que les élus cantonaux incarnent souvent une autre proximité que celle du député par exemple. Les sortants qui peuvent faire valoir les résultats concrets de leur action, disposent de quelques atouts; le bémol en ce printemps viendra de l'agrandissement des circonscriptions qui rendra l'élection plus ouverte que par le passé. Sera-t-elle plus politique pour autant ? En ce début de 2015 on notera qu'une fois le budget voté, les communes vont être, malgré le contexte général, objet de beaucoup d'attentions dans les deux mois qui viennent ; le département étant un fidèle pourvoyeur d'aides et ceci sans trop s'attarder sur les étiquettes politiques.

En Aquitaine dont les cinq départements sont détenus par la gauche, trois le sont de longue date, la Gironde, les Landes et la Dordogne. Les Pyrénées-Atlantiques et le Lot-et-Garonne ayant basculé plus récemment. Les fiefs de Phillipe Madrelle, de Bernard Cazeau et Henri Emmanuelli sont évidemment des bastions que la droite rêve de conquérir, en s'appuyant ici et là, surtout dans les Landes, sur des découpages cantonaux qui pourraient la favoriser. Reste que de l'engagement des chefs de file qui ne manquent d'ailleurs pas de distinguer leur bilan qu'ils rappellent favorable, notamment en matière de solidarité, de celui du gouvernement, peut faire la différence.

Régionales: les "dangers" de la proportionnelle pour la gauche

Pour les Régionales dont le mode de scrutin est de liste, à la proportionnelle avec prime à la liste majoritaire l'équation à résoudre est à deux inconnues. La première et sans doute la plus délicate est celle  du risque d'abstention importante. En effet, il va falloir beaucoup d'imagination pour construire des programmes, à la fois décentralisés et assez fédérateurs pour mobiliser les électeurs. La représentation des élus d'origine départementale, au sein de la collectivité régionale qui n'est déjà, aujourd'hui, que peu identifiable par l'électeur va devoir être mise en évidence. Ce sera d'autant plus nécessaire que le vote à la proportionnelle dont on voit l'impact majeur qu'il peut avoir dans une élection générale, comme les européennes l'ont montré, risque, plus que pour les départementales d'amplifier le fameux vote sanction.

La seconde inconnue, à moins que ce ne soit la première, tient à l'identité des nouvelles régions. Quand on pense qu'il aura fallu plus de trente ans pour esquisser une manière d'identité à l'Aquitaine ou du moins pour que son nom entre, simplement, dans le langage commun d'un habitant de la Dordogne ou des Landes, on mesure le chemin à parcourir pour donner le la à un aussi vaste territoire que celui qui va désormais du Béarn à la Creuse ou de la Charente-Maritime à la Corrèze. Et pourtant aussi important cela sera-t-il la campagne électorale ne pourra se résumer à proposer les grandes lignes d'un nouveau développement économique : il faudra y ajouter une pincée d'utopie et faire découvrir les richesses, y compris culturelles, de pareille diversité. Le défi s'annonce de taille, à commencer pour l'actuelle majorité de gauche conduite par Alain Rousset qui n'a pas tardé à afficher sa convergence de vues avec ses homologues de Poitou-Charentes et Limousin. Beaucoup dépendra aussi du leadership de la droite dans l'Aquitaine nouvelle. L'actuel président ne manquera pas, comme il le fait déjà, de revendiquer son engagement personnel et un bilan qu'on lui reconnaît, à l'exception de sa détermination à poursuivre la LGV vers l'Espagne. Qui, face à lui avec une personnalité assez forte pour incarner une alternative ? L'actuel président du conseil général de Charente-Maritime, et ancien ministre, Dominique Bussereau qui est facilement prosélyte de Bordeaux et de la nouvelle région, et repart en campagne dans son département, détient sans doute la réponse. De toute façon ces élections régionales seront inévitablement très politiques avec une UMP façon Sarkozy qui voudra, lui, engranger des succès à quelques mois du grand débat des primaires présidentielles.

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
837
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Paul MR | 05/01/2015

Doit-on vraiment parler d'élections politiques? Le terme "partisan" semble plus adapté. Plus qu'aucun autre vote, les conditions des élections départementales favorisent les partis traditionnels qui disposent d'antennes locales et peuvent négocier entre cantons pour leur binôme. Les initiatives citoyennes qui ont pu émerger à l'échelle municipale auront beaucoup plus de difficulté à se mettre en place dans ces conditions... Au final par exemple, seuls 3 conseillers généraux sont sans étiquette en Dordogne, et que l'UMP et le PS représentent 80% des élus. On peut y ajouter l'âge moyen de 60 ans, la parité étant le seul critère remis en cause (93% d'hommes auparavant). Difficile d'y voir une quelconque représentativité au regard des résultats des élections européennes. Et quand on voit le niveau de débat et de divergence entre les candidats aux élections sénatoriales, on se demande ce qu'il y a de politique à cela. Et les quelques partis alternatifs ne disposent pas souvent de moyens suffisants pour faire émerger d'autres listes... Ce ne sont pas ces élections qui vont changer la donne, malheureusement.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !