Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/07/18 | Accidentologie dans le Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Depuis le début de l’année 2018, 9 personnes ont perdu la vie sur les routes du département des Pyrénées-Atlantiques (contre 21 sur la même période en 2017). 369 accidents de la route (contre 387 à la même période en 2017), "principalement dus à des défauts de comportement du conducteur ou de maîtrise du véhicule" selon la Préfecture départementale, ont causé 428 blessés dont 133 blessés hospitalisés.

  • 20/07/18 | La métropole observe les étoiles

    Lire

    Si vous êtes un amateur de constellations, sachez qu'une nouvelle "Nuit des étoiles" se tiendra les 3, 4 et 5 août dans le cadre de l'été métropolitain entre la plaine des Biges (Saint-Médard), le parc des sports et de loisirs Colette-Besson (Martignas) et la forêt du Bourgailh (Pessac). De nombreuses animations sont au programme : observations, conférences d'astronomie, visite guidée du planétarium ou ballades nocturnes en forêt. Pour tout renseignement sur les horaires des différents rendez-vous, contactez l'association Ecosite du Bourgailh au 05 56 15 32 11.

  • 20/07/18 | Nouvelle-Aquitaine - Itasy: 10 ans de coopération fructueuse

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine est lauréate de l’appel à projets «Alimentation et Agriculture Durable» du ministère des Affaires étrangères pour sa coopération avec l’ONG Agrisud International à Madagascar. « La coopération décentralisée mise en place par la Nouvelle-Aquitaine dans la région d'Itasy a permis à cette dernière de se doter d’un centre régional de formation professionnelle agricole, de développer les infrastructures d'eau et d'assainissement ou de soutenir ses filières porteuses en matière de tourisme» détaille Isabelle Boudineau, vice-présidente en charge de l’International.

  • 19/07/18 | Le PS girondin réagit au ralliement de F. Cartron à LREM

    Lire

    Réaction du secrétariat fédéral du PS de la Gironde après la démission de Françoise Cartron du groupe socialiste et républicain au Sénat pour rejoindre celui de la majorité présidentielle: "Ce choix n’est pas une surprise. Mme Cartron qui avait annoncé son départ du PS local dès le 15 septembre tout en restant attachée au groupe parlementaire national, n’a jamais caché sa proximité avec les idées du Chef de l’Etat. Nous regrettons cependant que cette décision intervienne alors qu’il n’y a plus de doutes possibles sur le caractère droitier de la politique menée par la République en Marche."

  • 19/07/18 | La Vigne arrive en ville

    Lire

    Les vignerons du réseau Bienvenue à la Ferme vous donne rendez-vous les 8 et 9 septembre prochains au Jardin Public de Bordeaux pour la 3ème édition de Vign’en Ville. Le temps du week-end, vous pourrez vous mettre dans la peau d’un viticulteur à travers un itinéraire pédagogique et gourmand le long d’un parcours de 8 espaces thématiques et de nombreux ateliers accessibles au plus grand nombre. Pour clore ce parcours dans une ambiance festive un déjeuner fermier est organisé par la Belle Marguerite, le truck des produits fermiers d'ici.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Bordeaux : un bastion de la droite en train de virer à gauche ?

07/06/2012 | Pour la deuxième élection présidentielle consécutive, la ville de Bordeaux a placé en tête le candidat du Parti socialiste lors des deux tours.

Bordeaux : un bastion de la droite en train de virer à gauche?

Préfecture d’un département dont le cœur balance à gauche, Bordeaux a longtemps fait figure d’exception, en étant considérée comme acquise à la droite. Depuis 1947, la ville n’a jamais été dirigée par la gauche : une longue hégémonie de Jacques Chaban-Delmas léguée en héritage à Alain Juppé. La « Belle Endormie » qui s'est bien réveillée a pourtant voté à gauche lors des présidentielles et, pour la première fois, elle a mis lors de deux scrutins consécutifs (2007 et 2012) le candidat socialiste en tête lors des deux tours de l’élection. Alors, Bordeaux est-elle devenue une ville de gauche ?

Si Bordeaux vote à droite aux municipales depuis 65 ans, notamment grâce à l’intégration de Caudéran, « petit Neuilly bordelais », dans la ville, ce n’est pas le cas en ce qui concerne les présidentielles comme le rappelle Jean Petaux, politologue et enseignant à Sciences Po Bordeaux : « Ce n’est pas la première fois que les Bordelais votent à gauche, ils ont déjà donné une majorité au candidat de la gauche en 1981, 1988 et 2007 ; la particularité de 2012 c’est l’amplification de ce vote ». En recueillant 57,18% des suffrages au second tour, François Hollande a obtenu pratiquement 5000 voix de plus que Ségolène Royal en 2007 tandis que Nicolas Sarkozy en a perdu un nombre équivalent. Et les législatives s’annoncent aussi bien pour les élus socialistes, si l’on en croit les derniers sondages. Le tandem Michèle Delaunay-Vincent Feltesse ancrerait la deuxième circonscription de Gironde, celle de Chaban-Delmas, à gauche et même la première ne serait plus aussi sûrement acquise à l’UMP.

Une mutation sociologique de la population bordelaise
Comment expliquer ce changement de vote de la ville ? Il semblerait bien que les mutations sociologiques de Bordeaux se mêlent à des aspects plus conjoncturels. « Une ville qui vote majoritairement à gauche, ce n’est pas un cas isolé en terme de métropole, il suffit de regarder Lyon, Lille, Strasbourg, Marseille, etc. C’est un phénomène qui est attesté au plan national : dans les grandes métropoles, la ville-centre est plutôt socialisante », explique ainsi Jean Petaux. Bordeaux, comme les autres grandes villes françaises, attire un profil sociologique qui est celui de l’électeur socialiste : les classes moyennes supérieures plutôt jeunes. Pour Philippe Dorthe, conseiller régional PS d’Aquitaine, ce changement sociologique serait dû, de manière paradoxale, à la politique municipale d’Alain Juppé : « il a ouvert les portes de la ville aux classes moyennes supérieures qui constituent la base de l’électorat socialiste, ce qui a musclé l’électorat de la gauche dans certains cantons et a gauchisé certains quartiers de droite ».

Bordeaux, ville d’Alain Juppé et handicap supplémentaire pour Nicolas Sarkozy
Mais la mutation sociologique n’explique pas tout : une part de cet accroissement du vote socialiste est aussi un vote-sanction de l’UMP, qui est bien évidemment difficile à quantifier. Si pour Jean Petaux la politique municipale d’Alain Juppé n’est pas remise en cause par les Bordelais, il s’agit plutôt d’un rejet de Nicolas Sarkozy : « Une partie de l’électorat d’Alain Juppé n’a pas digéré que Nicolas Sarkozy soit à sa place à l’Elysée pendant cinq ans ». Justement parce que Bordeaux est la ville d’Alain Juppé, le candidat de l’UMP aurait été victime d’un handicap supplémentaire : « C’est la même chose qu’en 1974 quand Valéry Giscard d’Estaing avait « tué » Jacques Chaban-Delmas au premier tour des présidentielles ; les Bordelais l’avaient sanctionné au second tour en votant pour François Mitterrand ». L’affaiblissement du vote de la droite s’expliquerait donc en partie par un combat, certes non-frontal mais réel, entre les fractions de la droite. Pour Philippe Dorthe, cet échec est au contraire une sanction d’Alain Juppé : « L’écart entre 2007 et 2012 est trop important sur Bordeaux pour qu’il s’agisse simplement d’une sanction de la droite nationale ».

Philippe DortheUn changement de majorité municipale en 2014 ?
La montée du vote de gauche peut-elle laisser supposer un changement de direction de la ville de 2014 ? Il est dangereux de se baser sur les résultats d’une élection présidentielle ou législative pour affirmer cela comme le rappelle Jean Petaux : « En 2008, au vu des résultats de l'élection présidentielle de 2007 sur Bordeaux et de la défaite d’Alain Juppé aux législatives, la gauche a voulu y croire. Mais il faut bien se garder de transposer les comportements électoraux d’une élection à l’autre ». C’est oublier, en effet, que l’électeur d’aujourd’hui est un électeur stratège et rationnel qui peut adopter des comportements très différents d’une élection à l’autre, parfois même quand elles ont lieu le même jour : « Lors des municipales, Alain Juppé a obtenu 47% des voix dans mon canton et j’en ai obtenu 47% aussi pour les cantonales qui avaient lieu le même jour, ce qui signifie qu’il y a des gens qui votent à la fois pour Alain Juppé et pour le Parti socialiste. Des élections ne sont donc comparables qu’entre elles », explique Philippe Dorthe. Le poids et la personnalité d’Alain Juppé font donc qu’il conserve toutes ses chances pour 2014. « Celui qui le sait le mieux c’est Vincent Feltesse, il sait que la partie n’est pas jouée pour lui », ajoute Jean Petaux. Si Philippe Dorthe partage le même constat, il est plutôt optimiste en ce qui concerne 2014 et la candidature implicite de Vincent Feltesse : « une démarche osée mais qui montre qu’il a le sens du moment ». En ajoutant tout de même : « A Bordeaux, le Parti socialiste tient la tranchée, nous sommes une poche de résistance sans moyens logistiques à la hauteur de l’enjeu. La ville sera prise quand la Fédération aura décidé de mettre en œuvre tout ce qu’il faut pour la prendre. Jusqu'à présent, on a assisté à un turn-over de candidats du à une volonté molle de l'appareil fédéral socialiste ». Rien n’est donc joué pour la gauche à Bordeaux, même au vu du score de François Hollande en 2012.

Philippine Robert
Par Philippine Robert

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2037
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !