Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/05/18 | Contournement de Beynac (24) : 3 nouveaux référés rejetés

    Lire

    Les décisions du tribunal administratif de Bordeaux concernant le contournement de Beynac (Dordogne) se suivent et se ressemblent. À la suite de son audience du 15 mai, il a rejeté, trois nouvelles requêtes contre les arrêtés d’autorisation de travaux de la préfecture et de la commune de Castelnaud-la-Chapelle. Les opposants requérants ont été déboutés et condamnés à verser 500 euros chacun au Conseil départemental et à la commune de Castelnaud-la-Chapelle pour les frais de justice.

  • 25/05/18 | Laura Flessel en visite à La Rochelle

    Lire

    La ministre des Sports Laura Flessel est en visite en Charente-Maritime ce vendredi 25 mai pour échanger avec lors du congrès des élus en charge du Sport (ANDES), au sujet de la nouvelle agence du sport. La ministre doit également visiter le Pole France Voile, basé à La Rochelle. Elle remettra la médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à M.Ancel, proviseur du Lycée Dautet, avant de visiter le bateau du cercle handi rochelais.

  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarrosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le ministre de l’Intérieur rencontre les migrants en Béarn

28/10/2016 | Après le démantèlement de la jungle de Calais, Bernard Cazeneuve a visité le centre accueil et d’orientation de Gelos qui héberge 40 migrants, pour la plupart Soudanais

Bernard Cazeneuve à son arrivée à Gelos : "Je vous invite à apprendre le français le plus vite possible"

« La République est plus forte quand elle engendre la fraternité, pas la suspicion » a rappelé vendredi Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur. Celui-ci a effectué à Gelos sa première visite d’un centre d’accueil et d’orientation après le démantèlement de la jungle de Calais. Le site héberge quarante personnes fuyant la guerre et la misère. La France maitrise sa politique migratoire a affirmé le ministre, en indiquant que l’Etat continuera à lutter contre les réseaux de passeurs. Sa visite en Béarn l’a également amené à discuter avec les policiers palois.

« Je suis le ministre de l’Intérieur français. Je viens vous souhaiter la  bienvenue dans ce centre. L’objectif était de vous sortir de la boue, du froid et de la précarité, et de vous permettre  de demander l’asile en France… Vous êtes les bienvenus ».

Tels sont les premiers mots que Bernard Cazeneuve, accompagné d’un interprète qui traduisait ses propos en arabe, a adressés vendredi à une partie des réfugiés arrivés depuis le début de la semaine au coeur de la campagne béarnaise. Hébergés dans les locaux d’un ancien centre de reconversion professionnelle dominant le site bucolique de « La vallée heureuse », ces hommes relativement jeunes sont en majorité soudanais. Ils comptent également parmi eux trois Afghans, un Erythréen et un Irakien.

« Il n’y a qu’une race : l’Humanité »

Après avoir accepté de quitter la «jungle » de Calais, ils sont accueillis là de manière temporaire, en attendant d’être intégrés dans le dispositif des demandeurs d’asile.

A Gelos, les migrants ont été pris en charge par l’association ISARD COS. D’autres réfugiés sont également logés en habitat diffus à Oloron-Sainte-Marie ainsi que sur l’agglomération paloise. Une partie d’entre eux bénéficie du soutien des professionnels de l’Organisme de gestion des Foyers Amitié (OGFA).

« Le trafic abject des passeurs »

Accompagné d'un interprète et de nombreux élus locaux, le ministre a souligné le succès de l'opération humanitaire menée à Calais

En recevant le ministre dans sa commune, Pascal Mora, le maire de Gelos, a tenu à rendre hommage  à cet élan de solidarité. Ce qui l’a notamment amené à citer Jean Jaurès : « Il n’y a qu’une race, l’Humanité ».

Le propos a été repris par le Bernard Cazeneuve. A travers le démantèlement de la jungle de Calais et la mise en place des centres d’accueil et d’orientation, l’Etat « a voulu conduire une opération humanitaire de grande ampleur" a-t-il expliqué. "Car le droit d’asile est consubstantiel de l’histoire de notre pays, de sa culture et de son honneur. Depuis de nombreux mois, des hommes, des femmes et des enfants vivaient dans la boue et le froid à Calais. 85% d’entre eux relevaient du statut de réfugiés. Il fallait leur donner un lieu d’accueil » .

«  Les maintenir à Calais était aussi une occasion supplémentaire pour le trafic abject des passeurs. Nous devions réussir cette opération".

De là à saluer l’action menée par les fonctionnaires comme par les bénévoles et de nombreux élus locaux, il n’y avait qu'un pas. Le maire de Gelos figure parmi eux. « Ses racines sont espagnoles. Il sait ce que c’est qu’un réfugié » a rappelé Bernard Cazeneuve, reçu dans un département où le souvenir du camp de Gurs ne s’est jamais effacé.

« Ne pas abaisser la parole publique »

Cela étant, « du travail reste à faire » reconnait le ministre de l’Intérieur. Il concerne par exemple les 1 200 mineurs isolés « mis à l’abri » à Calais et dont le sort est discuté avec son homologue britannique. « J’ai une relation de confiance avec elle. Nous travaillons pour produire des décisions rapides ».

De même, des forces de sécurité seront maintenues sur la façade nord de la France mais aussi au sud, du côté de Vintimille notamment. Sachant, assure-t-il, que les résultats suivent : « A Calais, nous avons éloigné  1 700 personnes qui ne relevaient pas du statut de réfugié », tandis que la chasse aux réseaux de passeurs s’est renforcée. « La politique de lutte contre l’immigration irrégulière se poursuivra ».

Le tract immonde diffusé ces jours derniers par l’extrême droite dans les boites aux lettres des habitants de Gelos pour qualifier les migrants de « voleurs » et de « violeurs » potentiels n’a pas été cité nommément, vendredi. Le ministre a par contre tenu à souligner quelques principes : « La question migratoire doit être traitée avec raison et non avec passion, sans instrumentalisation, avec respect et non en abaissant la parole publique ».

Bernard Cazeneuve a de même démenti tout transfert de migrants  entre Calais et Paris après le démantèlement de la jungle. Tout comme il a indiqué  qu’aucune explosion du nombre de demandeurs d’asile n’est constatée en France. «Notre pays maitrise ses flux migratoires. Et c’est parce qu’on peut le faire qu’il est possible d’accueillir dignement ceux qui relèvent statut de réfugiés. Ne soyons pas dans le repli ».

Un passage au commissariat de Pau

A l’issue de sa visite, qui s'est déroulée en présence de nombreux élus locaux (absent, François Bayrou, le président de la communauté d'agglomération, s'était fait représenter), le ministre de l’Intérieur s’est rendu au commissariat de Pau pour y rencontrer les policiers à huis clos. « Ils doivent être entendus » a-t-il commenté. Tout en rappelant les mesures prises par le gouvernement pour créer des emplois au sein de forces de l’ordre, ou encore moderniser les brigades anti-criminalité. Ce qui n’empêche pas des efforts d’être nécessaires dans bien d’autres domaines : immobilier, réduction des charges de travail et l’on en passe.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
5373
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Raboisson | 23/11/2016

Je suis actuellement bénévole dans l'association CAO de Gelos pour apporter mon aide à l'association qui gère cette situation de migrants et d'établir les dossiers de demandeurs d'asile, dossier de santé etc.. aide également de gérer l'hébergement la nourriture les occupations, le francais, à cette occasion , il faudrait plusieurs traducteurs parlant le soudanais ou l'arabe littéraire.
L'article de ce journal est très bien explicite. Ne nous dérobons pas à nos valeurs d'accueil, ne faisons pas d'amalgame. Le souvenir des débâcles de 1940, 41,42,43,,, ne sont plus connues que par quelques français regardez les livres de guerre pour comprendre ce qu'est la souffrance des gens qui fuient s'ils le peuvent leur pays, pour raison de guerre. Participez!!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !