Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/08/19 : Selon "Mediabask", les Gilets jaunes invitent leurs troupes à se rassembler, pour leur 41e samedi à Bayonne, dans le cadre du G7. Ils estimeraient que le contre-sommet d'Hendaye et d'Irun et la manifestation de samedi ne sont pas assez musclés.

20/08/19 : A Périgueux, Péri meuh, la 3e édition de la fête agricole aura lieu les 20,21 et 22 septembre des allées Tourny à la place Francheville. Elle accueillera de nombreuses animations dont le concours national de la race limousine.

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/08/19 | G7 de Biarritz: au tour d'Elisabeth Borne

    Lire

    En préparation du sommet, la ministre de la Transition écologique est présente aujourd'hui à Biarritz où elle signera une charte d'engagement pour "une plage sans déchets plastiques" à la mairie de Biarritz avant de se rendre à une présentation des initiatives écoresponsables prises dans le cadre du G7. Elle y rencontrera les ONG dont Surfrider foundation avant d'effectuer une intervention à la conférence "Pavillon Océan".

  • 22/08/19 | Floirac: L'Étang Heureux revient en août !

    Lire

    Fort de son succès juillettiste, l'Étang Heureux, organisé par la mairie de Floirac, revient une semaine en août. Ainsi, du 27 août au premier septembre, le Parc des Étangs de Floirac est ouvert à partir de 10h, et propose des animations pour tous les publics, comme du karaoké, des jeux de société, concerts de musique latine, ou encore un tournoi de pétanque. De 10h à 19h, des activités familiales sont en libre service (beach volley, sand ball, jeux de raquettes, etc...).

  • 21/08/19 | Les ambitions de Didier Guillaume ont étonné...le maire de Biarritz

    Lire

    Mardi soir, lors de la visite de Christophe Castaner à Biarritz, le maire de Biarritz Michel Veunac s'est exprimé et quelque peu ému des innocentes fuites selon lesquelles le ministre aficionado de la corrida et de l'Agriculture, Didier Guillaume, serait tenté par la mairie de Biarritz. Or les deux hommes appartiennent à la même famille politique, le Modem et Michel Veunac ne s'est pas exprimé sur son devenir. Et qui contraindrait le ministre à déménager d'Anglet. Mais Biarritz vaut bien aussi une messe.

  • 21/08/19 | Aujourd'hui, le coup d'envoi du contre sommet à Hendaye et Irun

    Lire

    Lancé le 13 juillet dans les rues de Biarritz le contre sommet G7Ez (G7 non non) et Alternatives G7 débute ce jour à Hendaye et Irun. Regroupant 80 associations avec le souhait de dépasser les différences pour défendre d'une voix des alternatives globales et faire face aux urgences climatiques et sociales. Eric Coquerel, député de LFI en donnait le coup d'envoi. Outre les partis écologistes et de gauche, cette région frontalière ayant été choisie pour le G7, les abertzale et militants basques s'associeront à ce contre- sommet. A suivre aussi.

  • 20/08/19 | L'Université d'été du PS revient à La Rochelle

    Lire

    Après trois ans d’absence, l'Université d'Eté du PS fait son retour à La Rochelle. Elle se tiendra à l'espace Encan du 23 au 25 août. Rebaptisée "Campus", elle ambitionne de rassembler tous les partis "alliés" de gauche présents aux élections européennes : Place publique, Nouvelle Donne, le PRG, MDC, PC et UDE. Thème de ces 3 jours : "pour un avenir écologique et social". Les participants seront également invités à faire un "procès de la Ve République" dans un simulacre d'audience judiciaire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Beynac : Germinal Peiro en appelle au Président de la République

18/07/2019 | Le président du département de la Dordogne souhaite être reçu à l'Elysée pour parler de la déviation de Beynac, avec le soutien des présidents de chambres consulaires.

Germinal Peiro, au centre entouré de Bernard Vauriac et des présidents des chambres consulaires

Bernard Vauriac président de l’Union des Maires et Germinal Peiro président du Département étaient réunis ce 17 juillet avec les présidents des chambres consulaires et des deux communautés d’agglomération pour évoquer le dossier du contournement de Beynac. Ils se prononcent pour l’achèvement du chantier et pour une évolution du droit pour éviter de telles situations dans le futur. 392 maires et 22 maires délégués sur 505 communes soit 77% des maires de Dordogne se sont d’ores et déjà prononcés dans ce sens. Germinal Peiro souhaite aussi être reçu par Emmanuel Macron pour évoquer ce dossier.

 Ils sont 391 maires  de Dordogne sur 505 communes et 22 maires délégués, toutes tendances politiques confondues,  à avoir signé un courrier pour l'achèvement du chantier de la déviation de Beynac et pour une évolution du droit. Ils représentent 81 % de la population de la Dordogne.

Et cela alors que le Conseil départemental de la Dordogne a été condamné par le tribunal administratif de Bordeaux  le 9 avril dernier à détruire les travaux déjà réalisés pour cette portion de route de 3 km 200 qui doit contourner le village. Au coeur la torpeur estivale, Germinal Peiro ne veut rien lâcher sur ce dossier dont plus de la moitié des travaux ont déjà été réalisés et 20 millions d'euros engagés. La facture pourrait être beaucoup plus lourde et c'est au final 45 millions d'euros TTC  d'argent public  qui pourraient être dépensés pour rien s'il fallait démollir ce qui a été fait.
Ce 17 juillet, le président du Département était entouré de Bernard Vauriac, président de l'Union des maires de la Dordogne, des trois présidents de chambres consulaires (agriculture, Métiers et commerce) et deux présidents des intercommunalités de Bergerac et du Grand Périgueux. Dénonçant une situation ubuesque et un risque réel de paralysie des institutions locales et des activités locales, ils se prononcent unanimement pour la poursuite des travaux. "Le dossier de Beynac démontre qu'aujourd'hui, qu'il y a un risque, après énormément d'études, de temps et d'argent et des déclarations d'utilité publique,  les décisions de justice viennent se contredire et conduisent à une paralysie. Ce peut faire jurisprudence, indique Bernard Vauriac.

"Faire évoluer le droit"

Le président de l'Union des maires de la Dordogne et Germinal Peiro sollicitent donc un rendez vous avec Emmanuel Macron, pour "faire évoluer le droit"  afin que lorsqu'un projet ayant reçu toutes les autorisations et que l'Etat autorise sa réalisation, les recours soient "mieux encadrés. Ils redoutent que cette situation se reproduise ailleurs. "Le cas de Beynac n'est pas unique. Il y a des situations semblables  dans l'Hérault, plus proche de nous au Taillan, en banlieue bordelaise" dont le chantier a été arrêté quatre ans. Il faut sécuriser juridiquement les collectivités," précise Germinal Peiro. Ils ont reçu le soutien des trois présidents de consulaires (Métiers, Commerce et d'industrie, et Agriculture et des deux présidents des communautés d'agglomération de Bergerac et du grand Périgueux.
Pour Christophe Fauvel, président de la chambre de commerce et d'industrie, l'heure n'est plus à savoir si on est pour ou contre cette déviation. Il y a eu des débats contradictoires. Il y a eu des autorisations administratives qui ont été données et des fonds publics engagés. Détruire ce qui a été construit serait une gabegie. C'est inenvisageable. Ce serait contraire à tout bon sens économique. S'il faut porter ce message au président de la République au côté des élus et s'il souhaite nous recevoir, je m'y associerais." Pour Didier Gouraud, président de la chambre de Métiers : "On risque de nous demander de mettre 45 millions d'euros à la poubelle alors que chaque jour, on demande à nos concitoyens, à nos entreprises de faire des efforts. Il faut revenir à un minimum de bon sens".
Pour Jean Philippe Granger, le président de la chambre d’agriculture, considère « qu’à partir du moment où les travaux ont été autorisés et engagés, on ne peut revenir en arrière. C’est scandaleux de stopper un chantier aussi important en cours de route. Cela me fait penser au monde agricole, dès que l’on a un projet, il faut faire un gros travail en amont au niveau de la réglementation pour faire accepter le dossier à la société, l’expliquer et malgré cela on a des associations qui font arrêter les travaux. Cela freine l’économie. Dans ce dossier, c’est le contribuable qui va payer. »

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3863
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !