15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Alain Rousset : « l’emploi, le transport et l’action territoriale sont mes trois priorités »

18/09/2017 | Le Président de la Région Nouvelle-Aquitaine a fait sa conférence de presse de rentrée ce lundi 18 septembre

Rentrée d'Alain Rousset, Président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « l’emploi, le transport et l’action territoriale sont mes trois priorités »

Un an et demi après la création de la grande région, la politique territoriale, ou « l’accompagnement de la région sur chacun de ses territoires », reste une des trois priorités de son Président Alain Rousset. Un "retournement" des territoires qui se ferait notamment par l'emploi et les entreprises. L’emploi est donc aussi inscrit au titre des priorités régionales tout comme le transport, qui outre le maillage des territoires, vient de plus en plus s’imposer comme une urgence. En témoigne les conclusions d’un récent audit de SNCF Réseau, relayé par le Président de la région devant la presse : d’ici 2030, c’est 1,1 Mds € qui devront être mis sur la table pour la restauration du réseau ferré de la Nouvelle-Aquitaine.

« Des territoires sont en souffrance, on doit apporter la réponse à ces inquiétudes avec les compétences et les moyens de la Région », souligne d’entrée le Président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. Dans cette optique, différents axes d’actions sont mis en œuvre, et de rappeler notamment que le projet d’une DATAR régionale poursuit sa création. Mais, le gros du travail en matière de politique territoriale, c’est le SRADDET (Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires) que la région doit élaborer, conformément à la loi NOTRe.

Vers un moratoire sur les grandes surfaces en périphérie des villes ?
Celui-ci a vocation à rassembler en un seul document l’ensemble des différents schémas, plans et stratégies réalisés par les régions dans 12 domaines d’intervention touchant à l’aménagement du territoire : de l’équilibre et l’égalité des territoires à l’aménagement des services numériques en passant par l’habitat et le logement, la lutte contre le changement climatique, ou encore le désenclavement des territoires ruraux…
« Une immense machine » de l’aménagement du territoire dont la concertation démarrera le 12 octobre prochain à Limoges. « Cette concertation sera appuyée par des données statistiques pour bien correspondre à la réalité des territoires, et poser comme priorité, le développement des activités productives », indique Alain Rousset qui n’oublie pas de préciser que « les efforts seront fait notamment vers les moyennes et petites villes qui permettent d’éviter une déprise ». A ce propos, il insiste sur la nécessité d’évoquer, lors des échanges atour du SRADDET, l’idée de disposer d’un moratoire sur les grandes surfaces à la périphérie des villes, source de déprise des centre-ville, tout en étant moins créatrice d’emplois :  « un emploi en grande surface, c’est deux emplois en centre-ville », affirme-t-il.

"Le problème des chefs d'entreprise n'est pas de licencier, mais de recruter"
L’emploi justement, est la deuxième préoccupation évoquée par le Président de la Région. Là encore plusieurs axes. D’abord, le maintien d’une politique de clusters « dynamique et par le haut ». A savoir l’harmonisation des clusters pré-existants dans les 3 anciennes régions, mais aussi la création de nouvelles entités à commencer par le secteur de l’économie de la mer, dont le cluster sera officiellement lancé le 12 décembre prochain. Autre secteur possiblement « clusterisable » : la cyber-sécurité. Autre axe de travail de la région abordé ensuite par Alain Rousset : la formation et l’apprentissage.
Un sujet formulé en un clin d’œil aux préoccupations gouvernementales, «il faut résoudre le problème des chefs d’entreprise, qui en France, n’est pas de licencier, mais de recruter ». Et de citer l’exemple d’une entreprise bordelaise en difficulté de recrutement sur les métiers du bâtiment, d’autres à Fumel en manque de charpentiers ou de conducteurs de ligne de production d’embouteillage, ou une dernière à Ussel en recherche de 30 personnes à recruter…
Face à cette difficulté, il faut selon lui,  « rassembler toutes les forces : la formation, l’apprentissage, le logement, et la communication sur ces métiers. On a ouvert plus de 200 formations dont 124 en apprentissage… Nous inaugurons 3 CFA d’ici la fin de l’année. Nous avons une stratégie d’investissement sur la formation extrêmement forte.»

"Plus qu’une faiblesse, des lignes TER sont en péril"
Enfin troisième sujet prioritaire développé par Alain Rousset en cette rentrée : le transport. « La faiblesse de notre réseau ferré a été démontré par un audit de SNCF Réseau. Plus qu’une faiblesse, des lignes sont en péril » et de citer plus particulièrement : Limoges-Angoulême  et Bergerac-Libourne, mais d’autres sont en souffrance. Il y a quelques jours encore, la région a été alertée d’une faiblesse de la voie entre Poitiers et Limoges, qui entraîne une limitation de la vitesse des trains. Conséquence le trajet habituel d’1h45, va passer à plus de 2 heures. De quoi agacer le financeur des TER qu’est le Conseil régional. D’autant que l’audit en question estime à 1,1M€ la restauration des voies d’ici 2030, « simplement pour conserver le réseau en l’état, et rattraper les retards de maintenance. On ne parle pas ici d’amélioration des performances… ».
De quoi laisser entrevoir à Alain Rousset, la mise en place d’un plan ferroviaire et d’un plan pluri-annuel d’investissement par le biais d’une convention avec l’Etat et la SNCF. D’autant que sur ce gros milliard, 600 M€ d’euros visent des opérations à réaliser « en urgence » avant 2020…Un séminaire de travail pourrait ainsi être organisé sur le choix des travaux prioritaires à effectuer. L’occasion sans doute aussi de chercher de nouvelle source de financements à équation sinon « intenable » pour la collectivité, même si parmi les pistes le Président de la Région n’ignore pas celle de la taxe carbone, dont l’idée et tout juste relancer au niveau national. « Avec la Région Grand Est, nous nous portons volontaires pour l’expérimenter. D’autant que la région est traversée de 9 000 à 10 000 camions par jour…. Notre région est celle où la part de transports de marchandises par le train est la plus faible, 2,5%, contre 15 à 25% entre la France et l’Allemagne, et 15 à 25% entre la France et l’Italie. »
Une manière aussi d’exprimer son souhait toujours présent, malgré les mésaventures judiciaires de la déclaration d’utilité publique du projet GPSO, d’une deuxième ligne LGV pour dégager la ligne existante vers l’Espagne, et y faire progresser le fret. Avec cette fois, comme piste de financement le recours aux investissements d’avenir…

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3895
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !