Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

18/02/18 : La Rochelle : ce 19 fevrier à midi, le public est convié au lancement du voyage de L'Hermione 2018, sur le thème Libres Ensemble de l’Atlantique à la Méditerranée, quai Senac de Meilhan. Le globe de la Francophonie, tout juste restauré, sera dévoilé.

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

  • 16/02/18 | Internet: 16 collectivités de la région récompensées

    Lire

    Le 8 février dernier, dans le cadre de la 19ème Cérémonie de remise du label national Territoire, Villes et villages internet, la Nouvelle-Aquitaine a vu 16 de ces collectivités récompensées pour leur action dans des politiques publiques numériques engagées. Six d'entre elles se sont particulièrement illustrées en matière de production de services publics numériques locaux, décrochant les 5 @, la plus haute des récompenses. Il s'agit d'Agen (47), de la communauté de communes de Parthenay-Gâtine (79), de Bassens (33), Bayonne (64), Boé (47) et Mérignac (33).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Au Conseil municipal de Biarritz, il est désormais libre Max

01/05/2014 | Moment d'émotion et de gravité mercredi soir au Conseil municipal avec le retour du leader UMP Max Brisson au sein de l'assemblée communale.

Max Brisson, (au centre) leader de la nouvelle opposition à Biarritz

Il est revenu sur la scène biarrote en ce 30 avril Max Brisson, le leader UMP de la plage des rois à la faveur du vote du budget 2014. Candidat malheureux des municipales, blessé aussi par un recours sans suite, il n'a pas omis l'héritage du prédécesseur de Michel Veunac. En remerciement de ses prises de position pendant la campagne. S'il regrette la continuité dans le budget 2014 de la nouvelle équipe, il avise qu'il sera un opposant loyal et vigilant. Alors Max la menace? Indiscutablement, aujourd'hui il est libre Max, pour paraphraser une célèbre chanson d'Hervé Christiani dans les années 70

Quand, à 18 heures, il s'assied auprès de ses camarades de la nouvelle opposition, Richard Tardits, polo aux couleurs de l'équipe de rugby de l'Afrique du Sud, Benoît Saint-Cricq, Maider Arosteguy et son fidèle lieutenant Frédéric Domège, Max Brisson affiche une mine grave et émue. A sa gauche, la socialiste Brigitte Pradié. Tous les regards, les objectifs et les caméras sont braqués sur sa massive stature, regards qu'il évite en plongeant son nez chaussé de lunettes sur ses notes. Drôle d'impression que partagent indéniablement, le nouveau maire Michel Veunac, encadré par son premier adjoint Guy Lafite et Jocelyne Castaignède. Pendant l'heure de la présentation d'un budget que les circonstances invitent à la rigueur, dette locale importante en héritage et baisse sérieuse des dotations de l'Etat, et des explications techniques de l'adjoint aux finances, le porte-drapeau de l'UMP relit son discours, apporte quelques ratures, échange quelques phrases avec son voisin. Enfin, le maire Michel Veunac conclut en précisant qu'il s'agit malgré tout d'un budget en mouvement puis interroge.

"Des questions?"... "Monsieur Brisson..." C'est la première fois que je m'adresse au Conseil municipal nouvellement élu après plusieurs mois d'une intense campagne électorale. Je le fais vous le comprendrez avec une certaine gravité et une certaine émotion, enchaîne en entrant dans l'arène Max Brisson, la gorge serrée.  Je le fais monsieur le maire en vous adressant publiquement mes félicitations républicaines. Publiquement parce que vous m'avez adressé personnellement un message téléphonique au soir du second tour. Je le fais aussi à la suite d'une campagne qui fut parfois rude, que certains ont voulu placer sur le terrain de la morale et qui est maintenant derrière nous. Chacun à notre place nous aurons à servir Biarritz. Je le fais donc à la tête de près de la moitié des Biarrots qui se sont exprimés le 30 mars. Et je le ferai dorénavant en leur nom. J'ai choisi pour cette première intervention la séance durant laquelle vous votez le budget primitif de la ville, l'acte politique premier de toute collectivité, c'est à dire l'acte budgétaire. Si je me suis abstenu d'intervenir et même de participer aux précédents conseils, c'est qu'ils étaient exclusivement consacrés à la phase d'installation qui concerne pour l'essentiel la majorité. Un seul regret à ce sujet: celui d'avoir vu disparaître le poste d'adjoint à la langue basque qui doit se contenter d'une conseillère déléguée, fut-elle compétente et de grande qualité. La politique a besoin de symbole et celui-là en est un mauvais... Je le ferai aussi en homme responsable d'une institution dont je connais les lourdeur et qui sait qu'il faudra du temps pour imprimer votre propre marque. Observation, interrogations vigilance et apport critique tels seront les lignes fortes de notre positionnement. Ainsi concevons nous notre rôle républicain dans cette assemblée."

"Un discours un peu mortifère" selon Max Brisson  Ce préambule établi le nouveau chef de l'opposition après avoir regretté l'absence de réunion d'orientation budgétaire, certes en raison du calendrier électoral contraignant, a donné son avis sur le premier budget  2014. "On aurait pu au moins souhaiter un texte d'orientation. Cela dit deux remarques. Ce budget s'inscrit dans la continuité, celle tracée par votre prédéceseur avec une marge de manoeuvre très réduite laissée par le maire sortantGuy Lafite à la gauche de Michel Veunac maire de Biarritz et par la forte et continue réduction des dotations de l'état. Il faut souligner les conséquences de ce coup de rabot général sur les dépenses de fonctionnement. Vous avez parlé de transition je parlerai de continuité. Rigueur avez vous dit ou austérité? Qu'importe les mots, la vérité c'est la qualité des services, des prestations rendues aux Biarrots, de la jeunesse aux personnes âgées, qui en souffrent. A ce sujet, on peut se demander comment vous pourrez améliorer la politique baclée de votre prédécesseur dans les rythmes scolaires. Comme ce budget est dans la continuité en matière d'investissement."

On l'aura aussi compris, le nouveau leader de l'opposition souhaitait aussi solder ses comptes après les prises de position de Didier Borotra avant le premier tour. Sans entrer dans le menu détail de l'intervention, on notera aussi qu'il en a profité pour mettre sur la table les sujets de discussion qui ont alimenté la campagne, le parking de la Côte des Basques - abandonné - et celui des halles, sans oublier la Cité de l'Océan et le projet immobilier du côté d'Aguiléra. Voilà pour la carte des menus avant de l'arroser d'une cuvée de son dernier crû: "le budget mortifère" de l'équipe en place. "Pour ce premier budget, vous aviez le choix entre impulsion nouvelle et continuité, vous avez choisi la continuité. Il s'agit d'un discours un peu mortifère. En tous les cas, vous devrez nous montrer quelque chose d'une autre ampleur que ce que vous nous avez montré ce soir"

Michel Veunac s'est défendu, point par point, de ces queues de comète de la campagne, y compris s'agissant du poste chargé de la langue basque qui sera transformé en véritable service, mais il a pris acte comme les témoins et les élus, qu'aujourd'hui, il est libre Max...
En ce 30 avril la bête blessée de ces municipales de Biarritz a marqué son territoire. Il faudra montrer patte blanche pour y pénétrer.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Photo F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
975
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !