Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, annoncera ce mardi, s'il repart pour un nouveau mandat municipal. Probable malgré une agglomération dévoreuse d'énergie.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : Charente-Maritime: Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports visitera l’entreprise STELIA-Aerospace à Rochefort ce vendredi à 15h.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

15/01/20 : Le Premier ministre Edouard Philippe a qualifié aujourd'hui de "baroque" la présence de deux ministre du gouvernement en lice pour les Municipales de Biarritz. Il donne quelques jours à Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne pour se mettre d'accord?

15/01/20 : 3 figures de la «photographie humaniste» dans la France de l’après-guerre (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis) seront à l'honneur les 15/02, 21/03 et 4/04 à la médiathèque de Pessac dans le cadre d'un cycle de conférences sur la photo

15/01/20 : Dordogne : Le maire de Nontron Pascal Bourdeau, âgé de 59 ans, (PS) a annoncé qu'il ne briguera pas de second mandat. Il se dit fatigué par ce mandat très exigeant. Pascal Bourdeau demeure vice-président du Conseil départemental.

14/01/20 : Thomas Cazenave, candidat LREM aux élections municipales de mars prochain à Bordeaux, recevra Stanislas Guerini délégué général du parti, le jeudi 16 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/20 | Les amphis du savoir : des conférences sur l'actualité scientifique à Poitiers

    Lire

    La fac des Sciences fondamentales et appliquées de l'université de Poitiers et L'Espace Mendès-France organisent les amphis du savoir. Des conférences sur l’actualité des sciences, des techniques et la vulgarisation scientifique. La conférence inaugurale "Normalité, pathologie, handicap, santé mentale, neurodiversité et inclusion à l’université" animée par Franck Ramus, directeur de recherches au CNRS, se déroule ce 22 janvier à 14h bât. A1, UFR Droit du campus de Poitiers. Programme à découvrir ici.

  • 20/01/20 | Immobilier : Bordeaux "assagi"

    Lire

    Dans une note récente, le réseau immobilier Orpi donne quelques tendances de l'immobilier à Bordeaux en 2019. Le dévissage se confirme : 4196 euros au mètre carré en moyenne, soit une baisse de -1,5%, malgré un prix moyen des loyers qui se maintient (740 euros). Selon Lionel Klotz, président du GIE Orpi Gironde, "cette régulation naturelle du marché pourrait permettre à des primo-accédants de profiter de taux bas et ainsi désengorger le marché locatif". Ce recul, selon la note, est "trop relatif pour observer un impact immédiat sur le marché mais laisse présager une stabilisation en 2020".

  • 20/01/20 | Le président des Deux-Sèvres défend les éducateurs de l'aide sociale à l'enfance (ASE)

    Lire

    Gilbert Favreau, président du Conseil départemental des Deux-Sèvres, a tenu à rappeler le professionnalisme des personnels de l'ASE sur son territoire. La réaction fait suite au reportage de Zone Interdite « Mineurs en danger : enquête sur les scandaleuses défaillances de l'ASE », diffusé sur M6, montrant la maltraitance des jeunes dans ces centres de l’État. Gilbert Favreau rappelle que « le Département a procédé à des recrutements et à l'engagement de moyens supplémentaires afin de soutenir les équipes. »

  • 20/01/20 | Poitiers, première grande ville française "où il fait bon étudier"

    Lire

    Lors du 30e Salon des lycéens et des étudiants, des 17 et 18 janvier, la ville de Poitiers a reçu le prix de la première grande ville de France "où il fait bon étudier" pour l'année 2019-2020. Un classement réalisé, chaque année, par le magazine L'Étudiant. Ce palmarès se base sur des critères tels que l'attractivité, la formation, le cadre de vie, la vie étudiante et l'emploi. Pour rappel, l'université de Poitiers compte 27 000 étudiants pour 128 000 habitants (soit 22% de la population).

  • 20/01/20 | Charente : Deux produits à l’honneur à l’Elysée

    Lire

    Les 18 et 19 janvier, le Palais de l’Elysée a organisé une exposition ouverte au public « Fabriqué en France » qui a réuni 120 produits d’entreprises françaises considérés comme emblématiques des territoires locaux. La Charente y était représentée par la tuile galbée la Romane Canal produite par Terreal et le cognac Antique XO produit par Thomas Hine & Co.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Beynac : la justice annule l'arrêté autorisant le chantier de la déviation

09/04/2019 | Nouveau coup de théâtre dans le feuilleton de la déviation de Beynac. Le Tribunal administratif de Bordeaux annule la décision d'autorisation du préfet de la Dordogne.

Les travaux du chantier de Beynac ont été suspendus le 28 décembre dernier et ne devraient pas reprendre

Pour le Conseil départemental, le porteur de projet, c'est une énorme surprise. Ce mardi, le tribunal administratif de Bordeaux a annulé l'arrêté autorisant les travaux de la déviation de Beynac, en vallée de la Dordogne. Le chantier, suspendu par le Conseil d'état le 28 décembre dernier, ne peut reprendre et la justice ordonne également la remise en état du site. De plus, l’Etat et le Département devront payer 1200 euros solidairement aux associations d’opposants, la Sepanso et Sauvons la vallée Dordogne. Depuis cette annonce, les réactions se multiplient.

C'est un énième coup de théâtre dans le long feuilleton du contournement de Beynac, en vallée de la Dordogne. Ce mardi matin, le tribunal administratif de Bordeaux a annulé le projet du Conseil départemental de la Dordogne, qui consiste à créer une route de 3,2 km, doublée d'une véloroute, pour un coût estimé à 32 millions d'euros.  Les juges ont annulé l'arrêté préfectoral qui autorisait les travaux, qui étaient suspendus depuis la décision du Conseil d'état du 28 décembre.  Il est jugé que le projet du département de la Dordogne ne répond pas à une raison impérative d’intérêt public présentant un caractère majeur. Il est, en outre, enjoint au Département de procéder à la démolition des éléments de construction déjà réalisés et à la remise en état des lieux. La décision complète est publiée par le tribunal administratif de Bordeaux, sur son site.
Cette décision est en tout cas une surprise car la rapporteure publique avait sévèrement critiqué les arguments des opposants le 29 mars dernier lors d'une audience marathon. Elle avait plaidé pour que l'arrêté de travaux ne soit pas annulé. Et l'avis du rapporteur public est très souvent suivi. En première instance, le tribunal administratif avait d'ailleurs rejeté le recours des opposants, estimant que le chantier pouvait se poursuivre. Même décision de la Cour administrative d'appel. Avant que le conseil d'Etat ne se prononce différemment. Ce qui veut dire que le tribunal administratif donne un jugement opposé à sa première décision, à quelques mois d'intervalle.

Les premières réactions
Le collectif "sauvons la vallée de la Dordogne salue 'cette décision qui préserve le patrimoine culturel et naturel de la Dordogne. Les juges du Tribunal administratif de Bordeaux se sont conformés à l’appréciation faite par le Conseil d’État dans sa décision du 28 décembre 2018 et ont jugé que « le projet ne saurait être regardé comme répondant à une raison impérative d’intérêt public présentant un caractère majeur ». Ils ont donc annulé l’arrêté préfectoral qui autorisait des travaux dans une zone classée Natura 2000 et réserve de Biosphère par l’UNESCO. 

Pour Daniel Doublier, adjoint au maire de Beynac : « Ce jugement du Tribunal Administratif de Bordeaux fait preuve d'une grande sagesse. Ce projet à l'intérêt limité aurait défiguré à jamais la vallée. La décision des juges bordelais va permettre d'économiser beaucoup d'argent aux contribuables de Dordogne tout en préservant la richesse touristique du Périgord Noir».

L'animateur Stéphane Bern, et le "Monsieur Patrimoine du gouvernement, qui s'est toujours opposé au projet a réagi sur twitter, dès l'annonce de la décision du tribunal : "Le tribunal administratif de Bordeaux annule l’arrêté @Prefet24 du contournement de #Beynac et suit l’avis du @Conseil_Etat. Il reste à espérer que @germinalpeiro@BenjaminDelrieu respecteront enfin la loi républicaine pour cesser le massacre du patrimoine @Sauvonslavallee".

Pour EELV d'Aquitaine : A travers un communiqué,  EELV Aquitaine exprime sa très grande satisfaction après la décision du Tribunal Administratif de Bordeaux.  "Ainsi le droit l’emporte, et les multiples manipulations, intoxications et autres manifestations dites populaires financées par le Conseil Départemental, n’ont pas suffi à imposer ce projet inutile et destructeur d’un site patrimonial. EELV Aquitaine salue cette victoire qui est celle de l’écologie de terrain et aussi celle de la détermination des riverains, des habitants et des associations qui ont poursuivi le combat alors que celui-ci semblait perdu. Reste que le site est profondément abimé puisque cette décision intervient alors que le président du Conseil départemental a fait mener les travaux à marche forcée pendant plusieurs mois. Aujourd’hui, c’est la nature qui paie au prix fort l’entêtement d’un homme."

Pour Jacqueline Dubois, députée LREM du Sarladais : "Cette décision confirme la nécessité de prendre en compte les travaux de sécurisation et d'élargissement réalisés par la commune de Beynac pour la traversée du bourg. Ignorer cet élément nouveau et majeur ne permet pas d’avoir une vision juste et complète. Depuis deux ans, sa réalisation a transformé la perception des aménagements nécessaires pour fluidifier la circulation dans le village, très améliorée durant la haute saison touristique, avec une vitesse réduite contribuant à la sécurité. Je salue le travail mené par les associations en partenariat avec les élus de Beynac pour faire entendre cet argument par les tribunaux." (....) Fidèle à mes positions, exprimées en tant que citoyenne puis en tant que députée, je reste opposée à ce contournement en raison de son coût trop élevé au regard de son utilité « relative ». La préservation du précieux patrimoine architectural et naturel de cette vallée reste également une de mes grandes préoccupations. D’autres équipements routiers structurants sont cependant attendus pour faciliter les déplacements et augmenter la sécurité. C’est par exemple le cas à Sarlat et plus encore à Périgueux où les ralentissements aux heures de pointe, tous les jours de l’année, pénalisent l’activité et le développement de la ville-préfecture.

Le Conseil départemental fait appel

Le Conseil départemental de la Dordogne annonce qu'il va faire appel de cette décision "pour démontrer une nouvelle fois que le projet, qui n’est pas remis en cause, répond bien à une raison impérative d’intérêt public présentant un caractère majeur. Le Département, fort de sa légitimité démocratique et du soutien massif des habitants, rappelle que ce projet a reçu toutes les autorisations légales, qu’il a été validé par l’ensemble des commissions appelées à se prononcer sur sa pertinence et qu’il a respecté l’ensemble des procédures réglementaires. La volonté de la majorité départementale de mener à bien ce projet reste intacte car il s’agit d’un aménagement à la fois indispensable à la sécurité des usagers de la route, à la protection du patrimoine de Beynac et de l’environnement, utile aux Périgourdins et à l’attractivité économique et touristique de la Dordogne.
Ce long feuilleton du contournement de Beynac ne semble pas prêt de s'achever mais à quelques jours du lancement de la saison touristique, on peut légitiment s'interroger sur l'image que le département va donner aux nombreux touristes qui visitent la vallée de la Dordogne.  

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
3061
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !