12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Après la tempête, le Pays des Landes de Gascogne s'interroge sur son identité

03/04/2009 |

Les Landes de Gascogne

« C'était comme si le matin en ouvrant la fenêtre, on ne voyait plus la montagne que l'on avait vu la veille en se couchant ». Pour Bernard Rouchaléou, directeur du Pays des Landes de Gascogne, Klaus a été un véritable traumatisme. Le 24 janvier, la tempête a ravagé près de 200 000 hectares de forêt, soit près de la moitié de l'espace forestier du Pays. Bien au-delà des conséquences économiques sur le massif forestier, c'est l'identité même de ce territoire, situé entre le sud Gironde et le nord des Landes, qui a été touchée en « plein coeur ». Le 3 avril, les élus du Pays ont donc décidé se réunir pour repenser l'identité du territoire et redéfinir ses priorités de développement.

« Il y a un véritable malaise sur le territoire, nous sommes tous affectés  par ce paysage dévasté, ces arbres déchiquetés à mi-hauteur, que l'on soit ou non propriétaire forestier », confie Bernard Rouchaléou. Selon ce natif du pays, la tempête a révélé l'importance de la forêt comme facteur de cohésion dans le Pays des Landes de Gascogne, qui rassemble 118 communes et environ 60 000 habitants sur plus de 500 000 hectares...

100 000 hectares sans le moindre arbre...
Aujourd'hui, les habitants, comme Bernard, qui vit ici depuis 56 ans, ont perdu leurs repères. Les Landes de Gascogne ont désormais des « zones blanches ». Dans quelques mois, une fois, les dernières coupes rases effectuées, 100 000 hectares de terres se retrouveront privées de tout arbre. Un véritable bouleversement dans un espace occupé à 79% par la forêt...  Résultat, l'identité des Landes de Gascogne est remise en question. Après deux tempêtes en dix ans, de nombreux forestiers s'interrogent sur l'intérêt de replanter. Et, ce d'autant plus que produire des céréales rapporterait dix fois plus. Certains pensent même à installer des panneaux photovoltaïques dans les champs.

Conscient que l'avenir du territoire se joue aujourd'hui, l'ensemble des élus du Pays ont voté le 20 février, lors d'une assemblée générale extraordinaire, une déclaration solennelle clamant leur volonté de préserver la vocation et l'identité forestière du secteur. Mais, comment recomposer le paysage ? « La priorité est de reboiser dans les bourgs, les zones habitées et d'y amener de la biodiversité, avec davantage de feuillus (chênes...), qui résistent mieux au vent », avance Bernard Rouchaléou. Ensuite, « les collectivités locales doivent veiller à bien maîtriser le foncier, ne pas céder aux tentations et se garder des terrains pour leur propre développement », avertit-il. En effet, ces petites communes rurales devront continuer à investir pour préserver leur attractivité, alors même qu'elles viennent de perdre leur principal atout, la forêt...

Comment maintenir l'attractivité de ce territoire avec une forêt décimée ?
D'autant plus, que la tempête risque d'entraîner le récent regain de dynamisme des territoires, selon Bernard Rouchaléou. Depuis cinq ans, le Pays des Landes de Gascogne était sorti d'un long cycle de dépopulation avec une croissance de 1% par an. Les communes commençaient tout juste à établir des plans locaux d'urbanisme, des éco-constructions et développer les services à la population. Toutes ces questions qui seront évoquées le 3 avril prochain, lors d'une réunion, où les élus du Pays vont définir les axes de développement des années à venir. D'ici fin mai, un projet global doit être présenté aux partenaires (Conseil général, régional...). En attendant, de nombreux sites touristiques comme l'écomusée de Marquèze vont devoir repenser leur communication. « Nous allons devoir expliquer la tempête et revoir notre message. Marquèze n'est plus le témoignage de la lande préservée du XiXème siècle », souligne Jean-Luc Gleyze, le vice-président du Pays des Landes de Gascogne, conseiller général du canton de Captieux (Gironde). Ceci étant, « il faudra éviter l'effet voyeuriste et donner envie aux gens de revenir ».

L'Etat annonce de nouvelles mesures pour la filière bois
Vendredi 27 mars, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno a  a promis des aides exceptionnelles pour des projets d'utilisation du bois-énergie financés par le "Fonds Chaleur Renouvelable" et qui feraient appel à du bois issu de la tempête, lors d'un déplacement dans les Landes. Elle a également évoqué "des aides supplémentaires" ou "une bonification pouvant aller jusqu'à 25%" pour des projets financés par ce Fonds et garantissant une "utilisation de bois issu de la tempête". Par ailleurs, "une enveloppe exceptionnelle de 10 millions d'euros pour aider au financement de plateformes de stockage de bois" sera dégagée et "1,2 million d'euros" seront mobilisés "en faveur de la restauration des milieux naturels affectés par la tempête", a indiqué, dans un communiqué, le ministère de l'Ecologie. De son côté, Jean-Louis Martres, président du Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest a estimé que "le bois-énergie ne constitue pas une solution pour écouler le bois" couché par la tempête, en raison du manque d'équipements par rapport aux volumes disponibles et de la faible valeur-ajoutée offerte par ce débouché.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
541
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !