Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/11/20 | Reconfinement: le gouvernement précise certaines aides

    Lire

    Sur le pan socio-économique de la crise, une "garantie de ressource de 900 € par mois" va être apportée jusqu’en février 2021 à destination des travailleurs précaires de la restauration (extras), de l'évènement ou d’autres secteurs. Annonce aussi d'un renforcement d'aides à destination des jeunes via le doublement de la garantie jeune, ainsi qu'une montée en puissance du dispositif des jobs étudiants. Pour les entreprises des secteurs touchés par la crise mais non fermés (hôtellerie, tourisme ou événementiel), et dont le chiffre d’affaires a chuté de 50% ou plus, une aide de 15 à 20 % du CA sera accordée.

  • 26/11/20 | Les détails du "retour par étape à la vie normale"

    Lire

    Pour la réouverture des commerces ce samedi, la jauge est limitée à 8m2 par client, mais les horaires d'ouverture pourront être étendus jusqu'à 21h et les ouvertures dominicales seront facilitées. La réouverture des lieux de culte est conditionnée à un maximum de 30 fidèles. A partir du 15/12, les séances de cinéma et spectacles pourront reprendre s'ils se terminent à 21h, heure du couvre-feu. A la même date la circulation entre les régions sera libre, mais les grandes tablées de fêtes seront fortement déconseillées. Pas de ski au menu de vos vacances de Noël, les pistes resteront fermées, comme les bars et restaurants.

  • 26/11/20 | Le sous-préfet de Bayonne promu préfet de...Wallis et Futuna

    Lire

    Nommé en janvier 2018 à Bayonne, le sous-préfet Hervé Jonathan quittera le Pays Basque en janvier, comme l'indique le journal officiel de ce jour pour devenir préfet, administrateur supérieur des îles Wallis et Futuna, en Polynésie. Infatigable homme de terrain, de proximité, apprécié par les élus comme un homme de dialogue, il avait été très précieux lors de G7 de Biarritz qu'il allait expliquer auprès des la population, mais s'était aussi investi pour la réussite du contre G7 auprès du maire d'Hendaye Kotte Ecenarro. Il aimait le Pays basque et c'était, semble-t-il réciproque.

  • 26/11/20 | Jean-Jacques Lasserre favorable à l'ouverture des stations de ski

    Lire

    Jean-Jacques Lasserre, Président du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, est signataire d’une tribune publiée ce jour sur le site Internet du Figaro et sur celui du Dauphiné Libéré. Signé par près de 60 élus, le texte détaille les protocoles sanitaires "complets et inédits" imaginés par les domaines skiables et leurs partenaires publics et privés, et demande au Président de la République de réétudier sa position concernant l’ouverture des stations de sports d’hiver dès les vacances de Noël.

  • 26/11/20 | Une cagnotte du Biarritz Olympique de 8 600 euros pour l'hôpital de Bayonne

    Lire

    La cagnotte du Biarritz Olympique en soutien au personnel soignant du Centre Hospitalier de la Côte Basque de Bayonne a été une grande réussite. Grâce à cette initiative menée par l’ensemble des joueurs du BOPB et ses fidèles supporters, il a été possible de reverser plus de 8600€ à l’hôpital de Bayonne, afin de pouvoir lutter contre la crise sanitaire de la COVID-19. Une somme plus conséquente que ses organisateurs ne l'espéraient, grâce, donc, à l'investissement de chacun durant ces derniers mois.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Budget en Nouvelle-Aquitaine : un cap à maintenir

19/10/2019 | La prochaine séance plénière de la Région Nouvelle-Aquitaine, qui se tient les 21 et 22 octobre, parlera en grande partie de finances et d'orientations stratégiques.

Région Nouvelle-Aquitaine

"Même si nous n'étions pas soumis à une maîtrise des dépenses de fonctionnement par l'État, que je considère par ailleurs comme étant assez humiliante, nous aurions tenu les comptes. Même si on est à un an d'une élection, la moindre des choses, c'est de rendre des comptes propres", a affirmé ce vendredi Alain Rousset, à la veille d'une séance plénière du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, dont l'un des gros dossiers sera financier, à savoir le vote d'une décision modificative sur le budget 2020. Focus sur les grands investissements à venir et la stratégie économique que la collectivité souhaite conforter.

Après le petit rappel de la Cour des Comptes en septembre, la région replonge le nez dans ses comptes. Les ajustements qui seront discutés lundi et mardi en plénière porteront donc sur des dépenses nouvelles (16,9 millions d'euros) mais aussi des "annulations de dépenses" (169 millions d'euros). "Ça représente environ 30 millions sur la construction, sept millions sur l'apprentissage comme les projets sur la CMA86 ou CMA79 (Chambres Métiers Artisanat) qui sont décalés dans le temps ou encore 19 millions pour le transport et la régénération de lignes. Ce sont des reports de dépenses qui vont servir à diminuer l'emprunt prévisionnel précédemment acté sur le budget primitif. Elles seront réinscrites en 2020", souligne la première vice-présidente de la région Nouvelle-Aquitaine en charge des finances Andréa Brouille.

Les annulations se retrouvent aussi dans les dépenses de fonctionnement (-53 millions d'euros) qui viennent assez largement combler les nouvelles dépenses (12,4 millions). La région votera également de nouvelles autorisations  sur des dossiers clé : "stockage de l'énergie et batteries du futur" (7 millions d'euros d'autorisation de programme en 2019 "sur un engagement globale de près de 25 millions), quatre millions fléchés sur le projet de rénovation de l'Arsenal de Rochefort (inscrit dans les contrats de territoires), un peu moins de six millions pour la mise en travaux de la ligne Laluque-Tartas (transport ferré de marchandises), 128 millions d'autorisation d'engagement (proposées au vote) pour renouveler les délégations de transports routiers et scolaires en Gironde et en Dordogne ou encore 25 millions "pour assurer la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle dès début 2020".

Les premiers chantiers de NéoTerra

À noter que la réforme de l'apprentissage a, selon Andréa Brouille, une conséquence sonnante et trébuchante sur les finances : une perte de 178 millions d'euros de recettes, de 120 millions d'euros de dépenses et d'une épargne de 56 millions d'euros. Malgré une compensation à venir (28 millions), cela signifie que "soit nos investissements seront gérés par de l'emprunt supplémentaire, soit ils le seront par une maîtrise plus forte de nos dépenses de fonctionnement". Autrement dit : il va falloir emprunter... ou faire des coupes. Le budget 2020, aux premières esquisses, respecte les engagements de la stratégie budgétaire prise en 2016 par la collectivité, à savoir ne pas dépasser un taux d'investissement de 30% (soit 800 millions d'euros) avec un plafond de capacité de désendettement fixé à sept années pour la fin de la mandature (4,5 ans en réalisé en 2018), le tout en respectant le plafond de la contractualisation nationale sur le fonctionnement (1,2%). "Ces orientations budgétaires intègrent de nouvelles ambitions, en particulier celles inscrites sur la feuille NéoTerra tout en s'inscrivant dans notre stratégie financière qui permet à la région d'être au rendez-vous et en capacité de répondre à de nouvelles demandes", estime ainsi Andréa Brouille.

Ces premières ébauches de NéoTerra passeront par un AMI (Appel à Manifestation d'Intérêt) sur l'éducation à l'environnement lancé en fin d'année (principalement à destination du jeune public) et une redéfinition de l'accompagnement des réseaux de recherche autour des priorités de la feuille de route : ressources en eau, risques littoraux, changement climatique, études biodiversité). En 2020, la région promet une "accélération forte" de la transition agricole via le fonds Alter'NA, le programme Vitirev et les aides au maintien à l'agriculture biologique "que l'État a arrêté de financer depuis deux ans" qui seront prolongées en 2020 pour les agriculteurs. Enfin, la Nouvelle-Aquitaine envisage de créer (toujours dès l'an prochain) un conservatoire d'espaces naturels et "des actions en faveur des continuités écologiques et de la protection de la ressource en eau". Lors de ce conseil, elle s'attardera aussi sur un vote stratégique : celui du Plan régional de prévention et de gestion des déchets. Elle compte également entrer en expérimentation sur le "verdissement" de sa flotte de transports, notamment les TER, qui devraient tester l'hydrogène et les batteries électriques. 

Stratégie économique à renforcer

Du côté des entreprises et de la stratégie économique/innovation, les premiers élements (à approfondir) apportent déjà du concret : environ une centaine de nouvelles entreprises intégrées au programme "Usine du futur", le même nombre de start-ups accompagnées, 35 nouvelles PME/ETI dans le programme "Accélérateur" de croissance ou 500 nouvelles PME soutenues dans le programme "Croissance Premium". La collectivité promet un développement des filières "amplifié", notamment via un investissement "massif" (pas encore chiffré) sur celles des systèmes de stockage énergétique ou de la "construction durable" (bâtiment).

Dans la stratégie économique, on retrouve aussi un partenariat avec l'entreprise Flying Whales, actuellement au travail sur le développement d'un dirigeable transportant des charges lourdes (60 tonnes de capacité maximale) pour répondre aux demandes de l'ONF (Office National des Forêts) souhaitant extraire des volumes plus importants de bois des forêts qu'il gère. Après avoir annoncé lors du dernier salon du Bourget que le site de production européen de ses dirigeables se situerait en Nouvelle-Aquitaine, reste encore à définir l'endroit précis de cette nouvelle installation. La Nouvelle-Aquitaine est déjà inscrite au capital de l'entreprise (à hauteur de 10,3 millions d'euros, tout comme le Québec qui en a investi 30) mais pourrait abonder le financement du site de production (projet estimé à 80 millions d'euros). Selon le président de la Région, Alain Rousset, ce site "sera en Gironde. Il reste à trouver le terrain car ce bâtiment fera quand même 120 mètres de long et 60 mètres de large. Il y a des contraintes à gérer, surtout en matière de survol. Pour l'instant, trois terrains sont à l'étude pour ce qui constituera une unité d'assemblage des dirigeables". Le choix du site devrait être définitif en fin d'année.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6637
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !