Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/19 : Compte-tenu des conditions climatiques le Conseil Régional a suspendu les transports scolaires ce mardi soir dans le secteur de Thiviers (Dordogne). Les parents doivent venir chercher leurs enfants dans les établissements scolaires.

22/01/19 : La Dordogne est en alerte jaune neige et verglas ce mardi jusqu'à 18 h. Des chutes de neige sont possibles dès le début de matinée à l'est de l'axe Nontron et Sarlat. Suivez les évolutions météorologiques sur les sites de Météo France, Info route.

22/01/19 : La Rochelle : une réunion publique de présentation du projet de protection contre les submersions marines du quartier de Port-Neuf se tient mardi 22 janvier à 18h30 à la Maison de quartier de Port Neuf, Place de l’île-de-France.

21/01/19 : Dans un propos à France 3 Vincent Feltesse, ancien président de la Communauté urbaine de Bordeaux et membre de la minorité municipale, indique qu'il a signifié à Olivier Faure son départ du PS :J'ai besoin de continuer à produire, le PS empêche ça." 

21/01/19 : Construction de la retenue d'eau de Caussade. La préfète du 47 a fait apposer des scellés sur les engins de chantier. Par arrêté du 14 décembre 2018, les travaux de construction de cette retenue d’eau est suspendue et se poursuivent illégalement.

21/01/19 : Pour éviter les débordements des manifestations des gilets jaunes à Bordeaux, l'association des commerçants à décidé de décaler la braderie, organisée traditionnellement du jeudi au samedi. Elle se tiendra donc du mercredi 6 au vendredi 8 février.

21/01/19 : Ce mercredi 23 janvier, le service V3 (vélos en libre-service) de Bordeaux Métropole change de système d’exploitation pour un plus moderne. Une coupure totale du service aura donc lieu de 8h00 à 9h00 avec une réouverture progressive des stations.

20/01/19 : Pour la première fois depuis le début du mouvement, les gilets jaunes de Dordogne ont organisé samedi à l’occasion de l’acte X, un rassemblement départemental à Bergerac. Environ 1400 personnes ont défilé dans les rues de la sous préfecture.

19/01/19 : Nouvelles violences et affrontements avec incendies de véhicules en fin d'après-midi à Bordeaux: la manifestation GJ a dégénéré, les casseurs sont entrés en action et les forces de l'ordre ont dû recourir aux véhicules blindés

18/01/19 : Bordeaux: l'opération de parking gratuit place des Quinconces reconduite ce dimanche et étendue à demain samedi et jusqu’à la fin des soldes : environ 400 places de stationnement libre de 9h30 à 20h chaque samedi et dimanche jusqu'aux 16 et 17 février

18/01/19 : Le nouveau service de location de vélos de l'agglomération du Grand Périgueux s'appellera "Périvélo". 400 deux-roues (à assistance électrique, pliants, vélos classiques) seront progressivement mis à disposition pour les usagers à partir du printemps.

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/01/19 | Une délégation Régionale pour l'UNICEM

    Lire

    La plus grande région de la filière a enfin son syndicat! L'Union Nationale des Industries de Carrières et Matériaux de Construction (UNICEM) Nouvelle-Aquitaine vient de naître de la fusion des trois syndicats des anciennes régions. Patrice Gazzarin, ex-président de l'UNICEM Aquitaine, a été élu à la tête du syndicat. En 2017, l'UNICEM représentait sur le territoire néo-aquitain, plus de 4 300 emplois directs, pour 345 entreprises et plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires.

  • 22/01/19 | Le Crédit Agricole engagé pour l'artisanat

    Lire

    Faciliter la préparation et la réalisation des travaux des clients Girondins. Tel est le but du partenariat qui vient de naître entre le Crédit Agricole d'Aquitaine et One Artisan. Créé en 2014, One Artisan est un service d'apporteur d'affaires pour les professionnels du bâtiment mais aussi de recommandation d'artisan pour les particuliers. Grâce à ce partenariat, les clients du Crédit Agricole pourront bénéficier, s'ils le souhaitent, d'une solution de financement pour leurs travaux.

  • 22/01/19 | Limoges a du cœur !

    Lire

    La préfecture limousine vient d'être récompensée pour sa lutte contre l'arrêt cardiaque. En effet, la Fondation AJILA a remis le Label 2019 "Ma Commune a du Cœur" à la Ville de Limoges pour saluer sa politique de lutte et de formation face à l'arrêt cardiaque. Depuis 2011, la Ville s'est engagée dans une campagne de déploiement de défibrillateurs automatisés sur son territoire. Les limougeauds ont ainsi 37 défibrillateurs mis à leur disposition dans plusieurs lieux public.

  • 22/01/19 | Région : quatre appels à projets (re)lancés

    Lire

    2019 sous le signe de la coopération européenne et internationale ! Le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine lance, ou relance, des appels à projets sur ce thème. Ainsi, le lien avec la Communauté autonome d'Aragon (Espagne) sur l'éducation et la formation est renouvelé. La Région soutient également le développement solidaire et Éducation à la Citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) à travers deux projets. Le dernier projet concerne le renforcement des échanges avec le Québec.

  • 22/01/19 | Poursuite de sa croissance à l'export pour le Cognac

    Lire

    Le cognac confirme son développement sur ses marchés en 2018, avec des expéditions en croissance de plus de 3% en volume et près de 2% en valeur. Au total, 204,2 millions de bouteilles ont été expédiées, pour un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros. Les Etats-Unis restent les plus gros consommateurs (87,4 millions de bouteilles), tandis que le développement d'un nouveau marché vers le Moyen-Orient se confirme, avec 5,6% de croissance et 60 millions de bouteilles exportées.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | À Aérocampus, Hervé Morin défend la régionalisation de l'apprentissage

16/05/2018 | Ce mercredi, le Président de l'ARF a profité d'une visite près de Bordeaux sur le site d'Aérocampus pour dire tout le mal qu'il pensait de la réforme de l'apprentissage...

Hervé Morin Aérocampus

La visite n'avait évidemment rien d'anodin. Ce lundi, le président de l'Association des Régions de France, Hervé Morin, était en visite à l'Aérocampus de Latresne. Le centre de formation dédié aux métiers de l'aéronautique, dont le développement va grandissant, s'est ainsi un peu transformé en symbole de bon exemple, dans un contexte de flou artistique et de fronde galopante face au nouveau projet de loi sur la réforme de l'apprentissage et de la formation professionnelle. Le chef de file des régions, aux côtés du Président de la région Nouvelle Aquitaine, n'a ainsi pas caché sa crainte face à ce qu'il considère comme un "jacobinisme" prononcé.

Big Brother

"Lui qui a signé un livre qui s'appelle "Révolution", qui évoque dans les premières pages, l'idée que dans ce monde nouveau il faut penser une société nouvelle, fait preuve d'un césarisme qui est un schéma du XIXème siècle. Ce que l'unanimité des présidents de régions et de collectivités affirment, c'est qu'une partie de l'initative, de l'innovation, de la capacité à construire des modèles dans ce pilotage commun, comme le montre Aérocampus, il n'y a que nous qui pouvons le faire". En vadrouille au sein d'Aérocampus, Hervé Morin ne mâche pas ses mots. Si le président du Medef craint le "Big Bang", le président de l'Association des Régions de France, lui, a plutôt peur de l'État Big Brother. Et pour cause : selon lui, ce que prépare le gouvernement et qui a été présenté il y a trois semaines en conseil par la ministre du travail, Muriel Pénicaud, a largement de quoi susciter la colère des élus locaux. La réforme de l'apprentissage, deuxième chantier social chaud du gouvernement après les ordonnances du Code du Travail, prévoirait notamment de transformer la logique selon laquelle les CFA seraient financés auprès des régions en un turn-over de marché, en fonction des contrats signés. Si, pour Aérocampus, qui ne manque jamais une occasion de prouver son développement, cela ne devrait pas forcément être un drame annoncé, dans le principe, c'est plus compliqué.

Ventes privées

"J'étais hier devant la Commission des Affaires Sociales à expliquer aux députés En Marche qu'ils se trompaient sur le modèle qu'ils allaient voter sur l'apprentissage et les formations par alternance", a précisé Hervé Morin. "On est en train de créer une usine à gaz qui sera un échec absolu parce que bâti sur une conception qui ne correspond pas à l'agilité dont on a besoin pour bâtir des modèles de formation qui sont tous différents même s'ils ont un socle commun. Cette granulométrie fine de la construction d'un organisme de formation doit être créée avec une collectivité capable d'avoir une certaine agilité. Ce que nous défendons, c'est un modèle où le monde de l'économie construit avec nous des formations nouvelles, les adapte, et non pas un modèle où la formation sera financée selon la loi de l'économie de marché où il n'y aura plus aucun mécanisme de régulation dans l'éducation". En clair, cette recentralisation des financements ne plaît évidemment pas du tout aux Présidents des Régions, alors même qu'elles sont désignées responsables de la politique des formations professionnelles depuis 2014. Ce que les élus craignent, en plus d'une "marchandisation" de l'éducation déjà évoquée, c'est aussi un renforcement de l'inégalité des territoires. "Demain matin, n'importe qui pourra ouvrir un centre de formation dès lors qu'il aura les certifications le permettant; donc la construction d'un modèle avec un prix pour chaque formation va aboutir à la désertification et à l'affaiblissement de l'offre de formation sur beaucoup de territoires. Cela va créer des espaces entiers dans lesquels on aura une réduction des offres de formation voire leur disparition. Il y a une erreur fondamentale de conception puisque si l'offre de formation disparaît, l'économie part derrière".

Schéma régional

Bien que n'étant pas forcément de la même formation politique, le président de la Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset, y est aussi allé de son commentaire entre deux visites. "Le problème des entreprises aujourd'hui, ce n'est pas de licencier, c'est de recruter. Il fallait prendre à bras le corps le problème de l'apprentissage, mais critiquer les régions qui n'auraient pas assez augmenté le nombre d'apprentis depuis 2014, c'est une erreur de fond. Chaque région fait un travail, même inégal, pour mettre l'appareil de formation à un niveau de qualité et d'accueil attractif pour les familles". "Il faut rétablir un schéma régional avec une perspective et une vision à moyen terme. On nous dit que les régions ont 180 millions d'euros pour financer l'investissement, mais pourquoi mettre de l'argent dans un centre de formation plutôt que dans un autre ? Il faut aussi que l'on puisse alimenter l'apprentissage en laissant les régions alimenter l'orientation et la formation", poursuit Hervé Morin, en parlant de quelques 700 CFA, majoritairement situés en zone rurale, concernés par une menace potentielle. Si le message pouvait difficilement être plus clair, il sera certainement répété à l'envie dans les prochaines semaines, avant un examen plus poussé du projet de loi au Parlement cet été. L'Aérocampus ne sera d'ailleurs pas la seule visite dans des centres de formation pour le Président de l'ARF, qui a déjà annoncé un "grand meeting" le 26 septembre, à la veille du Congrès des Régions de France, "au nom des libertés locales". A taxer le Gouvernement de jacobinisme, autant jouer les Girondins jusqu'au bout...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4936
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !