Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/12/19 : Ce jour, Claude Olive, le maire d'Anglet (64), 40 000 habitants, a annoncé, sans surprise pour ses administrés, qu'il repartait pour un deuxième mandat. A ce jour, trois listes avec gauche, LFI sont en lice. Y aura-t-il une liste abertzale (basque)?

13/12/19 : Inquiétude de crues à Bayonne demain encore, en aval de l'Adour et de la Nive, après les pluies torrentielles qui se sont abattues des derniers jours. La ville fait en effet office d'entonnoir de ces flux, aggravé par le reflux des marées montantes

13/12/19 : Dans le 64, le service de prévision des crues a placé en niveau de vigilance ROUGE le Gave de d'Oloron, en particulier pour les communes de Caresse, Saint-Pé-de-Léren et Léren. De nombreux autres cours d'eau sont placés en vigilance ORANGE

13/12/19 : Dans le 47, 35 interventions du SDIS sont en cours, succédant aux 84 interventions tout au long de la nuit. 17 000 foyers sont privés d’électricité. Rétablissement prévu dans la journée. Sur la D656, circulation interrompue en sortie d’Agen.

13/12/19 : En raison des fortes rafales de vent qui ont sévi ces dernières heures, la circulation des tramways bordelais a été arrêtée. Retour progressif à la normale à 9h30(ligne C) et à 10h(ligne A). La Ligne B ne roule qu'entre Quinconces/Berges de la Garonne

12/12/19 : En raison de conditions météo de forte tempête et de vagues de submersion, le Conseil départemental des Pyrénées atlantiques a décidé de fermer la route de la Corniche entre Ciboure et Hendaye jusqu'à samedi.

12/12/19 : Météo-France a placé la Dordogne en alerte orange pour vents violents et en alerte jaune pour pluie inondation. Des rafales de vent pouvant atteindre 90 à 100 km/h et des averses soutenues sont attendues en seconde partie de nuit.

12/12/19 : La CR 47 appelle les professionnels de l’agriculture et citoyens à soutenir l’agriculteur Vincent Rigo "attaqué en justice pour une non mise en conformité du déversoir de crue rehaussé de 40 cm » à se rassembler le 18 déc à 8h30 au TGI d’Agen

11/12/19 : MeteoFrance a placé la Nouvelle Aquitaine en vigilance jaune vents violents avec des risques de submersions, notamment en Pays Basque et dans les Landes. Des rafales à 95 km/h et 85 km/h sont attendus à respectivement à La Rochelle et à Hendaye.

10/12/19 : Charente-Maritime : 2300 personnes ont manifesté aujourd'hui à La Rochelle, 1100 à Saintes et 700 à Rochefort, selon la préfecture.

10/12/19 : A Poitiers, mobilisation moins importante ce mardi après-midi contre la réforme des retraites. Le cortège est parti de Rebeillau à 14h pour rejoindre la Porte de Paris. Selon la police, il y avait 2 900 manifestants, la CGT en recensait 7 à 8 000.

10/12/19 : A Agen, 3000 personnes ont participé à la manifestation contre la réforme des retraites. Ils étaient 2000 à Bayonne et 5000 à Limoges (chiffres police).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/12/19 | Charente-Maritime : vote du budget au menu de la session de décembre

    Lire

    Le Département de Charente-Maritime s'apprête à faire sa session de fin d'année, juste avant Noël. Du 16 au 20 décembre, les élus départementaux vont se réunir pour voter notamment le budget 2020 : 1,013 milliards d’euros. Une somme record qui dépasse les 943 millions de l’an dernier, notamment à cause des dépenses sociales à la hausse, selon son président Dominique Bussereau. Il est aussi prévu une hausse des investissements, avec un budget de 95 millions

  • 14/12/19 | Forte crue des Gaves

    Lire

    Les vents très violents ont ajouté aux précipitations et les Pyrénées-Atlantiques et les Landes sont ce samedi 14 décembre encore les plus impactées. A Ilharre au Pays basque un homme au volant de sa voiture a trouvé la mort en heurtant un arbre couché sur la route. La montée des eaux des Gaves a particulièrement touché Peyrehorade obligeant des habitants à évacuer leur maison avant d'être accueillies dans la salle communale. Les pompiers ont secouru des automobilistes et à Saint-Martin de Seignanx les résidents d'un EPHAD ont été évacués par précaution. Ce samedi matin la crue était surveillée de très près particulièrement à Peyrehorade

  • 13/12/19 | Un nouveau président à la CCI des Landes

    Lire

    Ce 13 décembre, François Lafitte a été élu président de la CCI des Landes. Ce dirigeant de Primland SAS, entreprise landaise tournée vers l’export et l’international, était également élu de la CCI depuis 2011. Membre aussi de l’interprofession Interfel, la représentation des intérêts de l’entreprise de l’économie du territoire ont toujours fait partie de ses priorités. Au cours de son mandat, il souhaite maintenir le cap tout en mettant ses compétences et sa créativité au service de la CCI.

  • 13/12/19 | Dordogne : bilan des intempéries des 12 et 13 décembre

    Lire

    La nuit dernière, un fort coup de vent a touché la Dordogne. De fortes bourrasques de vents ont été enregistrées (122 km/h à St Martial de Viveyrols et 104 km/h à Bassillac) ainsi que des fortes précipitations. On observe de nombreuses chutes d'arbres : 50 interventions ont été réalisées pour dégager les routes par les services du Département. A midi, 25 000 personnes étaient toujours privées d’électricité. Une vigilance crue / inondation est en place sur la commune de Terrasson, tronçon Vézère aval.

  • 13/12/19 | Tahiti choisie pour les épreuves de surf aux Jeux Olympiques

    Lire

    Le Comité olympique France 2024 a effectué son choix sur le site des épreuves de surf aux JO 2024, préférant Tahiti et son extraordinaire spot de Tehuapo'o aux littoraux breton (La Torche) et aquitain,(Lacanau, Hossegor et Biarritz). En ces lieux, les dates estivales n'offraient pas la garantie de vagues, contrairement à l'archipel d'Outre mer. Biarritz en a fait les frais en son temps. Le risque d'absence de vagues condamnerait définitivement le surf des Jeux. Le choix définitif devrait intervenir le 6 janvier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | A la rencontre des nouveaux maires de la CUB: épisode 3, un quotidien intense

09/08/2014 | Rendez-vous avec les élus, rencontres avec les administrés, déplacements sur le terrain... les journées d'un maire se suivent et ne se ressemblent pas.

Alain Turby, maire de Carbon-Blanc.

Qu'est-ce que Alain Anziani, Anne-Lise Jacquet, Jacques Mangon, Franck Raynal, et Alain Turby ont en commun ? Qu'ils soient UMP, centristes ou socialistes, ils font tous leurs premiers pas en tant que maires de communes de la CUB de plus de 6.000 habitants, depuis leur élection en mars dernier. Aqui les a rencontrés au cours de l'été pour évoquer leurs relations avec les élus d'opposition, leurs surprises ou encore leurs premières mesures. Pour ce troisième épisode, nous nous intéressons au rythme de vie des nouveaux élus.

Ces cent premiers jours en tant que nouvelle maire d'Artigues-près-Bordeaux, Anne-Lise Jacquet les a jugés riches et passionnants. « C'est à la fois très terre à terre et très aérien. Il y a beaucoup de décisions pragmatiques à prendre très rapidement, je n'ai pas vu le temps passer ».

Jacques Mangon, maire de Saint-Médard-en-Jalles.L'urgence des premiers moisCe rythme de travail soutenu est le lot commun de tous les maires. « On s'est fait élire sur un projet auquel on croit donc on a à cœur de le mettre en œuvre avec toute l'équipe. Les journées sont longues, très remplies et on développe beaucoup de choses en même temps. Mais ce serait décevant si on ne faisait pas ça », explique l'élu saint-médardais Jacques Mangon. Les premiers mois, ces cinq nouveaux élus ont été obligés de gérer les affaires de la ville dans l'urgence, du jour pour le lendemain. « Vous avez la tête dans le guidon et vous ne voyez plus que les cinquante premiers centimètres que vous avez devant vous », remarque Alain Turby, maire de Carbon-Blanc. Puis une fois cette période passée, il leur est plus facile d'avoir une vision d'ensemble. « C'est la période la plus agréable car on commence à avoir l'impression que l'on maîtrise les choses. On a un peu plus de temps de réflexion, on n'ingurgite plus seulement tout ce qu'on nous donne. Là, on est en mesure de pouvoir mieux appréhender tous les enjeux, toutes les conséquences des décisions que l'on prend », ajoute Franck Raynal, son homologue pessacais.

Journée de week-end et journée de semaineQuoi qu'il en soit, les maires ne comptent pas leurs heures. « On ne peut pas dire : je commence à 9h et je termine à 18h, ça c'est pas possible », prévient Anne-Lise Jacquet, qui confie souvent travailler jusqu'à 22h. « Il n'y pas de journée-type », assure Alain Anziani, le successeur de Michel Sainte-Marie à la mairie de Mérignac. Franck Raynal, distingue toutefois la journée de semaine de la journée de week-end.

Franck Raynal, maire de Pessac.La journée de week-end serait donc une journée de représentation. « On assiste à des mariages, des assemblées générales d'associations, des fêtes, des commémorations ou des cérémonies officielles. C'est dense, surtout au printemps, mais ça se calme l'été ». Et la journée de semaine une journée de prise de décisions. « On doit prendre connaissance des dossiers, rencontrer les acteurs, faire des réunions de concertation, arbitrer les points de vue, partager l'information. C'est un travail de chef d'orchestre, qui prend énormément de temps. Mais un maire ne peut rien faire tout seul, il n'est pas au début et à la fin de chaque action. Il y a beaucoup de travail de coordination ».

Un maire ne décide pas toutAlain Turby ne dit pas autre chose. « Je fais confiance à mes élus et me repose sur eux car j'ai besoin d'un conseil municipal de compétences. Aucun d'entre nous n'est un professionnel de la politique. On a chacun un parcours professionnel qui fait que l'on a une capacité à faire quelque chose. Par exemple, les ressources humaines et la petite enfance pour Nelly Magné, le sport pour Gérard Pinston. Je ne décide pas tout ». Avec leur emploi du temps surchargé, les nouveaux maires trouvent-ils encore le temps d'exercer leurs anciennes activités ?

« Même si je dois naviguer entre la mairie, la CUB et l'université de Bordeaux, j'ai conservé quelques fonctions professionnelles à temps partiel au CHU de Bordeaux », confie Franck Raynal. Alain Turby, en revanche, a beaucoup moins de temps à consacrer à ses fonctions de directeur des programmes informatiques à l'INSEEC de Bordeaux. « Je continue jusqu'au 1er septembre parce qu'il y a une continuité à assurer et il faut que je trouve mon successeur. Le groupe INSEEC souhaite que je reste et je ne veux pas les abandonner ou les mettre dans une situation périlleuse. Mais à l'avenir, ma fonction là-bas sera certainement très réduite ».

Crédit photo Franck Raynal : Dominique Le Lann

Mathieu Presseq
Par Mathieu Presseq

Crédit Photo : Mathieu Presseq / Aqui.fr

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4248
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !