18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Alain Juppé tente de rassurer les Bordelais

15/11/2010 |

Alain Juppé, lors de la conférence de presse ce lundi

Depuis plusieurs mois, Alain Juppé avait fait part de son souhait de servir à nouveau son pays. Face à un Nicolas Sarkozy en grande difficulté, le maire de Bordeaux a su se faire désirer, soulignant à plusieurs reprises qu'il ne redeviendrait ministre qu'à certaines conditions. Dimanche, il a été nommé ministre de la Défense. Mais, en 2008, l'ancien Premier ministre avait aussi promis que sa ville "méritait un maire à plein temps" et qu'il ne se consacrerait qu'à Bordeaux. Alors, ce lundi 15 novembre, au cours d'une conférence de presse, il s'est voulu rassurant, quant à sa capacité à mener de front ses deux missions d'élu local et national, en expliquant les raisons de ce revirement.

"Je ne pars pas de Bordeaux, je serai à Bordeaux", a déclaré Alain Juppé lundi, lors d'une conférence de presse à l'hôtel de ville. Détendu, souriant, le nouveau ministre a consacré 20 minutes aux journalistes pour faire passer ce message rassurant aux Bordelais. Alain Juppé s'est dit "heureux" de rejoindre le gouvernement, "une nouvelle équipe sérieuse et compétente", qui aura de nouvelles réformes à mettre en oeuvre et des chantiers à poursuivre. Interrogé sur ses contradictions, le maire de Bordeaux, qui avait promis à ses administrés de ne pas cumuler les mandats, estime qu'il n'a pas de leçons de morale à recevoir. "Quand on regarde autour de soi, on voit combien certains cumulent. C'est une spécificité française. C'est discutable. Mais, le contexte a changé, chacun a le droit d'évoluer", a-t-il répondu.

Michel Duchène coordonnera l'équipe à Bordeaux 

En clair, alors qu'aujourd'hui Nicolas Sarkozy semble dans l'impossibilité d'assurer sa réélection, Alain Juppé estime que le pays et la droite ont besoin de lui pour redresser la barre. D'ailleurs, à l'image d'un Premier ministre, il n'hésite pas à fixer la ligne politique de ce gouvernement. "Nous avons besoin d'un nouvel élan, une nouvelle feuille de route (pour l'emploi, le dialogue social) ". C'est aussi une revanche. En 2007, Alain Juppé avait occupé la place de numéro 2 dans le premier gouvernement Fillon comme ministre d'Etat chargé de l'Ecologie. L'aventure n'avait duré qu'un mois (18 mai-18 juin), en raison de sa défaite aux législatives face à la socialiste Michèle Delaunay. La question désormais est de savoir s'il peut vraiment concilier son mandat de maire et de ministre. Alain Juppé n'a pas le moindre doute à cet égard. "Je l'ai prouvé par le passé. J'ai été Premier ministre - ce qui est plus que d'être ministre -, président de la communauté urbaine et maire, et c'est le moment où tous les grands projets bordelais qu'on voit aujourd'hui réalisés ont été lancés. Et, Paris-Bordeaux n'est qu'à 50 minutes en avion !", a-t-il rappelé.

Cela suppose aussi un changement d'organisation à la mairie. S'il n'y aura pas de premier adjoint, c'est "une équipe", celle en place depuis 2008, qui assurera le quotidien. Michel Duchène, chargé de la cité numérique, de la prospective et de la stratégie urbaine, de la circulation et du stationnement, sera chargé de la coordination. "La division est fatale, je compte sur l'esprit de rassemblement autour de notre amour commun pour Bordeaux", a conclu Alain Juppé. De leur côté, les Jeunes Socialistes "dénoncent encore une fois les promesses non tenues et le mépris affiché par M. Juppé à l'encontre des Bordelais". "Alors que tant de Français peinent à trouver un emploi et assistent impuissants à l'érosion continue de leur pouvoir d'achat, le seul sauveur, la surprise d'un remaniement qui tourne à la farce, est justement celui qui détient le triste record de la rigueur, de la paralysie du pays et des plus grosses manifestations de revendication sociale, Alain Juppé. Un homme sans parole, un bilan de premier ministre calamiteux, voilà l'homme providentiel d'un pouvoir de droite qui n'en finit pas de sombrer", fustige, pour sa part, la députée socialiste de Gironde, Michèle Delaunay.

Nicolas César

Photo : Isabelle Camus

Partager sur Facebook
Vu par vous
496
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !