Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Budget 2014, le plus gros budget de l'histoire de la Cub (en vidéo)

21/12/2013 | Le 20 décembre les élus de la Cub ont adopté à une très large majorité le budget 2014 qui s'élève à 1,4 milliard d'euros. Autant que celui de la Région Aquitaine.

Le budget 2014 de la CUB a été adopté vendredi  20 décembre à une très large majorité.

Le budget adopté ce vendredi 20 décembre par la Communauté urbaine de Bordeaux franchit des sommets encore jamais atteints. Avec 1,4 milliard d'euros de dépenses prévues l'an prochain, la Cub devient le plus gros donneur d'ordres public d'Aquitaine à égalité avec la Région. Ce budget dépasse même celui cumulé des 28 communes qui compose la Communauté. C'est surtout l'investissement qui est à la hausse (+ 27,4 % par rapport à 2013), soit 610 millions d'euros inscrits au programme d'équipement pour 2014.

Un budget historique qui contraste avec l'atonie de rigueur dans la plupart des collectivités de France. Ce vendredi 20 décembre, les 120 élus de la Communauté urbaine de Bordeaux ont battu tous les records en adoptant un budget qui s'élève à 1,4 milliard d'euros. Cette enveloppe bien remplie, qui consacre une très large part à l'investissement, a presque fait l'unanimité dans les rangs de la Cub. Seul l'UDI de Mérignac, Thierry Millet, a voté contre. Il s'en est expliqué ainsi auprès du président Vincent Feltesse : "Je vous avais demandé, lors du débat d'orientations budgétaires, plus de sobriété eut égard à la rigueur actuelle. Notre budget ne tient pas compte de la crise que nous traversons depuis 2008. Notre EPCI devrait modifier sa gestion pour être plus en phase avec la réalité économique".

La sobriété n'est pas ce qui caractérise le budget 2014 de la Cub. Très offensif, ce dernier se consacre en bonne partie à l'investissement : 610 millions d'euros sur un total d'1,4 milliard. Cela représente une hausse de 27,4 % de la part du programme d'équipement par rapport au budget 2013. Les déplacements au sens large pèsent le plus lourd. Avec, en tête, les crédits consacrés à la montée en puissance de la troisième phase du tramway (215 millions d'euros). Dès février 2014, démarreront d'ailleurs les travaux préparatoires à la future ligne D du tram entre les Quinconces et Eysines.

Vincent Feltesse sur le budget le plus élevé de l'histoire de la Cub

Les recettes de ce budget 2014 sont malheureusement beaucoup moins dynamiques que les dépenses d'investissement. Les élus de la Cub se sont empoignés ce vendredi 20 décembre sur la question du désengagement de l'Etat. Chacun jouant sa partition, les élus du centre et de la droite du groupe Communauté d'avenir ont fustigé le gouvernement sur la baisse considérable des dotations de l'Etat. "Du coup, notre santé financière se dégrade quelque peu. Notre épargne baisse et notre volume d'emprunt augmente", notait hier Patrick Bobet, le maire UMP du Bouscat.

 Le président de la Cub, Vincent Feltesse n'a pu contester ce constat. Il a noté cependant que la dotation globale de développement, versée par l'Etat, avait déjà baissé lors des précédentes mandatures "même si je reconnais qu'il y a une accélération". "Mais c'est une obligation si on ne veut pas que l'Etat s'endette encore davantage".

Oui les dotations de l'Etat continuent bien de baisser...

 Dans ce contexte, dépenses élevées et recettes en stagnation, beaucoup d'élus de la Cub, tous bords confondus, estiment qu'il faudrait revoir les tarifs du tramway à la hausse. Cela afin de faire supporter au moins un tiers du coût du tram aux usagers. Ainsi Chrtistophe Duprat, vice président UMP de la Cub en charge de la question des transports : "On fait des travaux considérables et l'usager paye de moins en moins en proportion. Soyons raisonnables. Il est encore temps d'augmenter nos tarifs. Un ticket à 1,60 euro permettrait tout juste un meilleur taux de couverture". Mais le président de la Cub Vincent Feltesse n'y est pas favorable, du moins pas avant 2014, où sera renégocié la délégation de service public des transports en commun. 

Le prix du ticket de tramway doit-il augmenter ?

De nombreux élus se disent inquiets quant à l'avenir des finances de la Cub. Le conseiller municipal communiste de Floirac Jean-Claude Galan dénonce : "C'est sans doute le dernier budget de ce genre que nous votons. Un budget exceptionnel qui ne saurait être reproduit à l'avenir parce que nos recettes stagnent. Ces derniers temps, nous assistons à des attaques sans précédent de nos collectivités. La baisse de dotations de l'Etat s'accélère. Le gouvernement actuel n'a pas changé de cap par rapport au précédent. Il a même accéléré le processus entamé sous François Fillon". Quelle stratégie financière pour le futur ? Tout le monde s'interroge en espérant être toujours en mesure d'investir autant qu'en 2014 qui s'annonce d'ores et déjà comme une année exceptionnelle avec l'extension du tramway, le lancement des travaux du pont Jean Jacques Bosc mais aussi ceux de la nouvelle grande salle de spectacle de Floirac...

Comment continuer d'investir dans les prochaines années ?


 

 

Armelle Hervieu
Par Armelle Hervieu

Crédit Photo : Armelle Hervieu Aquipresse

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7053
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !