Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 14/07/18 | Charente-Maritime : les limitations d'usage de l'eau de l'été arrivent

    Lire

    A compter du lundi 16 juillet, 8h, le bassin Curé-Sèvre MP6 et le sous-bassin Marais Nord Aunis MP4 passent en alerte d’été, suite à un arrêté du préfet. Cette limitation provisoire de l'usage de l'eau concerne tous les prélèvements à des fins agricoles à partir de forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Les mesures de coupure ne s’appliquent pas aux cultures ayant obtenu une dérogation.

  • 13/07/18 | Rocade bordelaise : des feux pour réguler le trafic

    Lire

    Attention aux utilisateurs de la rocade bordelaise: à partir du 17 juillet, des feux bicolores vont être installés sur 17 bretelles d'accès de sept échangeurs pour réguler le trafic de la rocade. Une première phase entrera en service avant la fin juillet sur les trois bretelles extérieures des échangeurs 24 et 25 pour une durée de quatre mois. Le rythme des feux variera selon le trafic et selon la bretelle. Le déploiement complet de ce dispositif, mis en place par la DIRA (direction interdépartementale des routes Atlantique, interviendra d'ici fin 2018.

  • 13/07/18 | Emmanuel Macron deux jours en Dordogne, les 18 et 19 juillet

    Lire

    Le président de la république sera en Dordogne, les 18 et 19 juillet. Le thème de sa visite sera les services publics en zone rurale. C’est Michel Delpon, le député du Bergeracois, qui dévoile le programme de cette visite sur sa page Facebook. Emmanuel Macron devrait visiter le bureau de poste de Marsac, assister au dévoilement de la Marianne dans le quartier du Toulon à Périgueux, visiter l’imprimerie du timbre à Boulazac et la Maison des services au public de Sarliac-sur-l’Isle.

  • 13/07/18 | Périgueux : une jauge de 5000 personnes pour la fan zone

    Lire

    Périgueux a crée une fan zone en plein cœur de ville, dans le parc Gamenson. Pour la finale du 15 juillet, où la France affronte la Croatie, la jauge a été portée à 5000 personnes. Attention cependant, cette jauge ne pourra pas être dépassée pour des raisons de sécurité. Des stands buvette et petite restauration sont aussi proposés. L'entrée est gratuite. L'ouverture des portes a lieu à 15 h et la fermeture à 21 h. 3 entrées publiques sont mises en place (avec fouilles et palpations de sécurité).

  • 13/07/18 | La Rochelle : feu d'artifice en hommage à Didier Lockwood

    Lire

    Pour le 14 Juillet, la ville de La Rochelle a vu les choses en grand : un spectacle pyrotechnique sur les musiques de Didier Lockwood. Pour construire le spectacle, le directeur artistique de la société Ruggieri (Nouvel an Paris 2017, départ de L'Hermione, Violon sur le Sable), avec le directeur du Violon sur le Sable Philippe Tranchet, la soprano Patricia Petibon et Didier Pironti, le président du festival Jazz Entre les deux tours. Rendez-vous allée du Mail ou avenue Michel-Crépeau à 22h45.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Bayrou, soutien de Macron, mais électron libre

06/09/2017 | Interrogé sur BFMTV, François Bayrou réaffirme son soutien au gouvernement. Sans pour autant se départir de sa liberté de parole

François Bayrou et Ruth Elkrief au Palais Beaumont

« J’ai l’intention de soutenir le président de la République et le gouvernement » affirme François Bayrou. Quelques jours avant de recevoir Edouard Philippe pour l’inauguration de la foire-exposition de Pau, le maire de la cité béarnaise a rappelé mardi sa ligne de conduite lors d’une interview accordée à BFMTV. Celle d’un appui apporté sans ambiguïté au pouvoir en place, mais également sans fers aux pieds. Car celui qui est aussi le président du Modem n’entend rien lâcher sur sa liberté de parole. Ce qui l’amène, entre autres conseils amicaux, à inviter Emmanuel Macron à mieux expliquer son projet social aux Français.

Amener des journalistes parisiens à Pau pour une interview de rentrée est un plaisir subtil dont François Bayrou ne se priverait pour rien au monde. L’œil pétillant, l’intéressé l’a clairement laissé entendre en recevant Ruth Elkrief et l’équipe de BFMTV devant l’immense verrière qui permet au Palais Beaumont de bénéficier, lorsque le temps est beau, d’un panorama remarquable sur les Pyrénées. « La plus belle vue de terre au monde » assurait Lamartine, volontiers cité par l’élu Modem.

Une manière également pour l’éphémère ministre de la Justice de signifier que, ors de la République ou pas, il se trouve  à son aise et, apparemment du moins, sans nostalgie dans le pays qui l’a vu naître . « Les racines de la politique, c’est toutes les régions de France ».

Des pratiques nouvelles

« Etes-vous un sage ou un retraité ? » lui demande Ruth El Krief, un brin taquine. « Un sage, je ne sais pas. Un retraité, ce n’est pas du tout mon genre » lui  répond l’intéressé avant que l’interview porte sur l’appui apporté par le Béarnais à l’équipe gouvernementale.

Celui-ci est sans faille. « Parce que j’ai participé à ce choix du pays », explique François Bayrou. Mais également parce que, si le gouvernement devait se heurter « à des difficultés trop graves, je ne sais pas comment tournerait la situation » ajoute-t-il, conscient du caractère explosif de notre époque.

De là à revenir sur l’un de ses credos, il n’y a qu’un pas. « Depuis longtemps, je pense que les partis politiques traditionnels sont vermoulus de l’intérieur, que cela ne marchait plus. On a pu en faire la preuve. Cela a créé un très grand espoir chez les Français. Je veux lui être fidèle ».

Charité bien ordonnée commence toutefois par soi-même. Deux organisations figurent aujourd’hui parmi les soutiens d’Emmanuel Macron, rappelle François Bayrou. Le mouvement  La République en marche , dont on ne « sait pas très bien comment cela va fonctionner » lâche-t-il, quelque peu caustique. Mais aussi une organisation « plus enracinée » et qui porte aujourd’hui la « volonté de faire naitre une pratique nouvelle ». Traduisez le Modem.

Quoi, les affaires ? 

Les affaires, dont celle des assistants parlementaires, n'ont-elles pourtant pas provoqué une rupture de confiance dans l’opinion, lui demande la journaliste.

Là encore, François Bayrou reste serein. « J’ai porté une exigence morale. On n’y a jamais manqué, ainsi qu’aux règles de fonctionnement ».

 Certes, une enquête a été lancée. Mais le patron du Modem assure n’avoir « aucun élement d’information sur elle », et n’avoir d’ailleurs jamais été entendu. « Mon nom n’est même pas cité. Quant aux députés européens, ils sont parfaitement intègres. Après, il y a des dénonciations anonymes. L’enquête devrait dire ce qu’il en est ».

Pas question en tout cas de reconnaître qu’il a été contraint de démissionner de son poste de ministre.

« J’ai décidé de ne pas participer au deuxième gouvernement parce que j’étais Garde des sceaux et que, devant ce tombereau d’accusations orchestrées et répétées, il m’était interdit de dire un mot… Je ne veux pas commenter l’action de la Justice. J’ai confiance dans son travail… Les accusations, les mises en cause, les injures, on ne va pas fonder une vérité la-dessus. La politique est un sport cruel, souvent violent et injuste. L’essentiel est de tenir bon ».

Pour des « emplois associatifs »

Voilà pour les mises au point. Reste l’actualité, bouillante.

Interrogé sur la colère que suscite la réduction des contrats aidés, François Bayrou  rappelle que l’agglomération paloise en comprend fort peu : moins d’une quarantaine sur près de 3 000 salariés. « Car j’ai toujours su que les emplois aidés, c’était de la fausse monnaie » commente-t-il, avant de tempérer quelque peu son propos.

" Une hiérarchie des urgences » doit être établie, concède l'élu local. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’accompagner des enfants handicapés en milieu scolaire. Mais, surtout, une autre réflexion doit être menée.

" Un grand nombre de ces emplois sont utilisés par les associations" . Des structures essentielles qui « permettent à la France de tenir quand ça va mal ». « Il faut sortir de la logique des emplois aidés pour inventer un statut de plein exercice de l’emploi associatif ». Selon lui, cette formule « assurerait les associations de leur avenir ». Qui plus est, elle « faciliterait l’insertion d’un certain nombre de jeunes ».

Quant au brûlot des 5 euros enlevés à l’aide personnalisée au logement, s’il comprend l’appel à la baisse des loyers lancé par le président de la République, le maire de Pau n’en juge pas moins « un peu improvisée » la mesure prise dans ce domaine par le gouvernement. Alors que, là encore, la politique du logement mérite d’être revue sur le fond.

La leçon de méthode

Chassez le naturel, il revient au galop. L’ancien prof qu’a été François Bayrou refait de même surface lorsque la discussion porte sur les ordonnances, la méthode Macron et la chute de ce dernier dans les sondages.

« Pour qu’un président de la République entraîne, il faut qu’il s’exprime, qu’il dise aux Français où l’on va.  Emmanuel Macron a été élu pour des raisons essentielles. Il bousculait les situations politiques acquises des deux partis dominants. Il a aussi fait preuve d’audace, de courage et de la volonté de relever les obstacles les plus solides. Je trouve que cela en valait la peine ».

« Aujourd’hui, il est normal que l’opinion soit un peu fâchée quand on bouscule les choses. Il y a néanmoins chez elle une attente positive. Beaucoup de Français n’ont pas enlevé leur adhésion."

" Mais il y a également une incertitude. C’est à cela qu’il faut répondre. On croit que parce que l’on a dit des choses pendant la campagne, tout cela est acté. Ce n’est pas vrai. A chaque minute, il faut reconstruire le mouvement d’adhésion. Une politique, c’est une cohérence ».

Un projet social à définir 

Aux yeux de François Bayrou, il est donc nécessaire que le président de la République et son gouvernement définissent leur projet social. « Tirer vers le haut sans contrepartie ne suffit pas. Chacun a besoin de sentir qu’il a une nouvelle chance et, s’il le faut, une deuxième ou une troisième chance. Car vous n’êtes pas condamné quand vous avez échoué une fois ».

Certes, reconnait-il, des « éléments positifs » figurent dans la réforme du Code du Travail. « Elle introduit des souplesses nouvelles principalement au profit des toutes petites et moyennes entreprises. De même, la hausse de 25% des indemnités de licenciement, ce n’est pas rien. Cela montre une volonté d’équilibre ».

« Mais dans un projet social, il y a beaucoup plus » juge-t-il, avant de revenir sur l’un de ses chevaux de bataille : l’Education nationale. En particulier celle qui se fonde sur l’apprentissage de la langue.

Ce dossier l’amène également à répondre sur l’université et, compte tenu du niveau de certains élèves, à proposer qu’une année préparatoire à l’entrée en fac soit instituée. Car, " on ment à un certain nombre d’élèves en leur laissant croire qu’ils peuvent s’inscrire dans un cycle universitaire. C’est de la non-assistance à étudiants en danger ».

" Je veux être un entraîneur "

Des conseils, des remarques, des critiques, des suggestions… Tout bien mesuré, François Bayrou ne voit pas autrement le rôle du Modem au sein d’une France à l’expression plurielle. Fut-il crédité de 47 députés, loin derrière les 313 parlementaires de La République en marche.

Même s’il dispose de la majorité absolue, un gouvernement n’a jamais partie gagnée, estime-t-il en effet . « On ne peut pas se passer des autres, surtout s’ils sont proposants et soutenants… Je veux être un acteur et d’une certaine manière, un entraîneur. Pour faire naître des situations politiques nouvelles ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
4297
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !