Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Pays basque : Aurore Martin libérée... sous caution

22/12/2012 | La militante basque, Aurore Martin a retrouvé sa liberté ce samedi 22 décembre.

Aurore Martin

Ce samedi, Aurore Martin, militante basque française de Batasuna a retrouvé sa liberté, en échange d'une caution de 15 000 euros. Son "cas" fait beaucoup parler ici au Pays Basque. Car, c'est la première basque française remise aux autorités espagnoles dans le cadre du mandat d'arrêt européen pour des faits qui sont légaux en France. Le mouvement Batasuna est en effet interdit en Espagne, mais autorisé en France. Partis politiques, associations, syndicats et organisations de défense des droits de l’Homme se sont depuis mobilisés pour obtenir sa libération.

Ce samedi Aurore Martin, 33 ans, a quitté la prison madrilène où elle était incarcérée après avoir versé 15 000 euros de caution. La décision a été prise vendredi (hier) par trois juges de l'Audiencia Nacional. Elle avait déjà déposé une première demande de remise en liberté devant la justice espagnole dès son incarcération, qui avait été rejetée par le juge. Il est reproché à Aurore Martin d'avoir participé à des réunions publiques comme membre de Batasuna, parti considéré comme le bras politique de l'organisation séparatiste basque ETA, mais autorisé en France. A Bayonne, ce samedi une collecte de fonds organisée dans un bar du centre-ville pour l'aider à payer la caution a déjà fait venir 200 personnes en deux heures. D'autres points de collectes ont été mis en place dans le département. 

Aurore Martin, victime collatérale du conflit entre l'ETA et le gouvernement espagnol ?Cette demande de caution n'était pas justifiée, selon Batasuna. "Sa libération est pour nous une très heureuse nouvelle, mais nous dénonçons cette caution qui s’apparente à une rançon de la part de l’Etat espagnol. Nous voulons remercier toutes les personnes qui se sont mobilisées pour dénoncer l'arrestation et l'incarcération d'Aurore" a déclaré Batasuna dans un communiqué. Le "cas" d'Aurore Martin semble avoir été instrumentalisé dans le rapport de force entre l'ETA et le gouvernement espagnol. D'ailleurs, la députée européenne EELV Catherine Grèze, qui avait rendu visite à Aurore Martin dans sa prison a souligné le fait que "sa libération prochaine constitue "un pas de plus dans le processus de paix au Pays basque, qu'il faut désormais poursuivre". Rappelons que l'ETA a annoncé le renoncement à la lutte armée, en octobre 2011.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : Gauche unitaire.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
477
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !