Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Alain Juppé, en route pour un quatrième mandat à la mairie de Bordeaux

28/03/2014 | Ce vendredi 28 mars, Alain Juppé a été officiellement investi maire de Bordeaux avec 52 voix.

Le nouveau conseil municipal de Bordeaux

"C'est pour moi, un moment de grande émotion". Tels ont été les premiers mots d'Alain Juppé ce vendredi 28 mars, après son investiture avec 52 voix, contre 7 pour Vincent Feltesse. Très vite, le maire de Bordeaux a rappelé les priorités de son quatrième mandat : assurer la place de Bordeaux au sein d'une métropole, développer et améliorer l'emploi, rendre la ville "plus fraternelle", lutter contre la pauvreté, préserver la qualité de vie... Devenue l'une des personnalités politiques préférées des Français, il a évidemment été interrogé sur ses ambitions présidentielles.

"Il va falloir faire mieux avec moins, du fait du désengagement de l'Etat. Nous devrons innover. C'est passionnant", a rappelé, Alain Juppé, en préambule de son discours d'investiture. "De grands changements nous attendent", a-t-il souligné. En l'occurence, Bordeaux va désormais s'intégrer pleinement dans une "métropole". L'emploi, la lutte contre la pauvreté, l'amélioration de l'offre pour la petite enfance, de la qualité de vie, à travers l'enrichissement de la vie culturelle et sportive, seront ses priorités. Dans son discours, son opposant socialiste, Vincent Feltesse, désormais conseiller municipal, a promis d'être "constructif et vigilant". Au passage, il a acté le fait qu'Alain Juppé sera dimanche, président de la CUB (Communauté urbaine de Bordeaux) et lui a demandé à ce titre de réfléchir à la création d'un EPFL (Etablissement public foncier local) pour lutter contre la montée des prix du foncier dans l'agglomération. De son côté, son colistier, l'écologiste, Pierre Hurmic, a rappelé que plus de 62 000 Bordelais ne sont pas allés voter dimanche dernier, soit un taux d'abstention de 55%. Alain Juppé l'explique, sans détour : "les électeurs de gauche sont déçus par la politique du gouvernement et la multiplication des sondages a laissé à penser que les jeux étaient déjà faits".

Alain Juppé appelle le gouvernement à redonner de la confiance aux acteurs économiquesClassé dans certains sondages homme politique préféré des Français, Alain Juppé a, plus que jamais, le vent en poupe, à l'heure où l'UMP manque clairement de leadership. Les journalistes l'ont évidemment questionné longuement sur la situation politique au niveau national. Alain Juppé considère qu'un remaniement gouvernemental  ne changera pas les choses. "L'essentiel, c'est de savoir si l'on va changer de politique pour que les acteurs économiques retrouvent confiance. Car, le risque aujourd'hui est que la politique gouvernementale se gauchise". Le fondateur de l'UMP suggère de "mettre au point un plan réaliste de réduction des dépenses sur cinq ans et de déserrer l'étau réglementaire, normatif, donner du contenu à ce fameux choc de simplification pour donner de l'oxygène aux entreprises". Concernant ses ambitions pour la présidentielle de 2017, Alain Juppé a botté en touche, rappelant que chez lui, ce n'était pas une obsession. Tout en indiquant, "qu'il n'est pas trop tôt pour penser l'organisation des primaires". Interrogé sur la Une de l'Express qui le qualifie de "sauveur", l'ancien ministre a répondu qu'il ne se "prenait pas pour un sauveur et qu'il n'avait pas la grosse tête".  

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : NC

Elections municipales - 2014Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4723
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !