Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/05/19 : Résultats complets Bordeaux (33) : LREM 29,47%, EELV 21,54%, RN 9,40%, LR 9,02%, 8,49%, LFI 6,20%, G.S 4,21%

27/05/19 : Dordogne : Résultats définitifs : Participation : 58,28 % : RN : 25,15 %, LREM : 19,26 %, EELV : 11,38 %, LFI : 8,60 %, PS-LUG 7,45 % ; LR : 7,05 %, PC : 3,68 %, LDG Hamon : 3,62 %, DLF : 3, 50 %

27/05/19 : Résultats complets Bègles : EELV 21,69%, LREM 17,67%, RN 14,47%, LFI 10,63%, PS 9,20%

27/05/19 : Angoulême (16) : LREM : 24,05%, EELV : 17,02%, RN : 16,12%, PS-PP : 8,46%, LFI : 8,40%, LR : 7,68%, G.S : 4,79%. Taux de participation : 52,54%.

27/05/19 : Poitiers (86) : LREM : 23,25%, EELV : 19,97%, RN : 12,91%, PS-PP : 9,84%, LR : 7,61%, LFI : 7,42%, G.S : 4,65%. Taux de participation : 51,18%.

27/05/19 : Résultats complets Vienne (86) : RN 22,58%, LREM 21,78%, EELV 14,24%, LR 7,35%, PS 7,30%, LFI 6,58%, DBLF 3,63%, G.S 3,54%

27/05/19 : Résultats complets Libourne (33) : RN 23,20% 22,62% EELV 14,56% PS 7,80%, LFI 6,97%, LR 6,94%, G.S 3,58%

27/05/19 : Résultats complets Charente (16) : RN 25,56%, LREM 21,48%, EELV 12,23%, LFI 7,61%, LR 7,17%, PS 6,56%, DBLF 3,61%, G.S 3,54%

27/05/19 : Niort (79) : LREM : 26,28%, EELV : 18,34%, RN : 12,85%, PS-PP : 9,68%, LFI : 6,95%, LR : 6,16 %, G.S : 4,47%. Taux de participation : 49,20%.

27/05/19 : Deux-Sèvres, résultats départementaux définitifs : LREM : 23,62%, RN 20,64%, EELV : 14,09%, LR : 7,52%, PS-PP : 7,04%, LFI 6,16%, G.S : 3,63%. Taux de participation : 48,99%.

27/05/19 : Résultats Lot-et-Garonne : RN : 29,47 %, LREM : 19,17 %, EELV : 10,30 %, LR : 7,38 %, LFI : 6,70 %, PS : 6,11 %, , DBLF : 4,46 %, GS : 3,03 %, PC : 2,56, UDI : 2,39 %. Taux de participation : 50,20 %. Taux de participation : 55 %.

27/05/19 : Résultats complets Pau : LREM 27,39%, EELV 15,69%, RN 14,94%, PS 9,96%, LR 7,40%, LFI 6,35%, G.S 4%

27/05/19 : Charente-Maritime : résultats départementaux définitifs : RN 25,26%, LREM 22,60%, EELV 13%, RN 7,68%, LFI 6,60%

27/05/19 : La Rochelle : LREM 27,13%, EELV 18,79%, RN 14,38%, LFI : 7,55%

27/05/19 : Gaëtan Malange, maire LR de St Barthélémy d'Agenais "Crise des partis, enjeu écologique dont LR doit s’emparer, absence de ligne claire sur l’Europe, divisions internes... ce soir, la droite doit sérieusement s’interroger... Partons des territoires !"

27/05/19 : Landes résultats complets: LREM 22,95%, RN 21,29%, EELV 10,80%, PS 10,47%, LR 6,95%, LFI 6,88%, GS 4,23%

26/05/19 : Résultats complets Creuse (23) : RN 24,37%, LREM 18,28%, EELV 9,82%, LR 9,68%, LFI 8,89%, PS 6,97%, G.S 4,21%

26/05/19 : Résultats Tulle (19) : dans la ville de François Hollande, les résultats font office d'exception à la règle. RN : 18,5% ; LEREM : 18,4% ; PS : 14,2% ; EELV : 11,8% ; LFI : 7,7% ; LR : 7,4% ; PCF : 6,3% ; autres listes : 15,7%.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/05/19 | Réaction Sophie Borderie psdte PS du CD47

    Lire

    "En Lot-et-Garonne, les résultats enregistrés sont conformes aux résultats nationaux avec néanmoins une accentuation du vote d’extrême droite, comme cela était malheureusement déjà le cas en 2014. Localement, il est plus que jamais nécessaire de poursuivre notre combat pour la ruralité et pour l’équité territoriale. Bien souvent, celles et ceux qui subissent des injustices et vivent un sentiment de relégation trouvent refuge dans le vote extrême. Acteurs de la vie publique, nous avons tous un rôle à jouer dans ce combat. J’y prendrai toute ma part."

  • 24/05/19 | Coup froid sur le Festival "Biarritz en été"

    Lire

    Le maire, Michel Veunac, a appris avec stupéfaction -et une certaine colère- l’annulation de ce festival par ses organisateurs. Festival d'envergure faisant partie des nouveaux temps forts de l’été. Les organisateurs évoquent des raisons d’ordre financier pour justifier l'annulation soudaine de cette deuxième édition qui leur avait confiée. La Ville de Biarritz a donc décidé de réinscrire deux soirées supplémentaires des Jeudis de l’Océan en juillet et elle organisera un grand concert gratuit le 10 juillet à la Côte des Basques, en collaboration avec l'Atabal.

  • 24/05/19 | Le comblement du passage souterrain de la gare de Marmande sous tension!

    Lire

    Le 23 avril dernier, le passage souterrain permettant la liaison entre les quais de la gare de Marmande a été comblé de béton. Val de Garonne Agglomération et la Ville de Marmande sont vivement opposés à ces travaux effectués par SNCF Réseau sans aucune concertation préalable. Les deux collectivités ont interpellé la direction de SNCF Réseau pour qu’une réunion soit organisée et l’ont informée qu’elles répondraient défavorablement à tout appel de fonds dans l’attente de cette réunion.

  • 24/05/19 | Un patron périgourdin adopte une méthode originale pour recruter

    Lire

    Après l'échec de ses petites annonces à Pôle-Emploi et sur site internet LeBoncoin, Geoffroy Saguet, le patron de l'entreprise Horizons bois à Savignac les églises, en Dordogne, a posé un panneau sur la façade de son entreprise de charpente-menuiserie, pour attirer les candidats. Il recrute des ouvriers qualifiés, charpentiers et menuisiers, un couvreur, un chef d'équipe et un ingénieur, soit 10 postes au total. Il a reçu une trentaine de Curriculum Vitae en dix jours.

  • 24/05/19 | Elections européennes : La Rochelle favorise l'accès aux handicapés

    Lire

    Depuis mars 2019, les personnes majeures sous tutelle sont pour la première fois autorisées à voter. Depuis, la Ville de La Rochelle s’est associée à l’Association pour adultes et jeunes handicapés (APAJH) pour leur favoriser l'accès à ce premier scrutin du 26 mai. Des membres de l’Association Valentin Haüy et du Relais handicap de l’Université de la Rochelle seront présents avec une grille d’observation pour faire le point sur les aménagements en place et les évolutions possibles.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | « C’est l’incompréhension qui règne aujourd’hui ! » Emmanuelle Ajon, vice-présidente du CD33 chargée de la Promotion de la santé et de la protection de l'enfance

10/05/2019 | Le 7 mai, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture la proposition de loi « visant à renforcer l’accompagnement des jeunes majeurs » confiés à l’Aide sociale à l’enfance (ASE)

Emmanuelle Ajon

« C’est en catimini » avec 48 députés présents que l’Assemblée nationale a adopté, mardi soir, en première lecture, la proposition de loi « visant à renforcer l’accompagnement des jeunes majeurs » confiés à l’ASE, l’Aide sociale à l’enfance. A la base, ce texte avait pour but d’obliger les Départements à prendre en charge les jeunes placés jusqu’à leurs 21 ans grâce à la signature d’un contrat baptisé « contrat jeune majeur ». En fin de compte, ce dernier a totalement été remanié à la stupéfaction d’une grande majorité d’associations et d’élus qui travaillent pour le mieux-être de ces jeunes…

C’est la stupéfaction et même la colère qui se lie sur les visages d’élus et d’associations qui se battent au quotidien pour la dignité et l’accompagnement des jeunes placés. Ils attendaient beaucoup de cette réforme de l’aide sociale à l’enfance. Ils avaient bon espoir. « Nous avons créé un courant transpartisan pour travailler de concert afin de soutenir ces jeunes et, ainsi, de créer un réel accompagnement », souligne Emmanuelle Ajon, vice-présidente du Département de Gironde, chargée de la Promotion de la santé et de la protection de l'enfance. A l’origine ce projet de loi visait à obliger les Départements de France à prendre en charge jusqu’à leurs 21 ans les jeunes placés. « Nous avions donné de l’espoir à tous ces jeunes. L’adoption de l’article premier en l’état est une véritable manipulation politicienne », s’insurge l’élue. En effet, l’article premier qui est la cheville ouvrière de ce projet de loi stipulait, avant son adoption mardi soir, que les Départements devaient signer avec les jeunes un « contrat jeune majeur » afin d’éviter toutes « sorties sèches » du dispositif de protection dès le jour de leur 18ème anniversaire.

Un projet de loi discriminatoire pour les MNA
« Mais ce texte a totalement été modifié à notre grand étonnement. Nous avons pris un grand coup sur la tête mardi soir ! » Le premier article mentionne à présent que le jeune devra s’engager en s’acquittant d’un « contrat d’accès à l’autonomie » s’il en fait la demande auprès de sa collectivité, et sous réserve qu’il ait été pris en charge par les services de l’ASE « pendant au moins dix-huit mois cumulés dans les vingt-quatre mois précédant l’atteinte de leur majorité ». « Ce dernier critère est véritablement discriminatoire, car 20 % des jeunes de l’ASE sont pris en charge tardivement, donc ces derniers ne rentreraient pas dans ce dispositif et seraient laissés de côté. C’est clairement pour exclure les jeunes MNA (mineurs non accompagnés) ! » Aussi, concernant le financement, le gouvernement prévoit une enveloppe d’environ 60 millions d’euros pour mettre en place cette mesure. « Certains diront que c’est mieux que rien. Moi je préfère dire ‘ne faisons rien’ car 60 millions d’euros c’est au centime près le budget du Département de la Seine Saint Denis pour l’Aide sociale ! » Mais pourquoi ce changement de cap? Pour la vice-présidente du Département "la REM a plié sous la pression de Départements très à droite qui ne souhaitaient pas voir augmenter leurs dépenses d'aide sociale." Aujourd’hui, Emmanuelle Ajon ne compte pas en rester là. Téléphone à l’oreille, elle appelle ses confrères d’autres Départements pour mettre en place un groupe de réflexion en lien avec des collectifs d’associations afin que « cette loi reparte dans un tiroir duquel elle n’aurait jamais dû sortir ».

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : HERVE LEFEBVRE

Partager sur Facebook
Vu par vous
4432
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !