Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/08/19 : Hier vers 21 heures, des manifestants anti-G7 ont tenté de bloquer l'autoroute A63, non loin du camps d'Urrugne et se sont heurtés aux policiers. Ils en ont légèrement blessé quatre par un tir de mortier d'artifice. 17 personnes ont été interpellées

23/08/19 : Emmanuel Macron accusant le président brésilien de lui avoir "menti" sur ses engagements environnementaux lors du G20 en juin dernier se dit opposé, sur fond d'Amazonie en feu, "dans ces conditions" à l'accord de libre-échange entre l'UE et le Mercosur

21/08/19 : Selon "Mediabask", les Gilets jaunes invitent leurs troupes à se rassembler, pour leur 41e samedi à Bayonne, dans le cadre du G7. Ils estimeraient que le contre-sommet d'Hendaye et d'Irun et la manifestation de samedi ne sont pas assez musclés.

20/08/19 : A Périgueux, Péri meuh, la 3e édition de la fête agricole aura lieu les 20,21 et 22 septembre des allées Tourny à la place Francheville. Elle accueillera de nombreuses animations dont le concours national de la race limousine.

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/08/19 | La Rochelle : pas de ténors pour l'Université d'été du PS

    Lire

    Alors qu'Europe Ecologie les Verts et la France Insoumise se réunissent chacun autour de leur Université d'été à Toulouse, le Parti socialiste (PS) a lancé la sienne ce vendredi, sur un discours d'accueil du maire Jean-François Fountaine et en présence du président de Région Alain Rousset. Malgré 2000 militants attendus, les grandes figures du PS restent absentes de cette nouvelle formule - François Hollande et Bernard Cazeneuve feront leur rentrée aux Journées parlementaires du PS à Avignon (4-6/09).

  • 24/08/19 | La Rochelle : le premier secrétaire du PS appelle à remettre de l'écologie dans le parti

    Lire

    En marge de l'Université d'été du PS (23-25 août), le premier secrétaire de PS Olivier Faure a appelé à accorder une nouvelle place à l'écologie dans leur réflexion, sous peine d'isolement du parti : "Il n’y a pas d’écologie viable sans le social et pas de société viable sans l’écologie", a-t-il déclaré à l'AFP. Quelques jours plus tôt, Oliver Faure avait déclaré regretté la division ente les partis de gauche (EELV et FI font leur rentrée de leur côté) alors que les municipales sont en vue.

  • 23/08/19 | Corrèze : les agriculteurs entendus par l'État

    Lire

    Le 21 août, Didier Guillaume, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, a autorisé la Corrèze à valoriser ses jachères, malgré la sécheresse. En effet, c'est désormais une liste de 9 départements, dont la Corrèze, qui font l'objet de la dérogation autorisant la valorisation des jachères. Cette décision permet d'accroître les stocks destinés à l'alimentation des animaux. Face à une autre année de sécheresse, la profession a fait la demande auprès du Préfet dès le 1er juillet.

  • 23/08/19 | Charente-Maritime : de nouvelles mesures de restriction d'eau

    Lire

    L'arrêté du Préfet de Charente-Maritime du 20 août dévoile une nouvelle mesure de restriction d'eau. Si toutes les précédentes ont été reconduites, il en est une nouvelle, concernant le bassin EPMP. En effet, ce dernier est désormais en alerte "Crise", le niveau maximal. Ainsi, le Marais Sèvre Niortaise fait l'objet d'une interdiction totale des prélèvements d'irrigation agricole depuis le 21 août.

  • 23/08/19 | Aliénor en son et lumière à Cabanac-et-Villagrains (33)

    Lire

    Le 31 août, la commune de Cabanac-et-Villagrains (33) organise une grande fête médiévale, sur le site historique des mottes castrales. Après une journée festive, comprenant spectacle de fauconnerie et banquet médiéval, un spectacle son, lumière et costume d'époque "Aliénor en terre gasque" prendra place à la nuit tombée. Interprétée par des acteurs bénévoles, l'histoire sera contée en français et gascon par les élèves adultes du cours de Gascon de Cabanac. A noter la participation des écuries de St Selve sous la direction de Franck Reyne qui dirige également les cavaliers de la Bataille de Castillon. Programme en ligne

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Aménagement du territoire: un premier projet de schéma régional adopté

08/05/2019 | Prévu par les dernières réformes territoriales, le texte du projet de SRADDET a été débattu et adopté par les conseillers régionaux en début de semaine

Assemblée plénière du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine

C'est aux environs de 22h30 ce lundi 6 mai que se sont achevés les débats de la séance plénière du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine consacrés au vote du Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Égalité des Territoires (voir notre article du 02/05/19). Ou, plus exactement au vote du projet de ce futur SRADDET car celui-ci devra en effet encore passer les mailles de plusieurs consultations : celle du public avec une enquête publique, celles des collectivités locales à travers la Conférence territoriale de l'action publique et enfin une relecture par les services de l'Etat en région, avant d'être à nouveau soumis aux élus régionaux lors de la plénière de décembre 2019. Un passage au triple tamis qui faisait souhaiter à Alain Rousset en début de séance « un vote unanime » sur le document pour en affirmer sa force politique. Huit heures de débats plus tard, ça n'aura pas été le cas ; s'il est parvenu à rallier le Modem à sa cause, les alliés EELV ont préféré s'abstenir sur un texte qu'ils avaient pourtant largement co-écrit.

La grande originalité du Sraddet est de réunir en seul document tout un ensemble de plans et programmes régionaux relatifs à l'aménagement du territoire, tout en permettant à la Région, selon son Président, de mettre « le pied dans la porte du pouvoir réglementaire ». « Un Schéma des schémas », comme ont aimé à l'appeler les élus Modem, qui portera en effet, un caractère opposable bien qu'encore limité sur certains documents d'urbanisme et d'aménagement, dont principalement les SCOT (Schéma de Cohésion territoriale). Un document tel un grand puzzle de l'aménagement du territoire régional « très environnementaliste » selon l'exécutif, et ayant vocation à « massifier la transition écologique et environnementale en Région tout en prenant en compte l'équité entre les territoires. »

"Bonnes intentions floues" ou "changement de société" ?
Au fil des quelque 2000 pages et 80 objectifs du document, le choix de l'exécutif néo-aquitain de limiter à 50% le rythme de la consommation du foncier d'ici à 2030, a particulièrement été au cœur des débats. Un objectif particulièrement fort et symbolique au regard de sa future portée réglementaire, volontiers reconnu comme tel sur l'ensemble des bancs de l'assemblée ; bien que diversement apprécié par les élus y siégeant. Une disposition créant même parfois des désaccords au sein des groupes politiques. C'est notamment le cas du groupe UDI, dont le chef de groupe Aurélien Sebton, tout en pointant « une succession de bonnes intentions floues » digne « d'une synthèse de fin de congrès du PS », reconnaît au sein de son groupe « des divisions sur la question du foncier », certains plaidant même pour le principe de neutralité foncière.
Pour les élus EELV, représentés par Jean-Louis Pagès, ce SRADDET est « une première marche assez ambitieuse » qui va bien dans le sens attendu par le groupe « d'un changement de société devenu indispensable ». De quoi être « très satisfaits », là où à l'extrême droite de l'assemblée régionale, on pointe un texte « usine à gaz », qui « menace l'indivisibilité de la République », et qu' Edwige Diaz, Présidente de groupe, s'amuse à tenter de renommer « Soumission de Rousset Alain par le Détricotage à l'Europe Tentaculaire » (SRADDET)...

Etalement urbain vs liberté des territoires
Quand à l'Union centriste qui, par la voix de Jean Dionis du Séjour, reconnaît à ce texte de ne manquer « ni d'intérêt ni de force », une crainte, notamment, a justifié l'abstention du groupe : celle de la mise en balance du caractère chiffré et réglementaire des 50% de diminution des surfaces constructibles à 2030 face à la liberté des territoires en matière d'urbanisme et d'aménagement. Si l'intention paraît louable, il s'agit là selon le maire d'Agen d' « un piège qui se refermera sur les collectivités locales ». Il s'explique : « Le document SRADDET sera au final un document d'Etat validé par la Préfecture. La compatibilité entre les SCOT et le SRADDET sera vérifiée par les services de l'Etat, notamment au travers des éléments chiffrés du document que sont ces 50%. En l'état, ce texte est une machine à contentieux supplémentaire entre les territoires et l'Etat », prévient-il.
Un souci de la liberté des collectivités infra-régionales et de la bonne adaptation « d'un objectif homogène aux nombreux territoires hétérogènes de la Région » également souligné par d'autres intervenants tels que Stéphane Delpeyrat pour le groupe Génération.s. Bien que soutenant le texte, sa méthode de création (qui a fait appel à la concertation) et ses objectifs notamment fonciers, l'élu landais rappelle que « certaines petites communes ont déjà un quota de permis de construire à 0 ou à 1 par an. Il faut donc veiller à respecter les territoires et tenir compte de certaines situations ; la problématique de l'étalement urbain est différente à Bordeaux qu'à Nerbis dans les Landes ». Un message également porté par Christophe Pattier pour Les Républicains qui met lui aussi en exergue « le risque de l'application uniforme du critère des moins 50% » et la possible « pénalisation des territoires en zones rurales ».
Un message entendu par le président de la Région, précisant à plusieurs reprises « que le rôle de la région n'est pas de verrouiller mais d'apporter de l'ingénierie, il ne s'agit pas de pénaliser les communes qui ont déjà fait beaucoup d'efforts, mais de ne pas laisser les maires seuls face au problème essentiel qu'est l'étalement urbain... ». Une question de l'accompagnement des élus communaux d'ailleurs soulevée, entre autres par les groupes LR et Modem, mais restée, au-delà d'une assurance de principe, sans réponse encore précise d'Alain Rousset.

Des demandes entendues
Un groupe Modem dont un certain nombre des demandes ont été entendues par l'assemblée régionale, puisque plusieurs de ses propositions d'amendements ont été votées, tels, en partenariat avec l'UDI, la proposition de la fin progressive des aides régionales destinées aux producteurs d’emballages en plastique pétrochimique, ou encore le soutien aux efforts pour une aviation plus durable. Les transports, au même titre que la transition énergétique (avec l'objectif à terme d' « une région à énergie positive »), la préservation de la ressource en eau ou encore la protection des espaces naturels et de la biodiversité faisant partie intégrante de ce super-schéma régional. Un sujet de la mobilité qui a d'ailleurs créé la scission au sein de la majorité. Les verts ont en effet décidé de s'abstenir lors du vote du document, en raison du rejet de leur amendement visant à supprimer toute référence à la GPSO dans le SRADDET, et à s'opposer aux développements de plateformes aéroportuaires. Deux projets jugés par Jean-Louis Pagès et ses compagnons EELV« très irresponsables sur le plan climatique ».

Au total ont voté pour ce projet de Sraddet : les groupes PS et apparentés, PRG (sauf Benoit Biteau, président du groupe qui s'est abstenu), Génération(s), DINA et MODEM. Ont voté contre RN et Eddie Puyjalon, et se sont abstenus : Benoît Biteau, EELV, LR (sauf Eddie Puyjalon), UDI et Union Centriste.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Conseil régional Nouvelle-Aquitaine

Partager sur Facebook
Vu par vous
3471
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !