Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Benjamin Delrieux, jeune militant socialiste et candidat aux Européennes

12/05/2014 | A 23 ans, Benjamin Delrieux, élu municipal à Siorac en Périgord, est candidat sur la liste socialiste de la région Sud Ouest, en seizième position.

Benjamin Delrieux, élu local et jeune socialiste aux Européennes

A peine élu local sur sa commune du Sud Dordogne en mars, Benjamin Delrieux a décidé de repartir en campagne, pour les élections européennes. Depuis son plus jeune âge, il a choisi de s'investir en politique et adhère au parti socialiste depuis ses 17 ans. Actuellement étudiant en droit public à Bordeaux, le jeune homme évoque son engagement, témoigne de sa vision de l'Europe. S'il réfute l'idée que les jeunes de sa génération ne s'intéressent pas à la vie publique, il redoute une forte abstention le 25 mai prochain et souhaite convaincre le plus grand nombre d'aller voter.

Benjamin Delrieux a été élu en mars dernier au conseil municipal de Siorac-en-Périgord, une commune rurale de 1000 habitants. Cette première élection est pour ce jeune homme, âgé de 23 ans, étudiant en droit public à Bordeaux, une suite logique dans son cheminement personnel. "Très jeune, je me suis investi dans la vie associative de ma commune, car j'ai considéré que c'était aux plus  jeunes de prendre les choses en main, de faire bouger les choses." Socialiste et républicain, il commence à s'intéresser à la politique dès le lycée. "J'ai franchi le pas de m'engager au parti socialiste dès 2008, lors des municipales. Mes parents et mes grands parents défendent des valeurs et des idées de gauche, mais ils n'ont jamais milité. Je considère que mon investissement au PS est une suite logique de mes engagements associatifs au sein du comité des fêtes de mon village." Le jeune homme est un passionné de la chose publique, le choix de ses études n'est pas dû au hasard.

Jaurès, Mendès France, Mitterrand, ses modèlesSes modèles en politique sont Jaurès, Pierre Mendès France et François Mitterrand, des hommes qui ont contribué, selon lui, à la grandeur de la France. "Localement, dès 2008, j'ai voulu m'impliquer davantage et participer plus activement aux combats politiques des socialistes de Dordogne, au côté d'hommes comme le député du Sarladais Germinal Peiro." Pour lui, l'action politique passe par des actions très concrètes. Très attaché à son village, à ce milieu rural qui lui tient à coeur, il souhaite que la ruralité soit davantage prise en compte. Aujourd'hui, deux ans après l'élection de François Hollande,  il reconnait que l'usage du pouvoir n'est pas un exercice facile pour la majorité socialiste. Il comprend les déceptions de bon nombre de nos concitoyens. "Ce n'est pas parce que les socialistes enregistrent des difficultés, qu'il faut baisser les bras et quitter le navire. La droite a laissé notre pays dans une situation catastrophique, mais je garde confiance." 

Défenseur d'une Europe socialeBenjamin Delrieux se considère profondément européen. "Je suis né après la chute du mur de Berlin. L'Europe, j'ai grandi avec. Je fais partie d'une génération qui n'a connu qu'une Europe en paix. Aujourd'hui beaucoup de nos concitoyens semblent se désintéresser de l'Europe alors que plusieurs pays souhaitent l'intégrer. Une partie de la population Ukrainienne dont le pays est au bord de la guerre civile, rêve de rentrer dans l'Union européenne. "  Si Benjamin Delrieux est candidat aux Européennes, en seizième position, c'est aussi pour porter les attentes d'une jeunesse rurale et les espoirs de celles ci en une Europe plus social. "L'Europe est un formidable projet qui reste à constuire." Pour le scrutin du 25 mai, il redoute une forte abstention, notamment chez les plus jeunes. "L'Europe est souvent mal comprise, mal expliquée. Elle fait partie de notre quotidien. L'Union européenne intervient dans de nombreux projets et dossiers sur nos territoires, y compris ruraux." Il craint un très fort taux du front national. " Ce parti d'extrême droite représente à mes yeux la montée des nationalismes qui ont conduit à l'émanation de conflits par le passé en Europe. Le jeune étudiant en droit réfute toute idée d'une Europe libérale. Il rêve d'une Europe plus protectrice du citoyen, une Europe fidèle à une ambition sociale, qui impliquerait peuples et citoyenneté. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : B. Delrieux

Elections européennes -  2014Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
3005
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !