Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/01/20 | Retraites: mobilisation toujours importante en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Septième journée de manifestations contre la réforme avec une mobilisation élevée en Nouvelle-Aquitaine : 7500 personnes à Bordeaux selon la préfecture, 2000 à Périgueux, 3000 à La Rochelle, un millier à Saintes, 750 à Rochefort, 1500 à Angoulême gilets jaunes en tête, 3000 à Bayonne, 4000 à Pau, 1500 à Mont de Marsan, un millier à Agen, 2000 à Niort, 3000 à Poitiers 600 à Châtellerault, 1200 à Brive, 700 à Guéret.

  • 24/01/20 | Les magasins C&A de Boulazac (24), Pessac et Villenave d'Ornon (33) menacés de fermeture

    Lire

    La direction de C&A a annoncé 30 fermetures de magasins en France lors d’un comité central d’entreprise. Force Ouvrière a communiqué la liste des magasins qui devraient fermer. Trois sont situés dans la région, Pessac et Villenave d’Ornon et celui de Boulazac (24). Installé sur la zone du Ponteix, le magasin de Boulazac fait partie des enseignes historiques de cette zone. Il a ouvert ses portes en 2004. En avril dernier, 14 magasins de l'enseigne avaient déjà fermé en France.

  • 24/01/20 | Ouverture des inscriptions pour Biblio Gironde

    Lire

    Biblio Gironde organise avec 50 bibliothèques du département "Lire, élire...2020". Ainsi, les jeunes âgés de 6 à 16 ans, s'ils le souhaitent, sont invités à s'inscrire avant le 31 janvier pour voter du 2 au 21 juin prochain. Ce concours a pour objectif d'inciter les jeunes à la lecture. Les participants recevront un chèque lire. La sélection des livres est à retrouver ici

  • 24/01/20 | Rdv avec Frédérick Gersal pour les nouvelles histoires du Poitou

    Lire

    Le 25 janvier à 20h30, la salle des fêtes Georges Angéli à Vouneuil-sur-Vienne accueillera le traditionnel spectacle de Frédérick Gersal. Comme chaque dernier samedi de chaque mois, il viendra faire découvrir au public les innombrables pages d’histoires tournées dans le Poitou. Ce samedi, un spectacle gratuit intitulé “saison 2” mettra en scène les nouvelles figures des histoires mais aussi des événements marquants liés au Poitou autour d’un personnage fil rouge: Aliénor d’Aquitaine.

  • 24/01/20 | Contournement d'Oloron : Département et Etat négocient

    Lire

    Lors de ses vœux à la presse, le Préfet des Pyrénées-Atlantiques a évoqué le projet de contournement d'Oloron qui enregistre un surcoût de 15M€. Sa cause : la baisse des effectifs au sein de la DIR qui empêche cette dernière d'assumer la maîtrise œuvre que l'Etat s'était engagé à porter. Sa conséquence : l'Etat demande au Département de financer la moitié du surcoût (7,5M€), lequel n'accepte de payer que la moitié des surcoûts liés au travaux eux-même et non ceux liés à la maîtrise d'oeuvre, soit 4,1 M€. Position que le Préfet s'est dit prêt à relayer auprès de la Préfète de Région.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Bayonne: Muriel Pénicaud à fond pour les Universités des métiers

28/11/2019 | La ministre du Travail est venue saluer ses apprentis et 150 directeurs de Centres d'apprentissages en séminaire de CFA au Pays basque

Muriel Pennicaud Bayonne

Pendant plus de deux heures, Muriel Penicaud a visité tous les ateliers de l'Université des métiers sous la conduite de Gérard Gomez, président de la CMA64. De la coiffure aux métiers de bouche en passant par ceux consacrés à la mécanique auto-moto. L'occasion aussi de tenir une table ronde avec les 150 directeurs de Centre de formation des apprentis en séminaire sur la Côte basque sous la présidence de Christian Stalter, président national des Chambres de métiers (CMA). Pour expliquer aussi la réforme qui transfère un certain nombre de compétences territoriales vers les branches professionnelles.

Le bâtiment de l'Université des métiers de Bayonne Pays basque de l'avenue Aritxague a belle allure, à proximité de l'autre université et du Conservatoire de Bayonne. Mais il est moins connu que ses voisins. Or, il s'agit d'une véritable pépite qui ouvre sur l'emploi comme a pu le constater la ministre du Travail Muriel Penicaud, après avoir tenu au préalable à rendre hommage aux militaires français victimes d'un accident d'hélicoptère au Mali.
C'est à l'invitation du président des Chambres de métiers Christian Stalter que la ministre s'est rendue dans cette université, dont la directrice est Françoise Ribeau-Aguire.  Elle y a d'abord présenté la nouvelle application internet "MoncompteFormation" qui doit favoriser l'accès des salariés à leur droit de se former. Car il s'agit d'un dû des entreprises à leurs salariés. Puis la ministre a passé deux heures à déambuler parmi les différents ateliers, de la coiffure aux métiers de bouche en passant par les ateliers de mécanique moto et auto. Dans ce dernier, le professeur Yves Castera, meilleur ouvrier de France depuis cette année, démontre aussi l'excellence de l'enseignement qui y est prodigué. Certes cette déambulation avait pour but de  prendre note de leur fonctionnement, mais aussi de s'informer des motivations de ces apprentis âgés de 14 à 29 ans dont le cursus peut s'étendre jusqu'à 5 ans.
Sans entrer dans le détail, elle aura constaté qu'il existe encore des résistances parentales de principe face à leurs choix. Par idées préconçues, mais aussi méconnaissance du marché du travail. D'autres, en revanche, choisissent cette filière soit sous forme de reconversion, soit dans le but de succéder au sein de l'entreprise familiale, comme une des rares jeunes femmes en l'atelier carrosserie.

"Les jeunes vont vers des métiers de passion"

À l’issue de cette visite, la ministre a fait part de ses impressions. "Je me suis rendue compte, qu'il y a des jeunes qui se dirigent aujourd'hui vers des métiers de passion, comme des adultes en reconversion aussi, et la perspective d'un emploi quaMuriel Pennicaud Bayonnesiment assuré à l'issue de la formation renforce un climat à la fois d'optimisme et de motivation. Grâce à la réforme menée, ce secteur est en pleine expansion. Cette visite est à la fois un encouragement économique, et il permet de vérifier que tout ce que l'on a fait fonctionne sur le terrain. Voir encore s'il y a des choses à faire pour aider à cette formidable chance qu'on a pour le pays: permettre à des entreprises de trouver les ressources dont elles ont besoin, et permettre à des centaines de milliers de jeunes de pouvoir choisir leur métier et démarrer dans la vie professionnelle avec quelque chose de solide. Car ce sont aussi des métiers où l'on peut évoluer toute sa vie. On est à peu près sûr que 30% des jeunes qui ont des CAP, Bacs pro, BTM vont devenir chefs d'entreprise. L'apprentissage est une école bien sûr de passion, d'excellence mais aussi d'entreprenariat qui offre beaucoup de perspectives. On a constaté qu'une entreprise sur deux dans le pays a du mal à trouver des compétences. C'est à la fois une formidable nouvelle pour l'emploi, à condition de mettre en place toutes ces formations. La loi permet de créer de nouveaux CFA et d'agrandir ceux existant en fonction des besoins. Et chaque fois qu'il y a un jeune et une entreprise qui veulent signer un contrat d'apprentissage, le CFA est assuré d'avoir le contrat de financement, d'aller de l'avant et se développer. On est en pleine phase de croissance sur l'apprentissage. Ainsi fin juin, on avait  458 000  apprentis. Il n'y en avait jamais eu autant en France. La croissance du nombre d'apprentis a atteint 2% dans les Pyrénées-Atlantiques au premier semestre, plus 8,4% au niveau national. On ne peut que constater que l'on est dans une dynamique. Il y a les chiffres, mais aussi il y a l'humain. Quand je vois ces jeunes passionnés, c'est encourageant."

Malgré tout, pourquoi avoir enlevé les compétences à la Région qui connaît bien le terrain? "Le but n'est pas d'enlever quoi que ce soit à quiconque, coupe la ministre, et la Région fait toujours partie des partenaires. Cette réforme était d'enlever tous les freins qu'il y avait. Il y avait beaucoup de freins administratifs, financiers dans l'apprentissage, ce qui le faisait stagner voire baisser depuis bien longtemps. On a regardé avant tout, très méthodiquement sur le terrain en s'inspirant d'ailleurs des livres blancs des Chambres de métiers et avis des différents partenaires. Une des choses qu'il fallait lever était le financement. Maintenant la réforme elle dit quoi? Le jeune et l'entreprise signent un contrat d'apprentissage et sont sûrs de pouvoir le faire car le Centre d'apprentissage a de ce fait la garantie du financement. Ici par exemple à Bayonne, le Centre très dynamique peut s'agrandir, créer une section selon les effectifs. Le but est de changer d'échelle. Pour l'instant la loi n'a qu'un an, mais on a pu en constater les fruits dès le premier semestre."

Les réserves du Conseil régional sur le transfert de compétence

Si André Garreta, le président de la CCI Bayonne Pays basque se réjouit que cette réforme "mette fin à une usine à gaz et s'oriente vers plus d'efficacité", le conseiller régional et élu bayonnais Mathieu Bergé (en arrière-plan sur la photo) est plus réservé sur le changement des compétences: "La Région l'avait jusqu'au 31 décembre 2019 et assumait totalement ce rôle en termes de compétence et de planification territoriale des centres de formation, puisqu'on finançait jusqu'à plus de 30% l'ensemble des CFA en Nouvelle-Aquitaine et jusqu'à 60% ici à l'Université des métiers de Bayonne où sur un financement de 21 millions d'euros la Région en a financé 15 millions. Le président Alain Rousset et nous élus, avons été surpris par ce projet de loi qui transfère cette compétence vers les branches professionnelles. Ça ne veut pas dire que les branches ne vont pas investir, mais au-delà de l'accompagnement des branches professionnelles, des CFA et Chambre de métiers on avait aussi une volonté d'aménagement du territoire. Il y avait une volonté de créer des centres de formations, non seulement dans des zones fortement urbanisées mais dans des zones où il pouvait y avoir de l'attractivité. Les branches auront une entrée uniquement métier en priorité , alors que nous, nous essayons d'avoir une entrée métier bien évidemment, mais aussi développement du territoire. Le fait de maintenir des populations dans les territoires les moins urbanisés, ça passe par avoir de l'emploi, mais aussi de la formation".

Enfin, mais nous y reviendrons, le président national des Chambres de métiers s'est d'une part réjoui de l'excellence de l'université de métiers bayonnaise dont a été témoin la ministre, mais veut profiter de ce séminaire pour déployer un grand plan d'information à detination des établissements scolaires mais aussi...des parents. Vaste programme.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
4867
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !