Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : Le 17 octobre à 8h45, la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers organise un forum emploi inversé : les demandeurs d'emploi ont un stand et les entreprises qui sont les visiteurs venant rencontrer les "offreurs de compétences".

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

14/10/19 : La préfète de Région et le préfet maritime de l'Atlantique ont signé aujourd'hui le premier volet du document stratégique de façade maritime Sud-Atlantique, dont ils ont coordonné les travaux. Une 1re dans la gestion des 720 km de littoral.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

07/10/19 : Le prochain congrès des départements de France se tiendra à Bourges du 16 au 18 octobre, avant de faire sa 90e édition en novembre prochain à La Rochelle. Cette année voit célébrer le 230e anniversaire de la création des Départements.

04/10/19 : A partir de lundi 7 octobre, le Département de la Gironde réalise des travaux de mise en sécurité sur la voie verte située sur la RD 809, entre le carrefour giratoire d'Aquitaine et celui du Sauternais. Fin des travaux prévue le 28 octobre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/10/19 | Corrèze: Les limitations des usages de l'eau perdurent

    Lire

    Depuis le 21/09, la Corrèze a connu des pluies régulières mais avec un déficit de pluviométrie de 30% depuis le début de l’année, "l'indice d'humidité des sols reste à un niveau très bas" indique la préfecture qui précise que les mesures de limitation des usages sont maintenues: vigilance sur le territoire de la Dordogne aval, niveau d’alerte renforcée sur le territoire des bassins de la Vézère aval, la Corrèze aval et l’Auvézère, niveau de crise sur le territoire des bassins de la Dordogne amont, la Xaintrie, la Vienne, la Vézère amont et la Corrèze amont, et enfin interdiction d'irriguer sauf cultures dérogatoires

  • 16/10/19 | Les 9 Pactes territoriaux en Gironde: du concret!

    Lire

    Aménagement de la halte nautique de Blaye (200 000 € d'aides), extension du local communal de l’épicerie sociale et solidaire à les Peintures (4 500 €), travaux et équipement numérique des écoles à Guîtres (66 000 €), réaménagement du centre social de Toulenne (50 000 €), aménagements de sécurité et travaux sur la commune de Villegouge (83 982 €), projet d’écosystème collaboratif visant à accompagner les acteurs locaux vers un tourisme durable en Médoc (18 723 €)... Autant de projets soutenus le 14/10 par les élus départementaux lors de la commission permanente et issus des Pactes territoriaux créés avec les acteurs locaux.

  • 16/10/19 | Le documentaire "L'Engrangeur" en avant-première à Tulle

    Lire

    La Chambre d’Agriculture de la Corrèze et Tulle Agglo organisent le 17 octobre à 20h30 au Cinéma Véo de Tulle une projection en avant-première de "l'Engrangeur". Suite à la projection de ce documentaire, initié par l’association La Gaillarde, sur Régis Coudert, un éleveur emblématique de Corrèze, un échange avec le public est proposé sur divers thèmes dont les évolutions dans les pratiques d’élevage, le renouvellement des générations ou encore la consommation & l'alimentation. Entrée libre.

  • 16/10/19 | 9 000 visiteurs pour l'inauguration de Traversées/Kimsooja à Poitiers

    Lire

    Plus de 9 000 visiteurs ont fréquenté l'exposition Traversées/Kimsooja lors du week-end inaugural ce samedi 12 et dimanche 13 octobre. Des oeuvres d'art sont éparpillées dans les lieux importants de la ville de Poitiers comme le palais des ducs d'Aquitaine, lieu phare de cet événement. Visites, performances, ateliers, conférences sont au programme de Traversées/Kimsooja jusqu'au 10 janvier. Prochain temps fort, ce samedi 19 octobre avec la compagnie L'Homme debout, départ place Lepetit à 19h30.

  • 15/10/19 | Le tour de France 2020 passera par la Vienne !

    Lire

    20 ans que la Grande boucle n'était pas passée par la Vienne. La 107e édition du Tour de France passera deux jours dans le département. Une première étape le mercredi 8 juillet ralliera Châtelaillon-Plage (Charente-Maritime) à Poitiers, avec une arrivée avenue Kennedy, 1,5 km de ligne droite. Il s'agit de la plus longue ligne d'arrivée du parcours. Le lendemain, le 9 juillet, les coureurs partiront de Chauvigny pour rallier Sarran en Corrèze.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Beynac : la justice rejette la demande du département de suspendre la remise en état du site

03/10/2019 | Suite à l'audience du 1er octobre, la cour administrative d’appel de Bordeaux a rejeté la demande du Département de surseoir à l’exécution de la remise en état du site.

Le chantier de la déviation a été arrêté en janvier dernier

La demande du Département de la Dordogne qui voulait obtenir un sursis à la démolition des travaux déjà effectués pour la déviation, contestée, de Beynac et la remise en état du site, a été rejetée ce jeudi 3 octobre par la cour administrative d'appel de Bordeaux, vu la «proximité de l'examen au fond de l'affaire» le 26 novembre". Le projet de plus de 32 millions d'euros contesté depuis des années par les défenseurs de l'environnement et du patrimoine prévoit une déviation de 3,2 km comprenant deux ponts et un pont-rail. Cinq piles de ponts ont déjà été construites.

Avec la décision de la cour administrative d'appel de Bordeaux, qui rejette la demande du Conseil départemental de la Dordogne de suspendre l'exécution de la remise en état du site de la déviation de Beynac, en vallée de la Dordogne, est-ce la fin d'un long (trop long) feuilleton judiciaire ?  A priori non, car le 26 novembre, le tribunal administratif de Bordeaux devra examiner le dossier sur le fond. Depuis le début, plusieurs associations opposées au projet  dénoncent un massacre écologique de la vallée tandis que le porteur du projet, Germinal Peiro, président du Département argumente sur l'intérêt public majeur du dossier. 
Rappel des épisodes précédents : le 9 avril dernier,  le tribunal administratif de Bordeaux a annulé le projet du Conseil départemental de la Dordogne, qui consiste à créer une route de 3,2 km, doublée d'une véloroute réservée aux mobilités douces,  reliant la départementale 703 à la départementale 49 pour un coût estimé à 32 millions d'euros. Pour mémoire, la décision de réaménager l'axe Bergerac-Souillac, via Sarlat avec comme priorité le contournement de Beynac, a été prise dès 1985 par les élus départementaux.  Cette déviation fait partie du projet de la "Voie de la vallée", inscrite dans un plan départemental routier depuis plus de trente ans.
Le 9 avril, les juges ont annulé l'arrêté préfectoral du 29 janvier 2018 qui autorisait les travaux, qui étaient suspendus depuis la décision du Conseil d'état du 28 décembre 2018.  Selon le jugement, le projet du département de la Dordogne ne répond pas à une raison impérative d’intérêt public présentant un caractère majeur. Il enjoint, en outre, le Département de procéder à la démolition des éléments de construction déjà réalisés et à la remise en état des lieux. Le Conseil départemental demandait un sursis à exécution de ce jugement. 

Les deux parties renvoyées dos à dos

Après l'audience publique du 1er octobre, la cour a estimé, compte tenu de la proximité de l’examen au fond de l’affaire en formation collégiale, prévu à l’audience du 26 novembre 2019, qu’aucune mesure provisoire n’était nécessaire. La demande de sursis à exécution du jugement a donc été rejetée. La cour administrative d’appel de Bordeaux n'accède pas à la demande du Département de la Dordogne dans sa décision rendue publique ce jeudi 3 octobre, sans que le juge du sursis ne se soit prononcé sur le bien-fondé du jugement. Dans un communiqué, le conseil départemental estime "qu'il s'agit d'un jugement d’attente renvoyant les deux parties dos à dos compte tenu de la proximité de l’examen au fond du dossier, programmée le 26 novembre 2019 et précise que la demande de sursis à exécution formulée par le Département concernant la démolition des ouvrages et la remise en état des lieux, et la demande d’astreinte déposée par la société américaine Newell Enterprises Inc. ont toutes deux été rejetées." Une démolition des éléments déjà réalisés suppose également des études d'impact (notamment sur l'environnement) et de nouvelles demandes d'autorisations de travaux. 
La Sepanso, réagit dans un communiqué : " C’est avec impatience que nous attendions la décision de justice. Elle vient de tomber : Germinal Peiro, président du Conseil départemental et porteur du projet dit "le contournement de Beynac" devra, enfin, appliquer la décision de justice et remettre le site en état ". Philippe d'Eaubonne, du collectif Sauvons la vallée de la Dordogne, joint au téléphone,  "Je suis entièrement satisfait. Cette action a été séparée de l'action sur le fond qui sera examinée  fin novembre. C'est ce que nous souhaitions.  Il faut que nous ayons un Département qui comprenne enfin que le bétonnage ici va à l'encontre de la protection du patrimoine qui est inestimable. Aujourd'hui, nous sommes sur la bonne voie.  Cela nous donne bon espoir pour l'audience du 26 novembre qui va juger sur le fond. Le plus triste dans cette histoire, c'est qu'au final, ce sont les contribuables qui vont payer la note."
Le feuilleton judiciaire risque de durer encore un certain temps car le
Département entend de nouveau faire valoir, lors de l’audience à venir, ses arguments démontrant l’intérêt public majeur de cet aménagement, dont l’utilité à ses yeux demeure incontournable tant en termes de sécurité, de développement durable, d’attractivité économique que d’essor touristique.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
2884
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !