Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Bassin d'Arcachon : première visite officielle du Président du Conseil Départemental

13/08/2015 | Jean-Luc Gleyze a souhaité dresser un état des lieux de ce territoire en allant à la rencontre de ceux qui font le Bassin d'Arcachon

Jean-Luc Gleyze Président du Conseil Départemental de la Gironde

Pour sa première visite officielle sur le Bassin d’Arcachon en tant que Président du Conseil Départemental, Jean-Luc Gleyze a souhaité, hier, dresser un état des lieux de ce territoire en allant à la rencontre de ceux qui font le Bassin. Au programme de cette journée : les infrastructures routières du Bassin d’Arcachon, l’exploitation économique des ports et le Domaine de Certes-Graveyron. Une première visite qui marque le coup d’envoi de son passage dans les trente-trois cantons du Département et l’occasion, pour le Président, d’évoquer les grands dossiers de ce secteur et de s’exprimer sur son approche de la politique départementale.

C’est « un territoire qui possède une réelle importance en terme d’attraction et d’économie. C’est aussi un des premiers du Département qui sera impacté par le vieillissement de sa population ». Autant de raisons pour Jean-Luc Gleyze de porter un intérêt tout particulier à ce coin de Gironde que beaucoup ne connaissent que quelques jours par an, comme lieu de villégiature. Mais parmi les grands dossiers concernant le Bassin, il en est un que même le vacancier le plus insouciant ne peut ignorer : les difficultés de circulation en période estivale pour accéder à ce site ou pour le contourner.

Des infrastructures routières insuffisantesEn cause, notamment, la voie directe jusqu’à Arcachon. Une question épineuse sur laquelle le Département a commencé à se pencher en engageant des études sur la partie départementale de la route concernée ; études dont le résultat ira compléter l’analyse initiée dans le cadre du Contrat de Plan État-Région pour la partie nationale. Car « il n’est pas concevable que des solutions soient trouvées pour la partie nationale de la route sans se préoccuper de l’exutoire sur la partie départementale », précise Jean-Luc Gleyze. Mais le problème n’est pas récent et il risque d’empoisonner la vie des automobilistes pendant encore quelque temps puisque l’État ne pourra pas faire part de ses résultats avant 2019.

Autre pierre d’achoppement, l’engorgement des voies de circulation existant sur le Bassin. À ce titre, le contournement, bien qu’intéressant, semble poser quelques problèmes de réalisation. « La maîtrise foncière appartient pour partie à certaines communes et on ignore comment elles deviendront actrices d’un projet comme celui-ci au travers de ces questions foncières », précise Jean-Luc Gleyze.

Demeure enfin le coût des travaux. « On est sur 40 millions d’euros d’investissement et le plan pluriannuel d’investissement du Département n’a, pour l’instant, pas été revu pour la mandature à venir. Il y a cependant un réel besoin d’amélioration sur le Bassin d’Arcachon. Nous allons réunir les acteurs concernés et voir comment on peut faire avancer le projet » poursuit-il. L’an prochain, un pacte territorial doit être signé entre le Département et les territoires afin de définir les priorités que le Département viendra financer. L’occasion, peut-être, de régler enfin la question.

Le port de Larros

Vers une nouvelle gestion des ports ? De passage sur le port de Larros, le Président du Département a également visité des chantiers navals dont Couach, premier constructeur français de yachts et échangé avec des ostréiculteurs.

En présence d’élus locaux, il a évoqué l’éventuel impact de la loi NOTRe sur la future gestion des ports : « le choix va se poser de laisser chaque collectivité infra-départementale gérer son port comme elle le souhaite, ou d’avoir une vision globale et stratégique de la gestion des ports dans le département et surtout sur le Bassin car c’est là qu’ils sont les plus nombreux ».

Une seconde option qui semble avoir l’assentiment, notamment, d’Olivier Laban, Président du Comité Régional de la Conchyliculture Aquitaine Arcachon et de Marie-Hélène des Esgaulx, Sénateur-Maire de Gujan-Mestras. « Nous sommes dans des périodes où nous avons appris à travailler ensemble, entre collectivités. Je prône une vision stratégique d’ensemble des ports avec négociations avec les professionnels implantés sur les ports et les collectivités concernées », poursuit-il. Un travail qui pourrait aboutir à la gestion des ports au travers d’un syndicat mixte, pour une mandature placée sous le signe de la discussion et de l’échange.

Quant à la question, sujet à polémique, des dégustations organisées par les ostréiculteurs dans leurs cabanes, et face au risque de voir « les parqueurs devenir des snackeurs », dixit olivier Laban, la solution consisterait peut-être à permettre aux collectivités de proposer, dans des cabanes jamais réappropriées à des ostréiculteurs, une offre complémentaire de produits autres que les traditionnelles huîtres et vin blanc, afin d’attirer les familles.

Une idée qui n’en est encore qu’au stade de la réflexion et qui ne règle pas le problème des ayants droit ni celui des critères prévalant au choix des ports qui pourront bénéficier de cette manne.

Une visite qui s’est terminée par un passage par le domaine de Certes-Graveyron, « un élément important du domaine départemental, amené à devenir un équipement phare du Département sur ce territoire » conclut le Président.

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : E. Diaz

Partager sur Facebook
Vu par vous
4680
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 17/08/2015

A propos de l'idée d'un contournement du bassin, une sorte de périphérique, je suppose :
C'est la facture à payer quand on a laissé faire une croissance urbaine gaspilleuse d'espace, fondée sur des lotissements éparpillés qu'aucun système de transport en commun ne peut desservir efficacement à un coût raisonnable.
Or ce modèle sévit encore partout, et en premier dans l'aire de Bordeaux, malgré les avertissements de quelques experts, et par la faute de nos élus.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !