Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

  • 22/10/18 | Charente-Maritime : un nouveau sous-préfet pour le bassin de Jonzac

    Lire

    Jérôme Aymard, le nouveau sous-préfet de Jonzac, prend officiellement ses fonctions ce 22 octobre lors d'une cérémonie de commémoration aux Morts à Jonzac. C'est son premier poste en tant que sous-préfet, après avoir été chef de différents services de sous-préfectures dans la Loire et dans le Morbihan, où il était dernièrement DRH à la Préfecture.

  • 22/10/18 | Le retour des marchés au gras à partir du 3 novembre à Périgueux

    Lire

    La saison des marchés au gras et aux truffes a lieu du samedi 3 novembre au 16 mars 2019. Les mercredis et samedis matin, les producteurs locaux vendront leurs produits frais issus de l’élevage de canards et d’oies. La place Saint-Louis, accueillera une trentaine de producteurs de Dordogne venus faire découvrir, déguster et vendre des produits de haute qualité. Quatre marchés primés seront organisés, les 17 novembre, 15 décembre, 12 janvier et 16 février. Les marchés aux truffes débutent le 8 décembre.

  • 22/10/18 | Premières pistes pour la loi mobilité

    Lire

    Le projet de loi d'orientation des mobilités, qui doit être présenté en novembre, a détaillé son contenu ce lundi. On y découvre notamment la fin programmée des péages d'autoroute, remplacés par un système de capteur censé détecter une vignette, un badge ou la plaque d'immatriculation des conducteurs. Concernant le co-voiturage, un système de tarif dégressif est à l'étude. Enfin, l'indemnité transports et le forfait mobilité (pour les personnes se rendant au travail à vélo ou en co-voiturage) pourraient désormais bénéficier de 400 euros par an.

  • 22/10/18 | Vers un TGV Bordeaux-Londres ?

    Lire

    SNCF Réseau, Lisea, Eurotunnel et HS1 (la LGV britannique) viennent de signer un accord pour lancer une étude de faisabilité sur une liaison ferroviaire entre Bordeaux et Londres. Elle passerait par la ligne Bordeaux-Lille et permettrait de relier Londres en cinq heures. Pour l'instant, les discussions tablent sur un aller-retour par semaine. Avant une potentielle mise en service (qui pourrait intervenir en 2021 ou 2022), la Gare St Jean devra s'équiper d'un terminal international permettant de vérifier les passeports. Les résultats de l'étude de faisabilité ne sont pas attendus avant plusieurs mois.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | A Pessac, Michel Winock revient sur les engagements communistes des intellectuels

15/11/2009 |

Festival de Pessac

L'alchimie produite par la rencontre d'une éminence internationale, Michel Winock, et d'un thème alléchant, « Communisme, l'opium des intellectuels » était à découvrir dans le cadre du 20ème festival international du film d'histoire de Pessac. Michel Winock, historien, professeur rue Saint-Guillaume et membre fondateur de la revue l'Histoire, répondait cette semaine aux questions posées par les relations ambiguës que les intellectuels ont entretenues avec le Communisme durant l'après guerre.

« Ce n’était pas précisément la médiocrité qui poussait les intellectuels vers le communisme ».Dès le début de la rencontre, avec emphase, Michel Winock annonce la couleur. Etre communiste était un signe de talent. Même si chaque engagement était personnel, « un cas d’espèce » rappelle t-il, comment des gens si brillants que Michel Foucault, Edgar Morin, Jean-Paul Sartre, pour ne citer que les plus connus, ont-ils pu adhérer corps et âme à une doctrine, comme des croyants dictés par la foi ?

« C’était des croyants ! »
Des multiples raisons que donne Michel Winock pour expliquer ce phénomène, il insiste avant tout sur la méthodologie de l’historien qui doit faire preuve d’empathie. Il définit alors l’empathie comme « la volonté de comprendre les choses de l’intérieur ». Il fallait s’imaginer l’époque où au sortir de la guerre, l’Union Soviétique, terrassant le monstre nazi à Stalingrad, libérant Auschwitz, symbolisait la résistance, l’héroïsme, la fraternité et la conscience morale. Entrer au Parti communiste c’était être dans le bon camp.

Michel Winock, sans concession, affirme que derrière ce besoin des intellectuels de se rapprocher du destin des prolétaires, il y a une mauvaise conscience bourgeoise qui les tenaille.Et il enfonce le clou en poursuivant son raisonnement : derrière le besoin de solidarité, il y a la figure du Christ.

« Beaucoup de compagnons de route, dit-il sur un ton laconique, sous-entendant une évidence qui n’est plus à prouver, étaient poussés par un sentiment chrétien, et Michel Winock s’enflamme, le PC était le parti des pauvres ! Cet espoir d’un monde fraternel conduisait les intellectuels à oublier leur devoir de penser le politique, indépendamment de la Foi ! C’était des croyants ! »

« Le PS n’était pas sexy ! »
Vient alors se poser le sujet épineux du rôle des ces intellectuels, oublieux de leur condition, près du peuple et qui servent activement le parti communiste. Si la droite n’existait pas vraiment à l’époque, ce que l’on appelait la troisième force (démocrates chrétiens, droite libérale et SFIO) était privée du soutien des intellectuels. Ceux-ci étaient -Michel Winock citant tour à tour Staline et Gramsci- occupés à conquérir les esprits pour préparer le Grand Soir, défendant la ligne du parti dans le domaine politique, culturel et diplomatique. Les intellectuels étaient obnubilés par la puissance soviétique, « la poétique de la production », « l’énorme chantier» que représentait l’URSS. A côté de ce rêve éveillé et de ce système promettant un avenir radieux pour tous, « le PS n’était pas sexy !», déclame Michel Winock, droit sur son fauteuil. En principe marxiste, mais coupé du syndicalisme, loin de la lutte de terrain et de la réalité ouvrière, la SFIO ne représente ni la fraternité avec le peuple, ni l’espoir d’un monde meilleur. Le grand phare de l’humanité est à l’extrême gauche.

« Quitter le parti était un déchirement existentiel ! »
Michel Winock revient ensuite sur la terrible année 1956 pour le parti communiste et la réaction ambiguë des intellectuels face au retour brutal de la vérité. En mai 1956, le journal « Le Monde » publie le rapport Kroutchev qui fait état des crimes du stalinisme. Cette brèche devient un gouffre lorsque, durant l’automne 1956, les chars russes écrasent l’insurrection des ouvriers hongrois.

«Certains décident de ne plus y croire, affirme Michel Winock, pourtant aucun n’ose quitter le parti. Etre au PC, était moins un acte de raison qu’un acte d’amour, du parti, des compagnons… Quitter le parti était un déchirement existentiel, abandonner les ouvriers était un crève-cœur !Certains professeurs attendaient une mutation.»

Olivier Darrioumerle

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
443
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !