Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | A Pau, les départements attendent des réponses claires

05/11/2014 | L’Assemblée des départements de France, qui tient son congrès en Béarn, veut y voir clair sur la réforme territoriale. En matière de compétences comme de financements

Claudy Lebreton (à g.), président de l'ADF, et Georges Labazée, président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques

Quels moyens pour les collectivités locales, pour quelles compétences ? La question soulevée par Claudy Lebreton, le président de l’Assemblée des départements de France, réunie ces jours-ci en congrès à Pau, est on ne peut plus d’actualité. Alors qu’ils accueillent ce jeudi le premier ministre en Béarn, les élus locaux continuent en effet à aborder la réforme territoriale avec une foule de questions.

Interrogé sur les compétences sociales exercées par les départements,  Claudy Lebreton reconnait par exemple que le point de vue de Manuel Valls a évolué. En considérant que l’on ne peut pas supprimer une communauté de plein exercice, et qu'il "est vain de miser sur la suppression des conseils départementaux". Mais si « le département reste un territoire pertinent », encore faut-il savoir comment  il peut financièrement fonctionner.

Car le ciel s’assombrit. « En 2014, il a fallu participer au redressement des comptes publics de la Nation pour 1,5 milliard d’euros. Cette fois-ci, c’est 11 milliards » explique-t-il. Tandis que Georges Labazée, son collègue PS des Pyrénées-Atlantiques rappelle que la réduction de dotation globale de fonctionnement attribuée à son institution passe de 5 à 12 millions d’euros.

Le problème est de taille  lorsque l’on sait de quelle manière les dépenses effectuées par les  collectivités bénéficient à l’économie locale . « 50 à 60% du chiffre d’affaires des entreprises de travaux public proviennent par exemple des commandes publiques. » Sans parler de l’augmentation inquiétante des dépenses sociales (RSA, APA)  dans une société frappée de plein fouet par le chômage. « Chez nous, ce sont des croissances de 5 à 6% par an, avec des recettes qui s’amoindrissent » s’inquiète le même Georges Labazée. « Dans les années qui viennent, cette dépense sera telle que, si on n’a les moyens de l’assumer, elle peut tuer le Département plus surement qu'autre chose. »

17 000 syndicats intercommunaux à revoirFace à un projet de loi surtout destiné à clarifier les compétences attribuées à chacun, l’ADF attend donc un discours précis  : "Que pense M. Valls des départements, et que veut-il en faire ? Quelle politique de l'emploi mène-t-on ensemble ? Quelle politique d'aménagement ? Quelle politique culturelle sur nos territoires ?  En matière sociale, nous attendons aussi du premier ministre qu’il nous dise ce qui relève du financement national et local. »

Des propositions sont de même formulées. Comme celle qui consisterait - pour réduire le mille-feuilles administratif -  à faire passer l’activité des 17 000 syndicats intercommunaux que l’on dénombre en France dans le giron de ces trois échelons de décision que sont les Régions, les départements et les intercommunalités .  

 A Pau, Manuel Valls,  rejoint par plusieurs membres du gouvernement (Ségolène Neuville pour la lutte contre l'exclusion, Marylise Lebranchu pour la décentralisation, et Sylvia Pinel pour le logement)  n’aura sans doute guère le temps d’admirer le remarquable paysage que le Palais Beaumont offre sur la chaîne des Pyrénées.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5834
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !