aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Aquitaine: un budget 2013 qui tient le cap des investissements

18/12/2012 | Ce 17 décembre, le Conseil régional a voté son budget sans grand désaccord de fond entre les groupes politiques.

Vote du Budget régional 2013 en session plénière le 17 décembre 2012

Passant de 1,352 Md€ à 1,365 Md€, le budget régional progresse de 1%, soit moins que l’inflation. Une quasi-stagnation, à l’image de celle des recettes en légère progression et d’une politique d’investissement maintenue à 44% du budget. Avec une capacité de désendettement de 2,4 ans, la Région passe de la 1ère à 2ème marche du podium des régions les moins endettées de France. Malgré des critiques circonstanciées, c’est un budget sur le fond globalement accepté par l’ensemble des élus. Si l’UMP a voté contre, le groupe du Modem qui habituellement le rejette s’est cette année abstenu de vote. La trêve des confiseurs avant l'heure?

En quelques chiffres le budget régional 2013 est donc en augmentation de 13,5 M€. Dans un contexte plusieurs fois qualifié de « très difficile » voire « extrêmement grave», les dotations de l’Etat n’augmentent que de 0,75% et la fiscalité directe et indirecte de 0,59%. Seules les recettes liées au retour d’investissements menés par le Conseil régional marquent une légère augmentation. Le recours à l’emprunt à hauteur de 245M€ reste identique au Budget 2012. Du côté des dépenses,  les investissements se maintiennent à 44% du budget soit 1,114 Md€ et les dépenses de fonctionnement augmentent de 2,5%  passant de 235 à 241M€. Sur ces deux chiffres l’Aquitaine se positionne ainsi comme la 1ère région française en termes d’investissement et la 2ème région dans le classement des dépenses de fonctionnement les plus faibles en frais réels.

"Prendre les dépenses à bras le corps"
C’est d’ailleurs pourtant sur ces dépenses de fonctionnement que se sont principalement portées les attaques de Michel Diefenbacker, Président du groupe UMP et apparentés.  En effet, selon ses mots, « le temps des vaches grasses est révolu »,  il faut donc «prendre la question des dépenses à bras le corps ». Avec une augmentation de ces dépenses supérieure au taux de l’inflation,  la Région doit selon lui « cesser de donner la priorité à son train de vie ». Dans ce sens, il conseille notamment de « maîtriser les effectifs » ou encore de revoir à la baisse les frais de mission des élus en déplacements. En effet, les  5246€ qu’il cite feraient de l’Aquitaine « la région la plus dispendieuse » dans ce domaine. Pour autant, même si quelques reproches ne sont pas absents, en ce qui concerne les grands axes d’investissement portés par le budget, on ne note pas dans son intervention de critique globale de la politique menée par l’exécutif. Parmi les critiques les plus fortes: la réhabilitation de la ligne Pau-Canfranc, principalement portée par la Région et dont « le coût financier explose passant en quelques années de 32 M€ à 109 M€ aujourd’hui ».

Une abstention en encouragement
Un coût de réhabilitation également questionné par Philippe Meynard, dans son intervention au nom du groupe Forces Aquitaine (Modem). Une intervention dans l’ensemble plutôt bienveillante à l’égard du budget soumis au vote. Si l’élu évoque un manque de clarté entre les actions évoquées et leur chiffrage précis, il trouve dans ce document budgétaire «beaucoup d’intentions louables » et assure le Président Rousset que le groupe qu’il représente « croit en la sincérité de son action au service des Aquitains ». De son point de vue, « le budget est suffisamment engageant pour que les élus de Forces Aquitaine ne votent pas « contre » », mais tout de même « trop déséquilibré au détriment des aquitains ruraux pour ne pas voter « pour » ».  En effet, l’aménagement du territoire, critique récurrente du Groupe à l’égard des politiques de la région, est cette année encore bien présente. « La région doit assumer son rôle d’aménageur », en particulier dans le domaine de la santé, du très haut débit ou encore du sport et de la culture. Au total tout de même, une position singulière pour le groupe : une abstention en signe semble-t-il d’encouragement.

LGV et grand stade: "inutiles et destructeurs"
Du coté des Verts et du Front de gauche ; les élus ont voté pour l’adoption du budget, tout en mettant leur opposition ou abstention sur un certain nombre de chapitres. Les verts ont donc voté contre les investissements liés au transport en raison des lignes budgétaires consacrés au financement de la LGV, "grand projet inutile et destructeur". Même sort réservé au sport, en raison de l’opposition du groupe à la subvention de 15 M€ en faveur du grand stade à Bordeaux. Une opposition également partagée par le Front de gauche dont le Président de groupe, Alain Baché, a également appelé avec d’autres (Modem, Verts et PS), à engager une réflexion plus poussée sur l’éco-conditionnalité des aides aux entreprises, notamment en appréciation du critère de versement de dividendes.

"Un budget de cohérence"
Quant à Stéphane Delpeyrat, Président du groupe PS, il a quant à lui et sans surprise tenu à souligner un « budget de cohérence » avec les politiques régionales, « liant modernisation économique, appareil productif, éducation et recherche » ; un budget « de solidarité à l’égard des territoires » et un budget qui n’oublie pas le développement durable, notamment par les investissement faits en faveur du rail tant pour la LGV que pour les TER.

 
Voir aussi notre article: Région Aquitaine : Un budget 2013 sous le signe de la «structuration économique régionale»


Manifestion d'agents des lycées pour une revalorisation des salaires

Manifestation des agents TOS le 17/12/12

Au moment où l’assemblée régionale votait son budget, le parvis de l’Hôtel de Région a été le lieu d’une manifestation des personnels TOS  (Techniciens Ouvriers et de Service) des lycées. Intégrés à la fonction publique territoriale en 2007 suite à un transfert de compétence de l’Etat à la région, Ils réclament un alignement de leur salaire sur celui des fonctionnaires du siège du Conseil régional. Une demande dont le coût est estimé à 6M€ par an par le Conseil régional. Evoqué à plusieurs reprises lors des débats budgétaires Alain Rousset s’est dit ne pas être insensible aux réclamations des manifestants mais d’être dans l’impossibilité d’y répondre au regard «de l’état actuel des ressources de la Région». Il a par ailleurs tenu à rappeler que si la situation n’était pas parfaite, des efforts importants, de l’ordre de 14M€ avait été fourni en direction de ces personnels : déprécarisation de 250 d’entre eux, anciens contractuels intégrés à la fonction publique territoriale, prise en charge de 25% de leur mutuelle santé, effort en matière de médecine du travail et en matière de rémunération permettant aux agents titulaires, primes comprises, d’avoir un salaire minimum de 1428,66 euros net.  

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
323
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !