Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

  • 28/11/20 | Rajeunissement pour Les Halles d'Andernos-les-bains

    Lire

    L’équipe municipale d’Andernos-les-bains se lance un défi de taille : reconstruire son centre-ville afin de donner un coup de boost à son attractivité. Trois opérations principales : construction d’un complexe cinématographique et culturel, réaménagement des espaces publics dans la rue du 11-Novembre, sur la place du 14-Juillet et l’avenue de Bordeaux. La dernière, et pas des moindres : la démolition-reconstruction des halles du marché. Cette structure de 1200m2 qui accueille 25 commerces, ne répond plus aux usages et normes en vigueur. Pour cette reconstruction, la Région soutien la commune avec une aide de 600 000€.

  • 28/11/20 | Un magasin de producteurs à Châteauneuf-sur-Charente

    Lire

    En 2017, la commune de Châteauneuf-sur-Charente (16) a acquis un bâtiment au sein duquel différents commerces et services de proximité sont actuellement installés. Au sein de ce bâtiment, un magasin de producteurs va voir le jour sur une surface de 167 m² et où la gestion de celui-ci sera réalisés par les producteurs. Afin de permettre à la collectivité d’aménager les espaces adaptés à cette activité, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué lors de sa dernière commission permanente une aide de 32 750 euros.

  • 28/11/20 | Saintes : le site de la Palu va devenir un espace naturel sensible

    Lire

    Classé en zone Natura 2000, La Palu est un site naturel unique de 122 hectares, situé non loin du centre-ville et au bord du fleuve Charente, au coeur de la ville de Saintes. Le conseil municipal vient de valider une convention avec le Département pour faire du site un Espace naturel sensible (ENS). Le Département co-financera à hauteur de 40% l'ensemble des actions liées à la gestion, la préservation et la valorisation de l'environnement des lieux, ainsi que la mise en place d'une éco-taxe.

  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Emploi, aménagement du territoire, transports... Quel programme pour la Région en 2018 ?

18/01/2018 | Sujets nationaux et régionaux, ont été évoqués par le Président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine à l'occasion de ses voeux à la presse.

Alain Rousset présentant ses voeux 2018à la presse ce 18 janvier 2018

Après avoir déjà réalisé l'exercice à plusieurs reprises, en plusieurs lieux et devant différents publics, c'est à la presse que le Président de la Région a adressé ses vœux ce jeudi 18 janvier en fin de matinée. L'occasion d'évoquer ses souhaits pour 2018 tant sur le plan national, et notamment sa vision du PS, que régional. Une Nouvelle-Aquitaine pour laquelle le Conseil régional devra s'échiner à travers ses politiques et ses actions, à relever deux principaux défis que sont aux yeux de son Président, l'accompagnement au recrutement et l'aménagement du territoire.

« J'ai deux voeux en tant que responsable public et homme de gauche » a débuté Alain Rousset. Le premier de ses souhaits  est « le retour du débat d'idées ». Un souhait qu'il adresse, notamment, au PS. « Je suis consterné » par la façon dont les appareils politiques ont réagi au "dégagisme" de 2017. Ils ont recréé les mêmes formations, plutôt que de créer un groupe de réflexion pouvant proposer des choses de fond et formuler un véritable projet politique ». En la matière, Alain Rousset a « une trame à proposer » à ses camarades. Il s'agit d'abord de « se réconcilier avec l'entreprise, la comprendre et en même temps la challenger ». Ensuite, « il faut se pencher sur la pauvreté, la précarité » et enfin, « reprendre l'idée de la décentralisation », sans oublier « l'Europe et les institutions internationales, travailler à leur redéploiement dans un contexte où l'évolution du monde est inquiétante ».
Deuxième de ses vœux pour l'année qui démarre : « replacer l'humain et la solidarité au centre ». Un sujet dont il avait déjà fait le cœur de son intervention lors de ses vœux aux corps constitués, lundi 15 janvier, insistant à nouveau notamment sur les salariés, comme « base de la compétitivité de l'entreprise », « loin des Gattazeries » et de l' « insupportable brutalisation des individus ».

"Poursuivre notre modèle économique de confiance et d'anticipation"
Quant à l'année 2018 de la Nouvelle-Aquitaine, le Président tout juste revenu du CES de Las Vegas, plus grand salon de l'innovation au monde, en est plus que jamais convaincu : « on ne peut pas passer à côté du numérique ». En d'autres termes, «nous poursuivrons notre modèle économique de confiance, d'anticipation, d'innovation qui est unique », à travers des « partenariats forts entre les structures tant publiques que privées ». Et de citer en exemple l'Aérocampus à Latresne, « qui a structuré l'attractivité de la Région dans le secteur de la maintenance aéronautique », le développement d'accélérateurs « pour permettre aux startups de croître plus vite sur le marché », ou encore, « la principale action » du moment : la création d'un fonds d'investissement pour pouvoir accompagner les développements des entreprises sur leurs fonds propres. Quant aux secteurs-ressources de l'innovation, le président cite la richesse de la région en matière grise, tant autour de l'intelligence artificielle, en cybersécurité ; ou encore le « potentiel incroyable de l'océan », autour notamment de l'Université de La Rochelle.

Recruter et aménager
Au-delà de ce fil rouge de l'innovation, les deux grands défis de 2018 de la Région, identifiés par son Président, seront d'une part d'accompagner le recrutement des entreprises, face au « paradoxe insupportable de constater des entreprises qui veulent recruter et en face ce chômage de masse », et d'autre part, l'aménagement du territoire. Deux défis qui parfois se croisent, quant il s'agit d'organiser la mobilité, ou encore redynamiser des villes où peuvent se trouver des emplois, en manque de candidatures. « On ne peut pas se contenter de se plaindre que les centres-villes se vident. A la taille de la grande région, il faut inventer de nouveaux modèles... Car je ne crois pas au ruissellement économique de la Métropole, comme je ne crois pas au ruissellement entre les riches et les pauvres », place-t-il à l'attention d'un certain Emmanuel Macron. Sur le recrutement, une première grande réunion des acteurs est d'ailleurs fixée dés ce 22 janvier prochain.
Autre message au Gouvernement, lié tout à la fois au développement économique et à l'aménagement du territoire : sa désapprobation ferme sur la réforme en cours de préparation sur la formation et l'apprentissage. En effet, ces deux compétences, confiées aux Régions depuis 4 ans pourraient passer sous la gestion des branches professionnelles. « C'est un recul de la décentralisation que je ne peux pas accepter. C'est aussi le risque d'entraîner la fermeture de centaines de CFA, et notamment ceux situés en dehors des grandes villes, qui actuellement ne sont pas soutenus par les branches. » Et d'ajouter « Le MEDEF n'est pas légitime sur l'apprentissage. Combien Monsieur Gattaz a-t-il d'apprentis dans son entreprise ? Les grandes entreprises ne prennent pas d'apprentis. Ils sont à 70 % chez les artisans. Au ministère on me dit, "c'est la loi de l'offre et de la demande", sauf que sur la formation, non, ça ne marche pas comme ça !» Une colère inquiète qui se manifestera le 31 janvier prochain, en région par l'organisation d'un sommet réunissant l'ensemble des chambres consulaires, annonce-t-il.

Libérer des sillons et développer les ports

Autre grand sujet 2018, le transport autour de deux sujets principaux que sont le désenclavement de Limoges et le desserrement de l'asphyxie de Bordeaux. « Le désenclavement de Limoges suppose une ligne d'obligation de service public sur l'aéroport, mais il appartient aussi au Gouvernement de dire s'il faut une autoroute ou une voie ferrée pour relier Limoges à Poitiers. La Région est prête à renforcer son action. L'agglomération de Limoges a besoin de se développer, et de respirer ».
Quant à « l'asphyxie de Bordeaux et sa conséquence qu'est la diagonale de la pollution qui outre Bordeaux, démarre à Bayonne puis traverse le Poitou-Charentes », Alain Rousset plaide, encore et toujours pour le fer, pour libérer la route d'une part des 9300 camions quotidiens. « Il faut dégager des sillons sur la voie ferrée existante et sortir les voitures avec la LGV entre la France et l'Espagne et Bordeaux et Toulouse ! L'opposition entre trains du quotidiens et LGV est une opposition indémontrable, sauf sur le plan financier. C'est pourquoi il faut travailler à de nouveaux modes de financement. Nous en avons parlé à la ministre avec Carole Delga (Présidente de la Région Occitanie, ndlr) » Si Alain Rousset ne lâche pas l'affaire en matière de LGV, il se dit aussi prêt à une autre alternative : le transport maritime avec les ports de Bayonne et La Rochelle notamment. « La porte a été ouverte par le Premier ministre, de notre côté, nous sommes prêts ».

Transports: vers un billet unique
Quant au sujet de l'encombrement bordelo-bordelais si le Président de la Région ne croit pas à la solution de la réduction de la vitesse, le covoiturage doublé d'une voie qui lui serait réservée à certaines heures de la journée a bien davantage ses faveurs, de même qu'un BHNS pour rentrer sur l'agglo, ou encore, la suggestion d'Alain Juppé de bus express empruntant l'autoroute. Même si en la matière, « c'est à l'Etat de prendre cette décision », précise-t-il. Autre sujet : le syndicat mixte de la mobilité, dont un des objectifs concrets pour les usagers est de créer un billet unique sur tous les modes de transports à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine... Ce qui suppose avant ça, une entente entre tous les acteurs, et techniquement, l'interopérabilité des différents systèmes informatiques de chaque mode de transports...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6630
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !