Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | A Sciences Po Bordeaux, on pratique "la discrimination positive régionale"

06/11/2008 |

Sciences Po Bordeaux

Sciences Po est une école élitiste par nature. Le recrutement se fait avant tout dans les milieux favorisés (cadres, enseignants...). "Quand j'étais à Sciences Po Paris, il y avait 1,6% d'ouvriers", rappelle Alain Rousset, le président du Conseil régional d'Aquitaine. Aujourd'hui, ces instituts d'études politiques tentent de faire évoluer les mentalités et de favoriser la diversité sociale. A Sciences Po Bordeaux, par exemple, l'école offre, avec l'aide de la Région Aquitaine, des cours à certains lycéens aquitains, afin d'accroître les chances de réussites de leurs élèves.

« Sciences Po Bordeaux, je le peux parce que je le veux ». Depuis 2004, l'Institut d'études politiques (IEP) de Bordeaux, qui fête cette année ses 60 ans, a mis en place,  une opération de « discrimination positive » pour ouvrir cette école « élitiste » à une population, qui n'a pas, socialement ou géographiquement, coutume d'accéder à une formation de ce type. Concrètement, cela se traduit, dans un premier temps, par une campagne d'information dans quinze lycées aquitains, d'octobre à novembre. « Là, on s'aperçoit que beaucoup de lycéens ne connaissent même pas l'existence de Sciences Po. Ou alors, ils s'imaginent que c'est une école qui forme des hommes politiques », souligne Ibrahim Ndiaye, le coordonnateur du dispositif. « Quand j'ai découvert que les cours étaient aussi diversifiés à Sciences Po (culture générale, économie, histoire, droit..., ndlr), j'ai su tout de suite que c'est ce que je voulais faire », confirme Gabriel, 19 ans, un ancien du lycée Val de Garonne, dans le Lot-et-Garonne, qui vient d'être admis à l'IEP.

"Sans la prépa, je n'y serai pas arrivé"

Ensuite, pour les lycéens intéressés, Sciences Po, avec le conseil régional d'Aquitaine, offre 30 heures d'enseignements pour préparer le concours d'entrée (à Bac +0). Les cours sont donnés par leurs professeurs de lycées et portent sur les trois épreuves : composition sur un thème d'actualité, histoire-géographie, langues (anglais, espagnol...). Des cours gratuits, alors que les "prépas" d'été sont nombreuses dans le privé. « Sans cette « prépa », je n'y serai pas arrivé. Les professeurs nous ont appris à faire de bons plans de dissertations, une méthodologie, qui nous permet de réussir », avoue Yannis, du lycée Elie Faure à Lormont, un lycée au cœur de la cité, dans la banlieue bordelaise. Par ailleurs, des tuteurs volontaires, des étudiants de Sciences Po Bordeaux, les aident également dans leur préparation.

Et, après quatre ans d'expérience, les résultats sont là. 110 lycéens ont été présentés en 2006, 9 ont été reçus. Cette année encore, ils étaient 7 admis. Des statistiques encourageantes pour un concours sélectif, qui ne retient que 120 élèves sur 1800 candidats. « C'est formidable. Cette opération nous permet de « dévier » la trajectoire sociale de ces jeunes issus de milieu défavorisés, de leur offrir un avenir et des raisons d'espérer », se félicite Francine Burlaud, professeur de lettres au lycée Elie Faure à Lormont, classé en ZEP (zone d'éducation prioritaire).

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
1082
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !