Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

  • 24/09/20 | Charente-Maritime : premier bilan de la tornade du 23 septembre

    Lire

    Mercredi vers 16h30, une tornade s'est abattue d'un coup sur le sud de l'île d'Oléron. Elle a ensuite traversé le pertuis pour remonter par Marennes, Port-des-Barques, Fouras et Saint-Laurent-de-la-Prée avant de perdre en intensité à l'intérieur des terres. Renforcés par le SDIS de Charente, les pompiers ont effectué une soixantaine d'interventions. Hormis deux blessés légers la tornade a fait de nombreux dégâts matériels : véhicules retournés, tuiles ou toitures arrachées, arbres à terre...

  • 24/09/20 | La Nature s’expose à Guéret

    Lire

    Du 22 septembre au 10 octobre, la Ville de Guéret, en partenariat avec l’association Creusographie, propose l’exposition du Concours Photo 2020 au centre culturel Espace Fayolle. Chacun des 23 participants à cette exposition sera récompensé avec une attention particulière. Les 3 premiers se verront remettre officiellement leur lot le 1er octobre prochain, pour des raisons sanitaires.

  • 24/09/20 | Bordeaux : opération de dépistage COVID-19 pour les publics prioritaires

    Lire

    L’ARS Nouvelle-Aquitaine en lien avec la Préfecture, la Mairie et la Métropole de Bordeaux, avec l’appui du CHU de Bordeaux et de la Protection civile, organisent une opération de dépistage gratuit Place des Quinconces à Bordeaux du 23 septembre au 30 octobre, de 13h à 17h. Cette opération concerne les personnes présentant des symptômes compatibles avec la Covid-19 munies d’une prescription médicale et celles définies comme contact à risque d’un cas confirmé par l’autorité sanitaire disposant d’un justificatif de l’Assurance maladie.

  • 23/09/20 | EELV appelle aux candidatures pour les cantonales

    Lire

    Ils entendent faire "basculer" la majorité départementale. Les écologistes de Charente-Maritime appellent aujourd'hui à candidature dans les 26 cantons. Un projet commun sera bâti sur des thèmes comme l’eau, de l’agriculture de la conchyliculture ; l’action sociale; le handicap ; l’insertion ; le tourisme durable ; la biodiversité; le transport - ainsi que la création d'emplois utiles et non délocalisables respectueux de la nature et des hommes au service des nouvelles solidarités écologiques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | À Bordeaux, on veut du vert dans les écoles

10/12/2019 | Le maire de Bordeaux et plusieurs adjoints ont annoncé des travaux futurs et des expérimentations pour "réduire la chaleur" dans les cours d'écoles de la ville.

Lutte chaleur écoles Bordeaux

Mettre les écoles au vert. C'était l'objectif clairement affiché ce lundi à Bordeaux lors de la présentation, dans une école du quartier Bordeaux Maritime, d'un plan de plusieurs actions participant à végétaliser et rafraîchir les cours d'écoles pour en réduire la part minérale. Le maire de Bordeaux et plusieurs adjoints ont ainsi annoncé des travaux à venir dans plusieurs établissements et une expérimentation d'un dispositif de récupération des eaux de pluie installé en février par une filiale de Véolia. Une manière pour le maire sortant de répondre, par des annonces concrètes, aux propositions de l'un de ses principaux concurrents dans le fauteuil de maire ? Détails.

Souvenez-vous... Il y a quelques jours, lorsque nous avions interrogé Camille Choplin, écolo bordelaise en bonne place dans la liste du candidat EELV Pierre Hurmic pour les prochaines municipales, sur la manière dont elle participerait aux propositions concrètes du programme du candidat et de nous citer une idée qu'elle mettrait sur le métier, elle avait répondu spontanément "débitumer les cours d'école, pour reconnecter les enfants avec la nature". L'initiative qui verra le jour en février dans la cour de l'école Sousa-Mendez (implantée au sein du quartier Bordeaux Maritime) et le diagnostic prévu par la mairie de Bordeaux (annoncé ce lundi par le maire Nicolas Florian et plusieurs de ces adjoints) tente, sans qu'aucun écho électoral ne se soit invité à la fête mais dans une continuité de l'action municipale qui parle d'elle-même, de répondre au problème. 

Une expérimentation "pilote"

L'école a en effet été choisie comme "site pilote" pour expérimenter dans la cour de l'école, sur 200 mètres carrés, un dispositif de rafraîchissement urbain. Hélène Habarou, responsable du projet, nous explique comment ça marche : C'est un dispositif qui va permettre de récupérer l'eau de pluie présente sur toitures et dans la cour de l'école. Elle va être traitée dans un avaloir dépolluant, même si on a fait le choix volontaire de se baser sur les eaux de pluie qui ruissellent dans l'école et pas à l'extérieur. Une mini-station météo sera implantée sur la zone pavée, elle déclenchera l'humidification des pavés par un réseau de tuyaux goutte-à-goutte (type réseau d'irrigation) qui sera disposée sous la zone pavée. L'évaporation de l'eau contenue dans les pavés remontera par capillarité". Cette "station" calculera la température radiante, la vitesse du vent, la température de l'air et celle du sol. Le résultat, c'est une "sensation de fraîcheur", et en moyenne ressentie, sept degrés de moins au sol. Le dispositif, d'un coût total de 200 000 euros, sera également équipé à une cuve de stockage des eaux de pluie pour "pouvoir en disposer dès les premières chaleurs", continue la responsable. Les dispositifs de récupérateurs d'eau de pluie, sophistiqués ou artisanaux, ne sont pas une nouveauté. En revanche, le fait d'en intégrer un dans une cour d'école et de coupler ça à l'implantation de nouveaux arbres, voilà donc la nouveauté.

Déjà testé dans un nouveau quartier de Toulouse et autour d'une station de tramway à Nice, ce dispositif est financé dans le cadre d'un Fonds Développement Durable du service assainissement et mis en place par la SABOM (Sociéré d'Assainissement de Bordeaux Métropole), filiale de Véolia à qui la métropole a attribué en janvier 2019 "l’exploitation du service public de l’assainissement collectif des eaux usées sur le territoire métropolitain, à l’exception de la commune de Martignas-sur-Jalle, et de gestion des eaux pluviales sur la totalité du territoire métropolitain dans le cadre d'un contrat d'affermage". Le contrat remporté par Véolia en juillet 2018 représentait 352 millions d'euros sur sept ans. Comme le précise Didier Brunet, directeur général de la SABOM, si en théorie cet aménagement de récupération des eaux de pluie pour rafraîchir les cours d'écoles ou les lieux publics est déployable partout, deux critères (validés dans une étude individuelle à chaque projet) sont essentiels pour sa mise en place : "la faisabilité technique et l'efficacité dans l'environnement". Autrement dit : chaque cour d'école devra faire l'objet d'une étude différente. Pour l'école concernée, les 200 mètres carrés nécessaires à l'installation verront le jour en février, et il aura fallu huit mois effectifs entre la réalisation de l'étude et la fin des travaux.

Objectif végétal

Mais comme l'ont détaillé plusieurs adjoints municipaux, la ville de Bordeaux a d'autres projets en cours pour renforcer cette politique de réduction de chaleur dans les écoles. Au sein de la maternelle Thiers (quartier Bastide), on compte planter neuf arbres et du "sol naturel" sur 30% de la surface de la cour pour permettre aux enfants de réaliser différentes activités : tricycle, jeux de balles activités ludiques). Dans l'école élémentaire Barbey (Bordeaux Sud), une "clôture végétale" verra le jour en février 2020, suivie de jardins pédagogiques et d'ajouts d'arbres supplémentaires. La crèche Carl Verlet, elle, va mettre en place des sols ludiques et végétalisés. On peut noter aussi les brumisateurs, plantes grimpantes et jardins pédagogiques de l'école Paul Bert (centre-ville),  un jardin pour les groupes scolaires du quartier Achard (Bordeaux Maritime) et des travaux similaires autour des "îlots de fraîcheur" et de la végétalisation dans de nombreuses autres écoles et crèches de la ville (groupes scolaires Scwheitzer au Grand Parc, La Benauge à Bastide et Vaclav Havel à Bordeaux Maritime, crèche Malbec à Nansouty, espace famille Noviciat à Bordeaux Sud). Les nouveaux arbres plantés font d'ailleurs parti d'un plus large "plan Canopée" adopté en juillet dernier, et qui prévoit la plantation de 3000 nouveaux arbres par an (contre 1000 actuellement). Une chose est sûre : entre cette envie de végétal scolaire, le plan zéro plastiques et la lutte contre le gaspillage alimentaire, le maire de Bordeaux met un sérieux coup de collier sur le verdissement de la municipalité. Et la mairie ne compte visiblement pas s'arrêter là : en novembre dernier, elle a désigné un chef de projet au sein de sa direction des espaces verts pour piloter un "diagnostic complet des cours d'écoles et crèches", conduisant lui-même à la mise en place d'un futur "schéma directeur de verdissement et de rafraîchissement", à échéance de cinq ou dix ans (un ou deux mandats de plus, donc...). 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4548
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !