17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | A la rencontre des nouveaux maires de la CUB: épisode 4, des tensions avec l'opposition

07/09/2014 | Pour les nouveaux maires, les relations sont souvent tendues avec une opposition, qu'ils accusent souvent de ne pas avoir su digérer leur défaite.

Anne-Lise Jacquet, maire d'Artigues-près-Bordeaux.

Qu'est-ce que Alain Anziani, Anne-Lise Jacquet, Jacques Mangon, Franck Raynal, et Alain Turby ont en commun ? Qu'ils soient UMP, centristes ou socialistes, ils font tous leurs premiers pas en tant que maires de communes de la CUB de plus de 6.000 habitants, depuis leur élection en mars dernier. Pour ce tout dernier volet, Aqui se penche sur leurs relations avec les élus d'opposition, ainsi que les surprises qui les ont attendus une fois installés dans leur fauteuil de maires.

Quelle situation ont-ils trouvé le premier jour de leur prise de fonction ? Pour le nouveau maire socialiste de Mérignac Alain Anziani, dauphin de Michel Sainte-Marie, la question ne se pose pas. En revanche, quand les successions s'accompagnent d'une alternance politique, les surprises peuvent être nombreuses. Le maire UMP de Pessac Franck Raynal dit avoir été frappé, en prenant les responsabilités de la mairie, de voir combien il y avait de décisions laissées en attente sur de grands enjeux, sous la mandature de Jean-Jacques Benoît (PS). « Il n'y a pas eu de très mauvaises décisions prises, il y a eu simplement une lenteur de la décision politique et de l'action administrative. La première année, le rythme était correct, un certain nombre de choses ont été faites sur la lancée de la campagne électorale. Puis il y a eu quatre années d'attentisme. Ce mandat, ça a été pas mal d'annonces, des choses qui démarrent et puis s'arrêtent, des choses mal assurées qui n'ont pas pu être réalisées. Comme, par exemple, le projet Save ou la salle sport événement de Bellegrave ». D'où l'accélération qui lui a été demandée dès sa prise de responsabilités en avril dernier. Pour Jean-Louis Haurie, conseiller municipal d'opposition et jadis adjoint de Jean-Jacques Benoît, Franck Raynal fait une très mauvaise analyse. Le socialiste défend le bilan de l'ancienne municipalité, exemples à l'appui. « Sur la question des rythmes scolaires, quand Franck Raynal a pris ses fonctions, le dossier était prêt car il avait été conduit pendant une quinzaine de mois pour pouvoir être mis en place en septembre. Aussi, le maire s'est fait photographier à la rentrée scolaire devant un tableau numérique installé dans les écoles. L'équipement de la totalité des écoles en tableaux numériques, c'est quelque chose qui a été acté sous l'ancienne municipalité. Effectivement, pour Bellegrave, la position qu'on a eu a été de dire : les finances étant ce qu'elles sont, et avec le désengagement partiel des banques, réduisons la voilure et gardons un projet ambitieux mais de moins grande ampleur que ce qui était prévu au départ ».

Des dérives...L'édile centriste de Saint-Médard-en-Jalles, Jacques Mangon, s'est plaint lui aussi que de grands dossiers aient été  encalminés pendant le mandat précédent. « Saint-Médard est une ville avec d'énormes atouts, qui étaient insuffisamment valorisés par l'ancienne municipalité. Sur le plan des grands chantiers, beaucoup d'erreurs ont été faites. En laissant passer la question du tramway, par exemple, mais aussi sur le plan de l'urbanisme. Sur le plan financier, ce n'était pas la catastrophe, même si on a découvert qu'on avait un peu moins dans les caisses que ce que l'on aurait aimé avoir ».

De son côté Anne-Lise Jacquet, nouvelle élue centriste d'Artigues-près-Bordeaux : « il y a eu une dérive au niveau des frais du personnel et du fonctionnement et un manque de rigueur dans la gestion financière ». Ce que conteste la socialiste Françoise Cartron, en charge de la commune de 1995 à 2012 (avant de devenir sénatrice et de céder sa place à Jean-Claude Bergougnoux). « Quand j'ai laissé la commune il y a deux ans, tous les clignotants étaient au vert. On était dans les cinq ou six communes les moins imposées et les moins endettées de la CUB. On était à peine à 4% d'endettement ». Elle reconnaît toutefois qu'il y a eu une augmentation des frais de personnel au cours des six derniers mois de mandat de son successeur, Jean-Claude Bergougnoux, qu'elle justifie par le remplacement de trois personnes en congés maladie.

Des relations avec l'opposition pas toujours au beau fixeAnne-Lise Jacquet regrette également ses relations tendues avec l'opposition. « Je veux associer l'opposition au projet mais pour l'instant, en conseil municipal, je ne les ai pas trouvés très constructifs. Ils s'en prennent plutôt à la forme qu'au fond. C'est un peu dérangeant quand on me reproche une virgule qui manque dans un texte, plutôt que de me dire que ce projet n'est pas assez bien pour les Artiguais. Mais je ne les traiterai pas comme moi j'ai été traitée quand nous étions dans l'opposition », rassure-t-elle. Ce qui a le don d'agacer Françoise Cartron. « Mme Jacquet pouvait venir à toutes les commissions, toutes. Elle avait dans le journal municipal et dans le flash sa tribune libre à elle, que je n'ai jamais censuré. Elle ne connaissait pas ses dossiers et ne faisait que de la polémique. On ne pouvait pas coopérer avec elle. Au conseil municipal, elle arrivait avec une déclaration écrite, toute prête et politicienne à l'excès et c'était tout. Il n'y avait pas d'échange », lâche-t-elle.

Jacques Mangon, maire de Saint-Médard-en-Jalles.Si Anne-Lise Jacquet a émis le souhait d' « agir avec beaucoup plus de transparence que la gestion précédente », Françoise Cartron lui reproche de ne pas laisser de place à l'opposition. « Dans la lettre d'informations municipale qu'elle a fait paraître en mai, il y a des photos de tous les élus de la majorité mais pour les élus d'opposition, elle s'est contentée d'une phrase avec leurs noms ». On a pu vérifier, c'est exact. « J'ai été choquée, je n'ai jamais vu un tel boycott des élus d'opposition dans aucune commune ». Pourtant, la maire centriste l'assure : « je suis la maire de tous les élus, et les élus d'opposition ont leur place au sein du conseil municipal et dans les commissions municipales ».

Cette ambiance  au conseil municipal n'est pas non plus étrangère à Alain Turby, le nouveau maire centriste de Carbon-Blanc. S'il confie que les relations avec l'ancienne majorité socialiste de Nicolas Madrelle sont difficiles, il avoue toutefois avoir de très bons rapports avec la minorité communiste « A gauche autrement ». Et de noter un clivage au conseil municipal entre deux oppositions distinctes, à savoir deux nuances de gauche. « Mes adversaires maintiennent que nous sommes de droite, le disent et l'écrivent. Mais je ne combats pas au conseil municipal des idées de gauche. Il m'arrive très fréquemment de dire à Annick Becerro (N.D.L.R. : leader de « A gauche autrement ») : je suis d'accord avec vous. J'ai repris le principe de la cogestion de la CUB. Il n'y a pas d'opposition, je parle de minorité. On est dans une démarche où ils n'exercent effectivement pas de responsabilité mais où ils contribuent à l'effort et participent au débat ».

Mauvais perdants ?Cette amertume de l'ancienne municipalité, Alain Turby et Anne-Lise Jacquet s'accordent pour l'expliquer par une attitude de mauvais perdants. « Ils étaient dans la majorité, ils sont dans l'opposition. Je comprends que c'est compliqué pour eux mais il faut qu'ils digèrent certaines choses. J'ai un regard bienveillant envers eux », raconte Anne-Lise Jacquet. Franck Raynal ne dit pas autre chose. « J'avais d'excellentes relations avec les élus de la majorité quand moi-même j'étais dans l'opposition. Mais la nature humaine est ainsi faite. Les élus de l'opposition qui appartenaient à la majorité précédente semblent être particulièrement déçus de leur situation et sont beaucoup moins chaleureux avec moi que lorsqu'eux-mêmes étaient majoritaires et moi dans l'opposition. Moi, je n'ai pas changé d'attitude ». Pour Jean-Louis Haurie, conseiller municipal d'opposition à Pessac, ces tensions ne résultent en aucun cas de l'échec de l'ancienne municipalité à se faire réélire : « on a été battus et on assume notre défaite sans acrimonie car c'est la loi de la démocratie », plaide le socialiste. Mais au contraire de la pratique du nouveau maire : « le maire n'a pas vis-à-vis de l'opposition le respect qu'il devrait avoir ».

Seul Jacques Mangon, le premier magistrat de Saint-Médard-en-Jalles, avoue avoir gardé de très bons rapports avec l'opposition. « Je sais ce que c'est que d'être élu d'opposition et j'ai beaucoup de respect pour cette fonction. On leur a donné beaucoup d'outils qu'ils n'avaient pas, en termes d'accès, de présence dans les commissions. J'aurai à cœur d'éviter toutes les mesquineries que l'on peut faire à l'opposition. Le rôle de l'opposition en démocratie est absolument fondamental. S'il n'y avait pas d'opposition, la démocratie serait malade ».

Mathieu Presseq
Par Mathieu Presseq

Crédit Photo : Richard Duart

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
2769
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques

MLubin Politique | 24/09/2017

Dans les Landes, le PS conserve ses deux sièges de sénateurs