Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

09/12/18 : la manifestation des gilets jaunes d'abord pacifique à Bordeaux a dégénéré au milieu de l'après-midi lorsqu'une centaine de casseurs, ont jeté des projectiles divers sur les forces de l'ordre. Scènes de guérilla urbaine et dégradations ont suivi

08/12/18 : Forte participation à Bordeaux pour la Marche pour le climat: de l'ordre de 6 à 7000 personnes

08/12/18 : La Rochelle sera présente au Nautic de Paris du 8 au 16 décembre, stand G2 Hall 1, sous la bannière La Rochelle Force Océan. Elle y présentera ses différents événements sportifs comme la Minit Transat, dont les inscriptions sont désormais ouvertes.

07/12/18 : Rochefort : Véritable institution rochefortaise, l'ancien cinéma Alhambra devenu un studio de post-production de films et de musique inauguré au printemps dernier, organise une porte ouverte avec visite de ses locaux ce samedi de 14h à 19h. Gratuit.

07/12/18 : La Rochelle fait sa Marche pour le climat samedi 8 décembre. Départ à 14h de la Tour de la Chaine, direction le Cours des Dames, Quai Duperré, puis Quais Maubec, Louis-Durand et Valin puis Place du Cdt de la Motte Rouge et le bassin des chalutiers.

07/12/18 : Le 8 décembre, à Bordeaux le tram sera interrompu à partir de 13h entre Stalingrad et Mériadeck (tram A), entre Saint-Nicolas et Quinconces (tram B), entre Gare Saint-Jean et Quinconces (tram C). Interruptions et déviations bus sont aussi à prévoir.

07/12/18 : 2 manifestations déclarées auront bien lieu à Bordeaux ce 8 décembre: la marche citoyenne pour le climat (COP 24) et le Noël des motards girondins. "Les organisateurs ont accepté d’en modifier les parcours et les horaires", indique la Préfecture.

07/12/18 : La Cité du Vin vient de recevoir 3 nouvelles récompenses de la part des professionnels de l'œnotourisme. Un International Best of Wine Tourism et 2 Iter Vitis awards "pour son action innovante et audacieuse en matière d'œnotourisme".

07/12/18 : Les manifestations "Pleins Feux sur l'Autriche" prévue le 8 décembre à la médiathèque de Limoges et organisée par la Maison de l'Europe Limousin sont reportées.

07/12/18 : Grève des Bâtonniers et avocats contre le projet de Loi Justice mercredi 12 déc à 11h sur les marches du Palais de Justice de Bordeaux. Ils se dirigeront ensuite vers la Préfecture afin d'être reçus par le Préfet de Région.

07/12/18 : Dans le cadre de la Marche pour le Climat, un rassemblement est organisé le samedi 8 décembre de 14h à 17h, place des laitiers à Agen.

07/12/18 : Séminaire européen sur la PAC organisé par Régions de France et Région NA le 13 décembre de 9h à 17h30 au Palais des Congrès de Bdx sur le thème : « PAC : les Régions, moteurs de la transformation des systèmes agricoles et alimentaires ».

07/12/18 : Lucile Capuron, directrice de recherce à l'Inra de Bordeaux, a reçu le Prix Marcel Dassault Fondation Fondamental pour ses travaux de recherche « Dépression résistante : et si nous traquions l'inflammation ? »

06/12/18 : En raison de l’actualité, les manifestations du Téléthon de la place de la Victoire à Bordeaux sont annulées. Le standard du 36 37 pour les promesses de dons sera toutefois ouvert et le don en ligne sur www.telethon.fr toujours en service.

06/12/18 : Béatrice Lagarde prendra ses fonctions de préfète de Lot-et-Garonne le 10 déc à minuit. Une cérémonie d’installation, ouverte au public, et en présence des autorités civiles et militaires, sera organisée le 10 déc à 11h, place Armand Fallières à Agen

06/12/18 : Soirée de lancement de Val de Garonne Attractive le 11 décembre à 18h30 à l'Espace 180 de Sainte-Bazeille. Un collectif pour rendre plus dynamique le territoire de l'ouest Lot-et-Garonne.

06/12/18 : 3èmes Journées de la laïcité et du vivre ensemble à Bordeaux sur « Laïcité et droits de l’Homme » jusqu’au 10 déc. Parmi les r-v : le 7 déc. rencontre Amitié Judéo-Musulmane organisée par le Centre Yavné et Fédération musulmane33 à 16h au CAPC.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 09/12/18 | Premier rassemblement régional de la filière fruits et légumes à Saintes

    Lire

    La première prise de contact collective et officielle entre les acteurs de la filière fruits & légumes de Nouvelle-Aquitaine se tient les 11 et 12 décembre au lycée Georges-Desclaude à Saintes (17). Objectif : co-construire des actions collaboratives de demain pour développer la filière. Ils s'appuieront notamment sur des thématiques abordées par l’Enquête Propulso « Identification des besoins & des attentes des professionnels de la filière Fruits et Légumes de Nouvelle-Aquitaine » menée au printemps.

  • 09/12/18 | Gilets jaunes : des violences à Bordeaux

    Lire

    Ce samedi à Bordeaux, de violents affrontements se sont déroulés en marge de la manifestation des gilets jaunes dès la fin d'une marche (ayant rassemblé environ 5000 personnes) vers l'hôtel de ville, en milieu d'après-midi. Dans un communiqué tardif, la préfecture évoque des "dégradations de bien publics (notamment des feux de barricades), de vitrines commerciales (, de mobiliers urbains". Les services de police ont interpellé 44 personnes. 26 blessés sont à déplorer, dont un jeune manifestant ayant perdu sa main en voulant renvoyer une grenade lacrymogène.

  • 07/12/18 | «Signalement Voie Publique» le nouveau service de proximité de la Ville de Lormont

    Lire

    Déployé par la municipalité début novembre sous l’acronyme SVP, il vise à améliorer le signalement des dysfonctionnements ou anomalies au sein des espaces publics (propreté, stationnement abusif, éclairage défectueux). A bord d’un véhicule sérigraphié «Signalement Voie Publique» et du numéro de téléphone créé pour l’occasion (0633146911), deux agents circulent du lundi matin au samedi soir dans la commune. Ils doivent s’assurer et faire preuve de vigilance quant à la bonne tenue de la voirie, du mobilier urbain, de la chaussée ou des éclairages publics.

  • 07/12/18 | Noël se met au bio à Nérigean

    Lire

    Demain samedi 8 décembre, les Caves coopératives de Rauzan organisent à Nérigean un marché de Noël bio. Vins et produits locaux bio vous y attendent...ainsi que le Père Noël ! La cave de Nérigean accueillera dans une salle spécialement aménagée pour l’occasion, une dégustation d’une dizaine de vins bio. Dans cette ambiance festive vous pourrez évaluer vos talents d’œnologue et gagner divers prix. A 12h, un verre de l’amitié sera offert. Vous pourrez profiter d’un déjeuner confectionné avec des produits bio en réservant au 0557245064.

  • 06/12/18 | Gilets Jaunes: mesures préventives à Bordeaux

    Lire

    En raison des manifestations prévues samedi 8 décembre, les services de la Mairie de Bordeaux seront fermés ainsi que de nombreux établissements culturels: Bibliothèque Mériadeck, Conservatoire, CAPC, Musée d'Aquitaine, MADD, Musée des Beaux-Arts, Jardin Botanique, Halle des Chartrons, Espace St-Rémi, Marché de Lerme, Théâtre l'Inox et le Grand Théâtre où la manifestation Bordeaux en Livres est annulée. Par ailleurs, Place Pey Berland, les chalets du marché de Noël Solidaire ont été démontés. Le Marché de Noël des Allées de Tourny ne subit quant à lui pas de fermeture, sauf injonction de la Préfecture ou de la Police

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Bayrou, soutien de Macron, mais électron libre

06/09/2017 | Interrogé sur BFMTV, François Bayrou réaffirme son soutien au gouvernement. Sans pour autant se départir de sa liberté de parole

François Bayrou et Ruth Elkrief au Palais Beaumont

« J’ai l’intention de soutenir le président de la République et le gouvernement » affirme François Bayrou. Quelques jours avant de recevoir Edouard Philippe pour l’inauguration de la foire-exposition de Pau, le maire de la cité béarnaise a rappelé mardi sa ligne de conduite lors d’une interview accordée à BFMTV. Celle d’un appui apporté sans ambiguïté au pouvoir en place, mais également sans fers aux pieds. Car celui qui est aussi le président du Modem n’entend rien lâcher sur sa liberté de parole. Ce qui l’amène, entre autres conseils amicaux, à inviter Emmanuel Macron à mieux expliquer son projet social aux Français.

Amener des journalistes parisiens à Pau pour une interview de rentrée est un plaisir subtil dont François Bayrou ne se priverait pour rien au monde. L’œil pétillant, l’intéressé l’a clairement laissé entendre en recevant Ruth Elkrief et l’équipe de BFMTV devant l’immense verrière qui permet au Palais Beaumont de bénéficier, lorsque le temps est beau, d’un panorama remarquable sur les Pyrénées. « La plus belle vue de terre au monde » assurait Lamartine, volontiers cité par l’élu Modem.

Une manière également pour l’éphémère ministre de la Justice de signifier que, ors de la République ou pas, il se trouve  à son aise et, apparemment du moins, sans nostalgie dans le pays qui l’a vu naître . « Les racines de la politique, c’est toutes les régions de France ».

Des pratiques nouvelles

« Etes-vous un sage ou un retraité ? » lui demande Ruth El Krief, un brin taquine. « Un sage, je ne sais pas. Un retraité, ce n’est pas du tout mon genre » lui  répond l’intéressé avant que l’interview porte sur l’appui apporté par le Béarnais à l’équipe gouvernementale.

Celui-ci est sans faille. « Parce que j’ai participé à ce choix du pays », explique François Bayrou. Mais également parce que, si le gouvernement devait se heurter « à des difficultés trop graves, je ne sais pas comment tournerait la situation » ajoute-t-il, conscient du caractère explosif de notre époque.

De là à revenir sur l’un de ses credos, il n’y a qu’un pas. « Depuis longtemps, je pense que les partis politiques traditionnels sont vermoulus de l’intérieur, que cela ne marchait plus. On a pu en faire la preuve. Cela a créé un très grand espoir chez les Français. Je veux lui être fidèle ».

Charité bien ordonnée commence toutefois par soi-même. Deux organisations figurent aujourd’hui parmi les soutiens d’Emmanuel Macron, rappelle François Bayrou. Le mouvement  La République en marche , dont on ne « sait pas très bien comment cela va fonctionner » lâche-t-il, quelque peu caustique. Mais aussi une organisation « plus enracinée » et qui porte aujourd’hui la « volonté de faire naitre une pratique nouvelle ». Traduisez le Modem.

Quoi, les affaires ? 

Les affaires, dont celle des assistants parlementaires, n'ont-elles pourtant pas provoqué une rupture de confiance dans l’opinion, lui demande la journaliste.

Là encore, François Bayrou reste serein. « J’ai porté une exigence morale. On n’y a jamais manqué, ainsi qu’aux règles de fonctionnement ».

 Certes, une enquête a été lancée. Mais le patron du Modem assure n’avoir « aucun élement d’information sur elle », et n’avoir d’ailleurs jamais été entendu. « Mon nom n’est même pas cité. Quant aux députés européens, ils sont parfaitement intègres. Après, il y a des dénonciations anonymes. L’enquête devrait dire ce qu’il en est ».

Pas question en tout cas de reconnaître qu’il a été contraint de démissionner de son poste de ministre.

« J’ai décidé de ne pas participer au deuxième gouvernement parce que j’étais Garde des sceaux et que, devant ce tombereau d’accusations orchestrées et répétées, il m’était interdit de dire un mot… Je ne veux pas commenter l’action de la Justice. J’ai confiance dans son travail… Les accusations, les mises en cause, les injures, on ne va pas fonder une vérité la-dessus. La politique est un sport cruel, souvent violent et injuste. L’essentiel est de tenir bon ».

Pour des « emplois associatifs »

Voilà pour les mises au point. Reste l’actualité, bouillante.

Interrogé sur la colère que suscite la réduction des contrats aidés, François Bayrou  rappelle que l’agglomération paloise en comprend fort peu : moins d’une quarantaine sur près de 3 000 salariés. « Car j’ai toujours su que les emplois aidés, c’était de la fausse monnaie » commente-t-il, avant de tempérer quelque peu son propos.

" Une hiérarchie des urgences » doit être établie, concède l'élu local. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’accompagner des enfants handicapés en milieu scolaire. Mais, surtout, une autre réflexion doit être menée.

" Un grand nombre de ces emplois sont utilisés par les associations" . Des structures essentielles qui « permettent à la France de tenir quand ça va mal ». « Il faut sortir de la logique des emplois aidés pour inventer un statut de plein exercice de l’emploi associatif ». Selon lui, cette formule « assurerait les associations de leur avenir ». Qui plus est, elle « faciliterait l’insertion d’un certain nombre de jeunes ».

Quant au brûlot des 5 euros enlevés à l’aide personnalisée au logement, s’il comprend l’appel à la baisse des loyers lancé par le président de la République, le maire de Pau n’en juge pas moins « un peu improvisée » la mesure prise dans ce domaine par le gouvernement. Alors que, là encore, la politique du logement mérite d’être revue sur le fond.

La leçon de méthode

Chassez le naturel, il revient au galop. L’ancien prof qu’a été François Bayrou refait de même surface lorsque la discussion porte sur les ordonnances, la méthode Macron et la chute de ce dernier dans les sondages.

« Pour qu’un président de la République entraîne, il faut qu’il s’exprime, qu’il dise aux Français où l’on va.  Emmanuel Macron a été élu pour des raisons essentielles. Il bousculait les situations politiques acquises des deux partis dominants. Il a aussi fait preuve d’audace, de courage et de la volonté de relever les obstacles les plus solides. Je trouve que cela en valait la peine ».

« Aujourd’hui, il est normal que l’opinion soit un peu fâchée quand on bouscule les choses. Il y a néanmoins chez elle une attente positive. Beaucoup de Français n’ont pas enlevé leur adhésion."

" Mais il y a également une incertitude. C’est à cela qu’il faut répondre. On croit que parce que l’on a dit des choses pendant la campagne, tout cela est acté. Ce n’est pas vrai. A chaque minute, il faut reconstruire le mouvement d’adhésion. Une politique, c’est une cohérence ».

Un projet social à définir 

Aux yeux de François Bayrou, il est donc nécessaire que le président de la République et son gouvernement définissent leur projet social. « Tirer vers le haut sans contrepartie ne suffit pas. Chacun a besoin de sentir qu’il a une nouvelle chance et, s’il le faut, une deuxième ou une troisième chance. Car vous n’êtes pas condamné quand vous avez échoué une fois ».

Certes, reconnait-il, des « éléments positifs » figurent dans la réforme du Code du Travail. « Elle introduit des souplesses nouvelles principalement au profit des toutes petites et moyennes entreprises. De même, la hausse de 25% des indemnités de licenciement, ce n’est pas rien. Cela montre une volonté d’équilibre ».

« Mais dans un projet social, il y a beaucoup plus » juge-t-il, avant de revenir sur l’un de ses chevaux de bataille : l’Education nationale. En particulier celle qui se fonde sur l’apprentissage de la langue.

Ce dossier l’amène également à répondre sur l’université et, compte tenu du niveau de certains élèves, à proposer qu’une année préparatoire à l’entrée en fac soit instituée. Car, " on ment à un certain nombre d’élèves en leur laissant croire qu’ils peuvent s’inscrire dans un cycle universitaire. C’est de la non-assistance à étudiants en danger ».

" Je veux être un entraîneur "

Des conseils, des remarques, des critiques, des suggestions… Tout bien mesuré, François Bayrou ne voit pas autrement le rôle du Modem au sein d’une France à l’expression plurielle. Fut-il crédité de 47 députés, loin derrière les 313 parlementaires de La République en marche.

Même s’il dispose de la majorité absolue, un gouvernement n’a jamais partie gagnée, estime-t-il en effet . « On ne peut pas se passer des autres, surtout s’ils sont proposants et soutenants… Je veux être un acteur et d’une certaine manière, un entraîneur. Pour faire naître des situations politiques nouvelles ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
4470
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !