Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, annoncera ce mardi, s'il repart pour un nouveau mandat municipal. Probable malgré une agglomération dévoreuse d'énergie.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : Charente-Maritime: Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports visitera l’entreprise STELIA-Aerospace à Rochefort ce vendredi à 15h.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

15/01/20 : Le Premier ministre Edouard Philippe a qualifié aujourd'hui de "baroque" la présence de deux ministre du gouvernement en lice pour les Municipales de Biarritz. Il donne quelques jours à Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne pour se mettre d'accord?

15/01/20 : 3 figures de la «photographie humaniste» dans la France de l’après-guerre (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis) seront à l'honneur les 15/02, 21/03 et 4/04 à la médiathèque de Pessac dans le cadre d'un cycle de conférences sur la photo

15/01/20 : Dordogne : Le maire de Nontron Pascal Bourdeau, âgé de 59 ans, (PS) a annoncé qu'il ne briguera pas de second mandat. Il se dit fatigué par ce mandat très exigeant. Pascal Bourdeau demeure vice-président du Conseil départemental.

14/01/20 : Thomas Cazenave, candidat LREM aux élections municipales de mars prochain à Bordeaux, recevra Stanislas Guerini délégué général du parti, le jeudi 16 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/20 | Les amphis du savoir : des conférences sur l'actualité scientifique à Poitiers

    Lire

    La fac des Sciences fondamentales et appliquées de l'université de Poitiers et L'Espace Mendès-France organisent les amphis du savoir. Des conférences sur l’actualité des sciences, des techniques et la vulgarisation scientifique. La conférence inaugurale "Normalité, pathologie, handicap, santé mentale, neurodiversité et inclusion à l’université" animée par Franck Ramus, directeur de recherches au CNRS, se déroule ce 22 janvier à 14h bât. A1, UFR Droit du campus de Poitiers. Programme à découvrir ici.

  • 20/01/20 | Immobilier : Bordeaux "assagi"

    Lire

    Dans une note récente, le réseau immobilier Orpi donne quelques tendances de l'immobilier à Bordeaux en 2019. Le dévissage se confirme : 4196 euros au mètre carré en moyenne, soit une baisse de -1,5%, malgré un prix moyen des loyers qui se maintient (740 euros). Selon Lionel Klotz, président du GIE Orpi Gironde, "cette régulation naturelle du marché pourrait permettre à des primo-accédants de profiter de taux bas et ainsi désengorger le marché locatif". Ce recul, selon la note, est "trop relatif pour observer un impact immédiat sur le marché mais laisse présager une stabilisation en 2020".

  • 20/01/20 | Le président des Deux-Sèvres défend les éducateurs de l'aide sociale à l'enfance (ASE)

    Lire

    Gilbert Favreau, président du Conseil départemental des Deux-Sèvres, a tenu à rappeler le professionnalisme des personnels de l'ASE sur son territoire. La réaction fait suite au reportage de Zone Interdite « Mineurs en danger : enquête sur les scandaleuses défaillances de l'ASE », diffusé sur M6, montrant la maltraitance des jeunes dans ces centres de l’État. Gilbert Favreau rappelle que « le Département a procédé à des recrutements et à l'engagement de moyens supplémentaires afin de soutenir les équipes. »

  • 20/01/20 | Poitiers, première grande ville française "où il fait bon étudier"

    Lire

    Lors du 30e Salon des lycéens et des étudiants, des 17 et 18 janvier, la ville de Poitiers a reçu le prix de la première grande ville de France "où il fait bon étudier" pour l'année 2019-2020. Un classement réalisé, chaque année, par le magazine L'Étudiant. Ce palmarès se base sur des critères tels que l'attractivité, la formation, le cadre de vie, la vie étudiante et l'emploi. Pour rappel, l'université de Poitiers compte 27 000 étudiants pour 128 000 habitants (soit 22% de la population).

  • 20/01/20 | Charente : Deux produits à l’honneur à l’Elysée

    Lire

    Les 18 et 19 janvier, le Palais de l’Elysée a organisé une exposition ouverte au public « Fabriqué en France » qui a réuni 120 produits d’entreprises françaises considérés comme emblématiques des territoires locaux. La Charente y était représentée par la tuile galbée la Romane Canal produite par Terreal et le cognac Antique XO produit par Thomas Hine & Co.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Budget en Lot-et-Garonne : des indicateurs au vert !

09/04/2019 | Pierre Camani, le président du Département de Lot-et-Garonne éprouve une triple satisfaction en voyant les indicateurs au vert du budget de la collectivité…

Pierre Camani au centre

Les conseillers départementaux lot-et-garonnais se sont réunis vendredi 5 avril pour voter le budget primitif de la collectivité. « La situation budgétaire favorable constatée au débat d’orientations budgétaires il y a un mois est bien confirmée par ce budget 2019 », souligne Pierre Camani. Aujourd’hui, l’objectif est de maintenir cette trajectoire ascendante afin d’« insuffler une nouvelle dynamique pour à la fois renforcer les mesures d’accompagnement des Lot-et-Garonnais à chaque âge de la vie et développer de nouvelles actions en faveur de l’attractivité du territoire ». Entretien avec le chef de file de la majorité départementale…

@qui ! : Le débat d’orientations budgétaires illustrait, il y a un mois, une situation financière positive dans notre département. Qu’en est-il du budget voté vendredi 5 avril ?
Pierre Camani :
Et bien le budget s’inscrit bien sûr dans la continuité du débat d’orientations budgétaires. Pour moi, il fait l’objet d’une triple satisfaction. La première est que les indicateurs de gestion sont tous au vert. Nous avons obtenu en 2018 le meilleur taux d’épargne brut de ces dix dernières années avec 44 millions d’€. Notre capacité d’endettement est passée sous la barre des six années, le seuil d’alerte est à dix-douze ans. Et les dépenses de fonctionnement sont contenues très largement. L’Etat nous a fixé une barre à 1,14 % et nous n’avons augmenté que de 0,5 %, tout cela en 2018. 2019 est bien entendu dans la continuité de cette remise en ordre de nos comptes, de notre gestion et de nos projets.
Ma deuxième satisfaction est que les grands investissements aboutissent. Nous vivons une explosion de l’investissement en Lot-et-Garonne. Notre budget d’investissement atteint les 55 millions d’€. Avec un développement accru des projets que nous portons comme le Center Parcs - 180 millions d’€ d’investissement et 300 emplois à la clé-, le déploiement de la fibre optique en cinq ans et non plus en 10 ans grâce à l’opérateur Orange, l’arrivée de l’extension de l’ENAP avec un investissement à 60 millions d’€.
Enfin, ma troisième satisfaction est que nos politiques de proximité réussissent, car elles deviennent, pour certaines, référentes, pour d’autres, quotidiennes, comme l’aide à domicile. Et puis un dossier dont je suis particulièrement fier, « Du 47 dans nos assiettes », véritable succès lancé il y a quatre ans maintenant. Tous les produits frais consommés dans nos collèges sont issus de notre département ou de départements limitrophes. Nous avons été primés à deux reprises pour cette action car elle fait office d’exemple, une référence nationale. Elle n’existe nulle part ailleurs à l’échelle d’un département. Aujourd’hui, nous associons à ce projet des établissements sanitaires et sociaux pour passer d’1,5 millions de repas à 4 millions par an. Ce dispositif bénéficie grandement à notre agriculture locale.

@ ! : Ce budget montre des indicateurs au vert. Pourquoi ? Est-ce grâce à une augmentation des impôts en 2017 ou bien à des mesures de gestion prises année après année ou bien encore à des investissements forts sur le territoire lot-et-garonnais ?
P.C :
Et bien, c’est grâce à tout cela ! C’est grâce aux Lot-et-Garonnais qui ont subi une augmentation de la fiscalité contrainte. Mais cela n’aurait pas été suffisant si nous n’avions pas pris le taureau par les cornes et remis à plat l’ensemble de nos politiques. Nous avons dû réduire certaines politiques et prioriser dans le même temps en matière d’agriculture, d’économie, d’aide aux communes. Nous avons priorisé nos actions pour les soutenir là où les politiques publiques sont les plus efficaces et cela s’est, globalement, assez bien passé. Donc un effort des Lot-et-Garonnais mais aussi des élus pour améliorer la gestion de notre département. Et puis, globalement une vision positive et claire de ce qu’il fallait faire pour développer notre département en soutenant le projet Pierre&Vacances, en obtenant un accord avec Orange pour déployer la fibre optique. Enfin nous avons su planifier nos investissements, reconstituer nos capacités d’autofinancement pour réaliser de l’investissement. Ainsi, aujourd’hui, nous pouvons soutenir les grands dossiers comme l’échangeur autoroutier d’Agen, le déblocage du dossier de la RN21, la déviation de Marmande et le pont du Mas d’Agenais.

Un plan collège à 60 M€
@ ! : Vous parlez du déploiement de la fibre optique. Cette action entre dans le cadre de votre dossier Lot-et-Garonne numérique. Du reste, le département vient de recevoir le label French Tech. Quel est votre ressenti ?
P.C :
C’est une très grande satisfaction. Cette reconnaissance place le Lot-et-Garonne au cœur de la révolution numérique et nous y en étions loin il y a encore quelque temps. Le projet de Campus Numérique se révèle là comme un projet vraiment utile. Le numérique dans le département repose pour moi sur un triptyque. Le premier élément est le réseau, c’est-à-dire amener du bon débit à tout le monde et du très haut débit avec la fibre optique. Le deuxième est l’inclusion numérique et nous avons lancé un plan d’inclusion numérique pour aider les personnes qui ne maîtrisent pas ces outils en les formant. Et le troisième volet de ce triptyque est le développement de l’économie numérique dans notre département. Rassembler, fédérer l’ensemble des acteurs du numérique en construisant ce campus numérique. C’est à travers ce triptyque que nous pourrons être présents dans cette révolution numérique que nous affrontons dès maintenant.

@ ! : Pierre Camani, un dernier mot concernant le plan collège. Dans les prochaines années vous allez très largement investir dans ces établissements scolaires. A quelle hauteur exactement ?
P.C. :
Les marges de manœuvre que nous allons dégager vont nous permettre d’investir un peu plus dans les infrastructures routières mais d’investir beaucoup plus dans les collèges, car nous avons l’objectif de les moderniser pour faire en sorte que nos collégiens aient en Lot-et-Garonne le même niveau de services que dans les collèges des départements voisins plus aisés que nous. Nous travaillons donc sur un plan pluriannuel d’investissements. Nous le présenterons en session en juin. Mais d’ores et déjà, je peux vous dire que le niveau d’investissements va sensiblement augmenter avec pour objectif un investissement d’une soixantaine de millions d’euros dans les cinq-six ans qui viennent pour mettre l’ensemble des collèges à niveau et faire en sorte que nos collégiens aient les meilleures conditions d’apprentissage possibles.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : Xavier Chambelland / CD 47

Partager sur Facebook
Vu par vous
2695
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !