Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Anglet pleure sa base navale dissoute

06/07/2015 | Vendredi,les deux patrouilleurs "Athos" et Aramis" ont quitté la Base navale. Celle-ci a fermé définitivement ses portes ce lundi lors d'une émouvante cérémonie de dissolution

Dissolution Base navale

Une cérémonie emplie d'émotion en ce lundi matin a eu pour cadre la Base navale de l'Adour à Anglet en présence d'autorités civiles et militaires. Au nom des restrictions budgétaires, la BNA ferme ses portes après 32 ans d'activités. Auparavant, la Ville avait tenu à recevoir les personnels de cette base de la Marine qui a toujours répondu aux cérémonies patriotiques et qui entretenait d'excellentes relations avec elle. Dimanche, pour la première fois ses patrouilleurs n'étaient pas à la traditionnelle Fête de la Mer.

 Triste cérémonie donc en cette fin de matinée de lundi à l'occasion de la dissolution de la base navale de l’Adour présidée par le vice amiral d’escadre Emmanuel de Oliveira, commandant la zone et l’arrondissement maritime Atlantique, préfet maritime Atlantique et au cours de laquelle le capitaine de frégate Xavier Picut, commandant la marine à Bayonne et la base navale de l’Adour, lui a remis symboliquement le fanion de la base navale après une dernière cérémonie des couleurs.

De nombreuses personnalités civiles et militaires, dont le commandant Roussille qui en fut le premier commandant il y a 32 ans, s'étaient associées à cette manifestation. Ainsi notait-on le contre-amiral Beauchesne, commandant de la Marine à Bordeaux, le général Liot de Nortbecourt, délégué miitaire départemental; le colonel Delpit, chef de corps du 1er RPIMa; le capitaine de frégate Miguel Tato Porto, commandante naval de San Sebastian; le préfet Durand, le sous-préfet de Bayonne Dalennes; la député Sylviane Alaux, le maire d'Hendaye, Kote Ecenaro et les représentants des maires de Bayonne, d'Anglet et Saint-Jean-de-Luz

La longue histoire de la marine sur la Côte basqueAvant que ne soit baissées les couleurs en présence d'un piquet d'honneur de marins sous le commandement de la capitaine de corvette Christelle Haar, le vice-amiral de Oliveira a retracé l'histoire de cette base navale de l’Adour inaugurée en 1983 sur son site actuel. "Elle est l’héritière d’une longue histoire de la marine nationale au Pays Basque. Effectivement, dès le 19 ème siècle des bâtiments sont stationnés à Hendaye à la station navale de la Bidassoa pour affirmer la souveraineté française et régler les différents entre pêcheurs français et espagnols, rappelait-il.  L’un des commandants les plus célèbres de cette période reste le lieutenant de vaisseau Julien Viaud, plus connu sous le nom de Pierre Loti."
Durant la seconde guerre mondiale, les marins de la station navale, avec les pêcheurs de Saint-Jean-de-Luz, organisent le départ des résistants français et des réfugiés fuyants l’avancée des nazis. Après avoir été dissoute, la station navale de la Bidassoa est rétablie en février 1945. En 1959, la convention franco-espagnole renforce le rôle des commandants des bases navales au delà du seul domaine des pêches.

En 1973, la création d’une brigade de gendarmerie maritime renforce les pouvoirs du commandant de la station navale. L’envasement de la baie de Sokoburu et la recherche par la délégation générale de l’armement (DGA) d’un site pour accueillir ses nouveaux patrouilleurs contribueront à la décision d’installer une base navale moderne et pratique sur la rive gauche de
l’Adour. Le 7 janvier 1983, le commandant de la station navale de la Bidassoa devient commandant de la marine à Bayonne et commandant de la base navale de l’Adour (BNA). Le 1 er septembre 1983, les deux patrouilleurs "Athos" et "Aramis"accostent pour la première sur les quais et ils seront rejoints en 1988 par la brigade de gendarmerie maritime.
"Point d’appui essentiel dans le sud-ouest pour l’action de l’Etat en mer, la Base navale Adour a participé à de
nombreuses opérations de secours en mer ou de lutte contre les pollutions, ajoutait le vice-amiral. Le « Prestige », ou plus
récemment le « Luno » en sont des exemples. La base navale encadre les préparations militaires « marine » de Bayonne et de Tarbes, permettant ainsi à des milliers de jeunes du sud-ouest de découvrir la marine."

Vendredi, en début d'après-midi, les patrouilleurs de surveillance de site (PSS) "Athos" et "Aramis" ont franchi pour la dernière fois l'embouchure de l'Adour pour rejoindre Cherbourg leur futur port base. Quant à la base navale de l’Adour, elle terminera, jusqu’au 1er octobre, la fermeture de ses installations. Une antenne marine nationale composée de six personnes perdurera après cette date pour traiter les affaires transfrontalières avec les autorités militaires espagnoles. Les préparations militaires continueront.

fanion base.

La tristesse de la ville d'AngletLes élus de la Ville, ayant appris la fermeture de la Base navale dès ce lundi, souhaitaient exprimer toute leur reconnaissance à ses personnels en organisant une réception d'adieu. L'occasion pour Jacques Veunac, premier adjoint en remplacement de Claude Olive en convalescence, d'envoyer quelques torpilles au gouvernement initiateur de ce désarmement: "Avec toutes  ces dissolutions, ces réorganisations incessantes depuis les années 1990, nous pouvons et nous devons, nous interroger sur le degré de capacité opérationnelle de nos armées. La grande muette ne proteste pas, ne manifeste pas, s’accommode des maigres moyens qu’on lui attribue, et fait au mieux avec peu".

Et de lancer une citation du Général de Gaulle au président Roosevelt en 1945 : «  Il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté du monde ". Avons-nous encore les capacités de respecter ce pacte ? Les patrouilleurs de surveillance "Athos" et "Aramis" de la base navale Adour,  soi-disant à bout de souffle, les deux derniers à coque en bois, poursuivront leur carrière au sein de la gendarmerie maritime, entraînant la fermeture de la base navale Adour d’Anglet qui a  trente-deux ans d’existence". Il concluait: merci de nous avoir transmis votre raison d’être qui se retrouve dans votre devise :« Honneur, Patrie, Valeur, Discipline »
Il y aura un bien grand vide autour du monument aux morts d'Anglet lors des prochaines cérémonies du 14 juillet sans les p'tits gars de la marine et leur capitaine de corvette Christelle Haar.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D

Partager sur Facebook
Vu par vous
3294
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !