17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Alain Iriart se présentera à la présidence du Conseil général des PA

01/04/2015 | Il nous l'avait signifié dès lundi matin lors d'un entretien mais devait consulter ses amis D'EH Bai. Il vient d'officialiser sa décision

Alain Idiart maire de Saint Pierre d'Irube

Lundi après-midi, nous commentant, au delà de sa propre performance dans le canton de Saint-Pierre-d'Irube les résultats de la plateforme abertzale, Alain Iriart envisageait, pour la forme, de se présenter au premier tour de la présidence du Conseil général. "Sur cette élection, nous avons totalisé 25 000 voix et jeudi je serai le seul à porter ces voix du Pays basque, aussi j'envisage de l'exprimer en me présentant au premier tour. Il vient d'officialiser cette hypothèse aujourd'hui. Voici le contenu de l'entretien qu'il nous a accordé lundi après-midi.

Ce n’est pas son nom, ni celui de sa binôme d’EH Bai, Fabienne Ayensa, maire de Briscous sans étiquette, égrenée 7437 fois lors du dépouillement, dimanche, dans sa mairie de Saint-Pierre-d’Irube qui aura le plus satisfait Alain Iriart, contre les 2091 voix de son adversaire du Front national Dave Aguerre. (« Un accident dû aux mésententes à gauche ») Ce sont ces 45,40 % enregistré par la jeune classe abertzale constituée de Peio Etcheverry-Ainchart et Leire Larrasa à Saint-Jean-de-Luz face aux 54,60 % du tandem UMP Dubarbier-Juzan, certes à la faveur d’une mésentente au sein de la majorité du Conseil municipal de Ciboure, ou encore le beau score enregistré à Ustaritz.

Lundi dans son bureau de la mairie, Alain Iriart (ici dimanche à la mairie lors du dépouillement des bulletins) qui sera le seul représentant de la plateforme de gauche abertzale Euskal Herria Bai (Oui au Pays basque) que l’on peut classer parmi les nationalistes modérés, jeudi au Parlement de Navarre tenait une réunion. Stratégique avant le vote de la présidence ?
« Je le sentais venir depuis les municipales commentait-il. Nos propositions étaient en phase avec les problématiques, vivre, travailler et décider au Pays basque. Autour de cela, le logement, l’emploi et les transports dans le bassin de vie du Pays basque. Nous sommes pour une intercommunalité unique Pays Basque à fiscalité propre, afin que notre pays soit connu et reconnu et qu’il puisse prendre en main les compétences nécessaires à la satisfaction des demandes et des besoins du territoire Pays Basque ».

« Ce sont des messages que l’on entend aussi du côté du Conseil des élus, poursuivait-il; Il manque un petit déblocage politique. Nos propositions jusqu’à présent étaient entendues comme des propositions idéologiques, je pense que depuis dimanche les choses ont changé. Personnellement je pense que ce n’est pas le Conseil départemental qui doit être le levier de notre spécificité, mais le Conseil des élus. Le travail d’expertise doit se poursuivre en son sein et au Conseil de développement pour ensuite proposer un avis pour débat dans les communes et les intercommunalités ainsi qu’au Conseil départemental et avec nos concitoyens. Avec une officialisation de la langue basque. J’ai défendu seul cette idée pendant sept ans. Sur cette élaboration, nous avons été en avance jusqu’à présent au Pays Basque, il ne faut pas que nous prenions du retard. »
Seul contre tous, que peut peser Alain Iriart jeudi, face aux groupes qui se présenteront à la présidence au nom aussi d’un Béarn auquel il reconnaît évidemment la spécificité. Ce que Jean-Jacques Lasserre appelle un département bicéphale ? « Mon ambition est d’être la voix du Pays Basque ce jour-là et des 25 000 électeurs qui nous ont apporté leurs suffrages. Aussi j’envisage de me présenter au premier tour de la présidence. Ne serait-ce que par respect pour ces électeurs... ».
Il vient de le confirmer aujourd’hui après avoir consulté ses amis de EH Bai.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : FD

Partager sur Facebook
Vu par vous
1248
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Périco Légasse | 01/04/2015

Honneur à Alain Iriart de porter la parole des Basques au Parlement de Navarre, symbole d'une vieille nation coupée en deux par l'Espagne et la France. Voici un peuple qui attend depuis des siècles la reconnaissance du droit à disposer de lui même. Un jour viendra où Euskal Herria sera une réalité politique et un exemple pour toutes les démocraties du savoir vivre ensemble. Gora Euskadi askatuta !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !