Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/10/18 : La diffusion de la mini-série TV, "Victor Hugo ennemi d'Etat", tournée en Dordogne, est annoncée pour les 5 et 6 novembre. Elle se présente en quatre épisodes et met en scène les comédiens Isabelle Carré et Yannick Choirat dans le rôle principal.

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/10/18 | Ford Blanquefort : le plan de Punch présenté

    Lire

    Des responsables de la société Punch ont été reçus ce mardi à Bordeaux à l'occasion d'une présentation officielle de leur projet de reprise de l'usine Ford de Blanquefort. Didier Lallemand, préfet de région, a souligné à la sortie "disposer d'une base qui paraît solide, il reste encore une négociation à avoir sur certains éléments sociaux. Le PSE serait une catastrophe. Il y a une reprise sérieuse, qui est financée, ce serait une trahison si demain Ford quittait la région sur de mauvaises raisons". De leurs côtés, les syndicats CGT, FO et CFTC appellent les salariés de l'usine à une manifestation jeudi 25 octobre à Bordeaux.

  • 23/10/18 | Girondins de Bordeaux : la vente repoussée.

    Lire

    La finalisation de la vente du club des Girondins de Bordeaux (entre M6 et GACP, qui devait avoir lieu ce matin dans un cabinet d'avocats parisiens, a été repoussée de quinze jours. Officiellement, un "retard de mise à disposition des fonds" a été évoqué. Pour le président du club, Stéphane Martin, c'est un problème "administratif". Cela confirme en tout cas les difficultés de GACP a réunir les 75 millions d'euros nécessaires. Ces derniers devraient cependant être débloqués dans la semaine. L'annonce d'un nouveau président, elle, devrait suivre.

  • 23/10/18 | Poitiers: Tous à la patinoire avec Pass’sport

    Lire

    Du 20 octobre au 4 novembre, la Communauté Urbaine de Grand Poitiers met en place son Pass’Sport. Il permet, pour les enfants des 40 communes jusqu’à 16 ans, un accès à la patinoire et le prêt de patins gratuitement tous les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 14h30 à 17h. Pour obtenir le Pass’Sport, rdv dans la mairie de votre commune. Renseignements : 05 49 52 35 35 ou pass-sports@grandpoitiers.fr

  • 23/10/18 | La Rochelle : après les travaux, un exercice de protection contre les submersions

    Lire

    Suite aux travaux de protection contre les submersions marines menés dans le quartier du Gabut et de la Ville en Bois, la ville de La Rochelle va mener un exercice de simulation d'état d'alerte submersions, le vendredi 23 novembre à partir de 17h. Formés les 18 et 19 octobre, 18 des 26 agents chargés d'intervenir seront mobilisés pour mettre en place clapets et batardeaux entre le pont Scherzer et l'esplanade du Gabut pour un test grandeur nature avant l'hiver.

  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | A Pau, le centre-ville piétonnier se fait désirer

06/07/2007 |

Palais des Pyrénées à pau

Le projet de modernisation du centre-ville, initié par André Labarrère, ancien maire de Pau, avait pour objectif de créer un espace piétonnier et de réoxygéner Depuis avril 2005, la cité paloise vit au rythme des travaux. Yves Urieta (voir article ci-contre) a repris le flambeau. Après l'ouverture du Palais des Pyrénées, l'inauguration de la Place Clèmenceau, futur coeur de la ville, est prévue pour juin prochain. Pour l'heure c'est une zone de chantier récemment plantée de chênes. Entre optimisme et ras-le-bol, la renaissance de la capitale béarnaise se fait attendre.

Le centre-ville de Pau se mourait. Il fallait agir. En 25 ans, la ville a vu sa population diminuer de 6,1%, ce qui représente 12% de logements vacants. Les Palois fuyaient le centre-ville pour aller s’installer en périphérie. Ce qui ne les empêchait pas de venir en ville, pour travailler. Résultat : une hausse des accidents lors des déplacements de l’extérieur vers Pau et un centre-ville « sinistré » aux dires des commerçants.
Une révolution s’imposait, question de survie. Ou comment faire pour que le centre-ville redevienne vraiment un lieu de vie. André Labarrère, aidé de son directeur de l’aménagement et de l’urbanisme, Jean-Pierre Bombaut, a opté pour un centre piéton, sur le modèle de beaucoup de villes en France. Pour plus de convivialité. Pour limiter les voitures et leurs nuisances. Les bus devaient prendre le relais. Des parkings rassurer ceux qui tiennent à la liberté de mouvement qu’offre la voiture. Un projet ambitieux. Deux ans après le début des travaux, qu’en est-il de cette volonté de rendre la ville aux piétons ?

La galère des travaux

La galère des travaux et le système « D », les Palois l’expérimentent tous les jours. S’ils se sont habitués au bruit et autres désagréments quotidiens, les commerçants n’aspirent qu’à une seule chose, la fin des travaux. « Il faut être optimiste. C’est un mauvais cap à passer. Et le plus dur est fait », se rassure Christian Bello, responsable de l’agence Verdié voyages, 7 place Clémenceau. Pour les commerçants, l’année 2006 a été un vrai cauchemar : marteaux piqueurs, poussière et vacarme ont fait fuir les clients. La situation s’améliore avec l’avancée des travaux. Surtout, l’ouverture du Palais des Pyrénées, en septembre 2006, a attiré les clients, curieux, et fait repartir la fréquentation.
François Authier, responsable du magasin Nature et Découvertes, de l’autre côté de la place, dresse le même constat, chiffres à l’appui : une baisse de son chiffre d’affaire de 5% l’année passée, compensée par une hausse de la fréquentation de 30% au dernier trimestre. Il confirme l’effet « Palais des Pyrénées » puisque 75% de ces nouveaux clients venaient dans son magasin pour la première fois.
Des visites en ville qui, comme les livraisons, prennent l’allure de parcours du combattant. La rue du Maréchal Joffre à sens unique un jour, le lendemain à double sens. « L’effet du changement du plan de circulation a dérouté tout le monde. Il a été plus préjudiciable que les travaux eux-mêmes », affirme le patron d’Interflora, Guy Labaste. Si les Palois ont du mal à s’y retrouver, pour les acheteurs venus de l’extérieur, c’est encore pire. Difficile d’atteindre le centre-ville puis d’en sortir.
Difficile de se garer. « Trouver un parking quand on arrive du nord de la ville, c’est compliqué », s’exclame Raymond Casau, propriétaire du restaurant Chez Pierre, rue Louis Barthou. Le tout nouveau parking, sous la place Clémenceau, avec ses 400 places, est accueillant, mais encore faut-il y arriver.

« Etre mieux informé par la mairie »

Comme dans toutes les villes qui conduisent des travaux de cette envergure, c’est la municipalité qui est en première ligne. « Etre mieux informé par la mairie », tel est le souhait de François Authier et de beaucoup d’autres commerçants.
« J’attends toujours qu’on me communique le projet concret et définitif d’aménagement du centre-ville», explique Thierry Samuel, le président de l’association « Pau Commerce ». Il déplore un manque de clarté concernant le choix des rues piétonnes. Une de ses autres préoccupations est la cohabitation des voitures et des bus. Bannir les automobilistes et aménager les circuits des bus pour les remplacer, sans oublier les parkings nécessaires à l’extérieur du centre-ville : c’est une première solution. Conserver les voitures, leur offrir un stationnement, sous la Place Clémenceau, mais leur interdire certaines rues : c’est la seconde. Ce qui ressort, pour Thierry Samuel, c’est un « flou artistique ».
Même impression chez les chauffeurs de bus. Des changements de circuits, des aberrations, comme les voitures, rue Jean Monnet, qui ont la possibilité de tourner à droite, pour prendre la rue Emile Guichenné, coupant ainsi la voie bus. Des incohérences qui se soldent par des retards sur certaines lignes, comme la numéro huit.« On ne donne pas une image de sérieux. On suggère des améliorations mais on se demande si on est écouté. Au final, on ne fait que subir », s’exaspère Thierry Vecchiato, un chauffeur. A cela s’ajoute un stationnement anarchique : des arrêts minutes qui s’éternisent, des arrêts en double file qui se multiplient. L’employé de la STAP (Société des transports de l’agglomération paloise) explique : « Le ton monte, on entre dans un système de conflits. » Et c’est l’attractivité de la ville qui en pâtit.
Tous partagent cette même crainte : que les consommateurs continuent à délaisser le centre-ville pour les grandes surfaces, plus simples d’accès et aux parkings gratuits. Mais tous sont prêts à séduire et fidéliser la nouvelle clientèle drainée par le Palais des Pyrénées. Le centre-ville rénové, la place Clémenceau devenue espace de vie, le nouveau défi sera, comme le souligne Thierry Samuel, de proposer des animations.

Estelle Maussion


Notre photo : la place Clémenceau en travaux/ le Palais des Pyrénées.

Partager sur Facebook
Vu par vous
3300
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !