Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

  • 22/06/18 | Charentes : de nouvelles plantations viticoles autorisées

    Lire

    Suite à son AG de juin, le Conseil viticole du bassin "Charentes-Cognac" a fait le point sur les demandes d’autorisation de plantations nouvelles en 2018. Elles ont dépassé les limitations fixées. Chaque demandeur de ces secteurs se verra donc attribuer une surface minimale dans la limite de la surface demandée. A savoir : 48 ares pour l’AOC Cognac ; 3 ares pour l’AOC pineau des Charentes ; 13 ares pour l’IGP charentais ; 59 ares pour les demandes de vins sans IG (VSIG).

  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | A Talence, en Gironde, les deux candidats se livrent une « guerre sans merci »

14/03/2008 |

Gilles Savary

Talence, 4° ville de Gironde avec 40 000 habitants, est le théâtre d'une lutte intense entre les deux candidats à la mairie. L'enjeu est de taille : au delà d'une victoire dans l'une des deux grandes villes universitaires de l'agglomération, c'est la présidence de la Communauté urbaine de Bordeaux qui peut en dépendre.

« Si tous ceux que nous avons séduit pendant la campagne était venus voter dimanche, nous aurions été élus dès le premier tour » déclare, agacé, le maire sortant de Talence, Alain Cazabonne (MoDem). Bien qu'il soit en tête (avec 46,63% des voix), il est conscient que la partie est loin d'être gagnée face à son opposant socialiste, Gilles Savary (44,82%), un des porte parole de Ségolène Royal pendant la campagne présidentielle.

Dès lundi matin, Alain Cazabonne a donc repris le chemin du terrain. Direction, la cité de Thouars, à quatre kilomètres de Bordeaux, où vivent dans les HLM, 5 500 personnes, dont de nombreux jeunes, qui n'ont pas voté. Dès son arrivée, des habitants l'accostent et évoquent les élections. « Désolée, je ne suis pas allée voter. Je pensais que vous seriez élu monsieur Cazabonne » s'excuse poliment Ksel, jeune maman d'une vingtaine d'années. « Dimanche, je voterai. Je n'oublie pas que j'ai eu un logement grâce à vous. » ajoute t-elle. Riahi, 60 ans, père de deux enfants promet, lui, de « faire campagne pour le maire ». Un de ses fils, Brahim, a été embauché à la mairie, avec trente autres jeunes du quartier. « Mon fils a appelé tous ses copains pour qu'ils votent dimanche prochain » assure Riahi. Alain Cazabonne « entretient » ses réseaux, car, sur les 22 000 inscrits, 7 400 n'ont pas voté. Et pour gagner, il doit absolument convaincre l'électorat populaire, dans cette ville universitaire, où l'on penche à gauche aux élections nationales. Visiblement, quelques uns sont séduits. « J'ai ma carte au PS, mais là je voterai pour vous. Aux élections municipales, c'est l'homme qui nous intéresse, pas le parti. Vous, on vous connaît. Je ne vote pas pour un inconnu », explique Adja, la trentaine.

« Le terrain, j'y suis toute l'année ! »

Des propos qui font sursauter Gilles Savary, le candidat socialiste, député européen. « Le terrain, j'y suis toute l'année ! Le maire achète ces jeunes des cités, en leur distribuant gratuitement des places pour les matchs des Girondins de Bordeaux, pour qu'ils véhiculent ce discours. » « Gilles Savary est un menteur » rétorque Alain Cazabonne, qui envisage de porter plainte contre lui pour diffamation. « La vérité est sur le terrain » répond le candidat socialiste. Aujourd'hui, il est dans le quartier Henri Brisson, un quartier résidentiel pour du « porte à porte ». Il sonne, on lui ouvre aussitôt. « Bonjour, on fait campagne. » « Ah, mais, je vous connais, vous êtes Gilles Savary ! » répond Nils, une trentaine d'années. « Vous voyez que je ne suis pas un inconnu » souligne le candidat socialiste. Des habitants l'encouragent. « Nous espérons que vous allez passer. On s'y emploie » clame Mireille, 69 ans. Deux maisons plus loin, Gilles Savary engage la conversation sur les projets en cours dans le quartier. « Vous avez vu, ils vont faire des logements et même une crèche à deux pas de la voie ferrée, c'est aberrant ! » Françoise et son mari acquiescent : « on votera pour vous ». Lorsque les gens sont absents, il dépose un petit mot, écrit à la main, par lui-même. On peut y lire : « bonjour, j'ai besoin de vous dimanche, merci. » Après deux heures de porte à porte, le candidat socialiste s'en va, avec le sentiment que la « victoire est à portée de mains ». Pour lui, les dés sont déjà jetés. Il pense que le report des voix des deux autres listes (LCR et divers gauche, soit 7% des voix au total) présentes au premier tour, devrait se faire sur son nom. Mais, derrière cette élection, et cette campagne si « électrique », se cache un autre enjeu. De taille. En cas de victoire de Gilles Savary, la gauche est assurée de conserver la présidence de la communauté urbaine de Bordeaux. En cas de défaite, tout reste ouvert. Alain Juppé, fraîchement réélu à Bordeaux, en est bien conscient. Hier soir, il s'est lui-même déplacé pour soutenir le candidat MoDem, Alain Cazabonne.

Nicolas César

Photos aqui: GilleS Savary, micro à la main et Alain Cazabonne

Partager sur Facebook
Vu par vous
688
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !