aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

24/04/17 : Résultats définitifs Pau : Votants 76,05%. Macron 29,95%, Mélenchon 21,95% , Fillon 17,96%, Le Pen 12,01 % , Hamon 8,98%, Lassalle 3,57%, Dupont-Aignan 3,01%, Poutou 1,13%, Asselineau 0,83%, Arthaud 0,44%, Cheminade 0,17%.

24/04/17 : Résultats définitifs Floirac : JLM 30,41%; EM 23,64%; MLP 17,22; BH 10,73%; FF 9,34%

24/04/17 : Résultats définitives Carbon-Blanc : EM 26,77%; JLM 23,60%; MLP 18,75%; FF 11,85%; BH 9,36%; NDA 4,74%; PP 1,89%; JL 1,71%; FA 0,71%; NA 0,41%; JC 0,21%

24/04/17 : Résultats complets à Bègles : JLM 33,63%; EM 26,02%; MLP 12,58%; BH 10,85%; FF8,90%; NDA 2,96%; JL 1,76%; PP 1,63%; FA 0,91%; NA 0,54%; JC 0,22%

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

  • 24/04/17 | Réaction d'Olivier Falorni, député de la circonscription La Rochelle-Ré

    Lire

    Le député de la 1re circonscription de Charente-Maritime s'est montré satisfait des résultats : "Si je devais résumer cette élection en un mot, je dirais : neuf. La vie politique ne sera plus la même.La gauche et la droite ont implosé. Les Français ont montré une volonté de tout mettre en l'air,de bazarder les anciennes pratiques. Macron comme Le Pen sont trangressifs en ce sens qu'ils refusent d'être de droite ou de gauche[...] Les Français ne veulent plus d'une politique de clivages périmés"

  • 23/04/17 | Pyrénées-Atlantiques : le Modem évoque une "belle espérance"

    Lire

    Comme l'a fait François Bayrou, qui estime que la clé du second tour réside dans le rassemblement, le président Modem du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Jacques Lasserre, qualifie de "belle espérance" le résultat obtenu par Emmanuel Macron sur le plan national. Il salue également un projet qui associe "la recherche d'une économie compétitive et un équilibre social sans lequel rien ne peut se construire".

  • 23/04/17 | François Bayrou : "Le premier défi sera de rassembler"

    Lire

    "Après tant et tant d'inquiétudes, les Français ont choisi de faire mentir les prophètes de malheur et de choisir l'espoir" estime François Bayrou. "Le premier défi sera de rassembler sans perdre son cap, avec un renouvellement des visages mais également des pratiques". Sans prendre le risque de crier victoire trop tôt, François Bayrou ajoute qu'aux élections législatives, il "sera proposé aux Français d'élire une majorité nouvelle. Le temps de cette fracture entre des supposées droite et gauche elles mêmes éclatées en leur sein n'est plus le temps que nous vivons".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Bayonne: J.-R. Etchegaray met fin à ses fonctions de président de l'ACBA

19/02/2016 | Le désaccord des quatre autres maires de l'agglomération Côte basque Adour sur le projet de schéma d'intercommunalité unique Pays basque(EPCI) est à l'origine de cette démission

Voeux ACBA Etchegaray

Élu à l'unanimité président de l'agglomération Côte basque Adour à la suite des dernières élections municipales, le maire centriste de Bayonne Jean-René Etchegaray, adoubé par son Conseil municipal sur le sujet, s'est retrouvé en minorité face aux quatre autres maires de l'agglomération. Une situation insupportable dans la mesure où ces derniers étaient hostiles au projet de Schéma départemental de coopération unique Pays basque (EPCI) quand, parallèlement, il était le président d'un Conseil des élus du Pays basque très largement favorable à ce dessein proposé par le préfet du département Pierre-André Durand.

En définitive, face au plaidoyer sur le projet de schéma de coopération unique du Pays basque (EPCI) qu'il défendait bec et ongles face à ses collègues de l'agglomération Côte basque Adour, Claude Olive (Anglet), Michel Veunac (Biarritz), Emmanuel Alzuri (Bidart) et Françis Gonzalez (Boucau), l'avocat bayonnais et maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray aura préféré aller au bout de ses convictions, il faut le lui reconnaître, en choisissant de donner ce jeudi soir à 19 heures, sa démission de la présidence de l'agglomération Côte basque Adour. Voici le texte qu'il a transmis pour expliquer sa décision:
"À l'heure où la France connaît une grande réforme territoriale, avec pour ce qui nous concerne la création d'une très grande région, les préfets proposent une recomposition des intercommunalités par la voie de fusion de plusieurs d'entre elles.  

  1. Le projet de carte intercommunale proposé par le Préfet dans le cadre de la loi NOTRe, avec la création pour le Pays Basque d'une intercommunalité unique (Communauté d'agglomération), concerne d'abord les communes dont les Conseils municipaux auront à en décider avant la fin du mois de mai prochain. Ce projet interpelle aussi les actuelles intercommunalités, les 10 EPCI composant le Pays Basque, qui ne seront que consultés.
  2. Les travaux menés à l'initiative du Conseil des Élus du Pays Basque, depuis le mois de juillet dernier, notamment dans les ateliers d'Hasparren, ont donné lieu à de nombreux et riches échanges entre élus et fonctionnaires de tout le territoire. Des questions sur la faisabilité juridique, financière et politique  d'un EPCI unique ont été dégagées. Certaines ont déjà obtenu des réponses, à la faveur des expertises juridiques, fiscales et financières rendues publiques par le Conseil des Élus, l’État (Préfecture) ou certaines intercommunalités. D'autres attendent encore des réponses.  
  3. Jean-René ETCHEGARAY, Maire de Bayonne, Président de la Communauté d'Agglomération Côte BasqueAdour et du Conseil des Élus du Pays basque constate à ce stade d'avancement des travaux des ateliers un désaccord politique avec ses autres collègues maires de la Communauté, à propos de la proposition de l’autorité préfectorale. Ce désaccord s'est traduit :  par l'avis défavorable exprimé par le Conseil Communautaire en novembre 2015,  par le soutien apporté par les quatre autres maires de l'agglomération, conformément au vote de leurs communes, à une autre voie pour la construction de l'institution Pays Basque, plus conforme à leurs yeux au projet de notre agglomération.  

Soucieux de ne pas créer le moindre risque de conflit d'intérêts entre ses fonctions de président de l'ACBA et de président du Conseil des élus du Pays basque, (NDLR, dont il est le président) décide de se retirer de ses fonctions de président de l'ACBA avec effet à la date de l'acceptation par le Préfet de cette décision."  

Jean-René Echegry poursuit: "Je reste convaincu de la pertinence de la démarche engagée par le Conseil des Élus du Pays basque et de la nécessité de poursuivre l'exercice jusqu'à son terme,  comme j'estime devoir poursuivre le travail entrepris avec la grande majorité des élus et des communes du Pays Basque sur la faisabilité d'un EPCI unique pour le Pays basque, dans ma responsabilité de président du Conseil des Élus du Pays Basque."mqires acba

Un petit seisme à prévoir au sein de l'agglomération Cette décision va causer un petit séisme au sein de cette agglo qui avait dessiné un projet unique sur son territoire et semblait , au début de son mandat, partir unie comme les cinq doigts de la main pour créer une véritable entité. Brouillage aussi au sein des conseils municipaux. Que va penser un Henri Etcheto, son virulent adversaire PS de l'opposition qui avait ouvert son cœur à cette EPCI portée par son adversaire? Que va penser aussi la première adjointe Les Républicains, la première "alliée" officielle de Jean-René Etchegaray sur le terrain municipale et première adversaire sur le sujet EPCI? Qui d'ailleurs, vu la position de ses "alliés communautaires" et au nom d'une parité jusque-là inexistante, pourrait fort bien occuper le siège présidentiel de l'ACBA. A moins que Michel Veunac ou Claude Olive, ne soient partants.

À moins de tomber de la première averse, on peut penser que Jean-René Etchegry ne joue pas pour autant son avenir politique à la roulette russe. Nous l'avons écrit sur aqui.fr, la grande majorité des communes basques ont exprimé leur avis favorable sur le projet présenté par le préfet Durand. En démissionnant logiquement de cette présidence, Jean-René Etchegaray va lever toute ambiguïté et va mettre chacun des Conseils municipaux devant ses responsabilités. Lui a pris les siennes en ce jeudi. Vraisemblablement avec le souci de secouer le cocotier basque pour faire avancer les choses. Sait-on jamais. Le préfet Durand, son allié de la cause basque pourrait suivre le chemin du sous-préfet Dallennes et partir à son tour. Or le maire de Bayonne qui connaît les classiques du western sait que le train ne sifflera pas trois fois pour apporter une certaine autonomie à ce si séduisant Pays basque. Il joue à quitte ou double.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
4512
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !