12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Bordeaux : DroiteLib se lance dans la mêlée

25/01/2017 | Le mouvement DroiteLib', annoncé en décembre par Virginie Calmels, première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux et perdante des régionales, se lance.

Lancement DroiteLib'

C'est une image forte qui a été donnée mercredi 25 janvier à la Cité du Vin à l'occasion d'un déplacement du gagnant des primaires de droite, François Fillon, dans la ville de son ancien challenger. Dans la tourmente à cause des révélations du Canard Enchaîné sur l'emploi de son épouse en tant qu'assistante parlementaire (et le montant total de 500 000 euros qui auraient été perçus), le favori des présidentielles est resté droit dans ses bottes, en assistant du lancement de DroiteLib', mouvement lancé en décembre dernier par Virginie Calmels, pour, disait-elle alors, "contrer Emmanuel Macron".

C'était censé être un lancement heureux. De passage à Bordeaux ce mercredi pour deux visites majeures (le nouveau site de Thalès et la Cité du Vin), François Fillon était au centre de toutes les attentions, mais pas à celui de la scène prévue pour le lancement officiel bordelais du mouvement de Virginie Calmels, baptisé DroiteLib'. La première adjointe était sagement coincée entre les deux, jouant les passeurs entre l'ancien candidat aux présidentielles et celui désigné par le vote des militants de la primaire de droite. Évidemment, c'était un créneau tout trouvé, en marge du caffouillage concernant la participation des primaires de gauche, pour se revendiquer "libéral" et ressortir la défensive et le discours "anti-stigmatisation", fidèle à tous les partis. 

Une ligne libérale

Évidemment, DroiteLib', s'il n'a aucune échéance électorale en tête, comme l'a rappelé l'élue à sa tête, se révèle être la parfaite antichambre de la potentielle future victoire de François Fillon en mai prochain, et le point de raliiement souhaité pour les centristes qui s'étaient ralliés à Alain Juppé en boudant le gagnant et avaient trouvé en Macron un salut moins radical. "C'est un mouvement ouvert", a redit Virginie Calmels à la tribune prévue pour l'occasion, "qui doit réunir tous les gens de la société civile de bonne volonté qui croient au besoin d'air. Nous refusons cette caricature qui dit que la droite est le refuge du conservatisme, DroiteLib' est un mouvement que de nombreux jeunes m'ont demandé; il est libéral, humain et progressiste". Virginie Calmels, qui revendique déjà avoir recueilli des "milliers de soutiens" (sans que cela n'indique la réalité de ces chiffres, par ailleurs non communiqués depuis le lancement en décembre, notons 1590 abonnés sur Twitter et 1032 likes sur Facebook), en a remis une couche sur des "primaires irréprochables". 

Alain Juppé, de son côté, se l'est jouée "bon lieutenant", en "confirmant son soutien plein et entier" à François Fillon et en se réjouissant "d'avoir pu faire rentrer Virginie Calmels dans la vie politique pour élargir le spectre des soutiens". Fillon, lui, est resté sur sa ligne : rupture, changement, militant contre un "coeur des pleureuses défendant un statu-quo qui exclu et rabaisse", porteur d'un "souffle nouveau dans un système politique vieillissant", soutien de ce mouvement qui incarne "cette idée de liberté au coeur de mon projet"... rien que de très convenu.

Une visite chahutée

Cette petite visite bordelaise aurait pu se dérouler sans aucun accro dans le planning. Oui mais voilà, le Canard Enchaîné est passé par là. Dans un article publié ce mercredi, l'hebdomadaire satirique révèle, à trois mois du premier tour, l'ancien premier ministre a employé sa femme, Penelope Fillon, en tant qu'assisante parlementaire entre 1998 et 2002 (et six mois de plus en 2012) en lui octroyant un salaire de 3900 euros brut par mois (puis 4600 euros), et en tant que collaboratrice d'un ancien suppléant de son mari, Marc Joulaud (7900 euros brut), pour un total perçu de 500 000 euros. Une enquête préliminaire a été ouverte dans la journée par le parquet national financier pour "détournement de fonds publics". Interrogé ce matin lors de sa visite sur le site de Thalès, François Fillon est resté laconique, se défendant contre une attaque malvenue. "Je vois que la séance des boules puantes est ouverte. Il n'y a rien à commenter. Je suis scandalisé par le mépris et la misogynie de cet article. Parce que c'est mon épouse, elle n'aurait pas le droit de travailler ? Imaginez un instant qu'un homme politique dise d'une femme qu'elle ne sait faire que des confitures… toutes les féministes hurleraient", a-t-il ainsi commenté. 

En revanche, silence radio au moment du lancement de DroiteLib', les consignes ayant apparemment été clairement données. Virginie Calmels, elle, tout en prenant ses distances, a parlé d'un "épiphénomène" et avoué qu'elle n'était "pas surprise que François Fillon ait fait appel à sa femme pour gérer ces affaires dans l'ombre. Il sait qu'il va être la victime de beaucoup d'attaques". Rien de plus. Du côté du mouvement, on murmure que certains groupes de travail auraient déjà été formés pour travailler sur des thèmes précis et ciblés, notamment un gros volet économie dont Virginie Calmels s'est faite le chantre. Il souhaite aussi "donner d'autres éclairages" sur certaines mesures contenues dans le programme de François Fillon, sans doute pour éviter la confusion traînante de l'assurance maladie. Il réunira tous ses soutiens sur une péniche parisienne le 31 janvier prochain pour "un moment festif" qui ne devrait pas encore révéler la ligne ou les objectifs clairs de l'aimant à voix qui ne dit pas son nom. Nul doute que François Fillon, tout comme Alain Juppé, devraient être au premier rang. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4526
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !