aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

22/05/17 : Une conférence ayant pour thème " Hydrocarbures non conventionnels : catastrophe écologique ou El Dorado futur ?" sera donnée le mardi 23 mai à 21h au bar-librairie l'Entropie, 27 rue Bernadotte, à Pau, par JP Callot, professeur de géologie à l'UPPA.

22/05/17 : La France a remporté un premier titre mondial de surf à Biarritz par la Française d'Hendaye Pauline Ado qui a battu en finale la Réunionaise Johan Defay. Après Tony Estanguet, un membre du nouveau gouvernement se rendra cette semaine sur le spot.

22/05/17 : La France a remporté un premier titre mondial de surf à Biarritz par la Française d'Hendaye Pauline Ado qui a battu en finale la Réunionaise Johan Defay. Après Tony Estanguet, un membre du noveau gouvernement est attendu cette semaine sur le spot.

22/05/17 : Vainqueur 41-20 de Montauban devant quelques 30.000 personnes au stade Chaban Delmas le SU Agen retrouvera l'élite du rugby français le Top 14 la saison prochaine.

19/05/17 : La traditionnelle cavalcade de La Rochelle se tiendra les 24 et 25 mai. Elle débutera le 24 à 22h avec un défilé nocturne, puis un défilé diurne le 25 à partir de 15h15 dans le centre-ville. Rens. 05 46 30 08 50.

17/05/17 : Salon du livre de Villeneuve-sur-Lot. Concert-lecture de et avec Marcus Malte, Prix Femina 2016, le vendredi 19 mai à 20h30, au Théâtre Georges-Leygues. Lecture de roman et concert jazzy. Entrée libre.

17/05/17 : Le Collectif Sortir des Pesticides 47 invite à « marcher contre Monsanto » à Agen le 20 mai à midi au Gravier. Ainsi, pour la 5ème année consécutive (2ème à Agen), des citoyens de tout le globe manifesteront contre « Monsanto et les multinationales »

17/05/17 : En rugby, le SUA LG disputera la finale de Pro D2 dimanche à 15h15 au stade Chaban-Delmas à Bordeaux face à Montauban. Pour suivre cet événement depuis Agen, la municipalité met en place un écran géant au Gravier.

17/05/17 : Le député béarnais Jean Lassalle, maire de Lourdios-Ichère, briguera un nouveau mandat aux légistatives dans les Pyrénées-Atlantiques. Il se présentera sous l'étiquette du mouvement "Résistons", qu'il a créé.

16/05/17 : En Dordogne, Jean-Pierre Cubertafon, maire Modem de Lanouaille, a été finalement investi pour les législatives par République en Marche sur la 3e circonscription de Dordogne (Périgord vert), détenue par Colette Langlade (PS), candidate à sa succession.

15/05/17 : Le PCF lance sa campagne girondine ce 21 mai à Villenave d'Ornon-Courréjean en présence de Paul Laurent secrétaire national à l'occasion d'un meeting à 16h

15/05/17 : Nomination du député LR E.Philippe : Le président du Département 17 Dominique Bussereau (LR) "partage les propos d'Alain Juppé sur les qualités d'E.Philippe. Son choix personnel est respectable."

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/05/17 | Une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins

    Lire

    Avant de quitter son poste au ministère de l’Intérieur, Matthias Fekl a confirmé la construction d’une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins, au profit de la brigade territoriale de proximité chef-lieu de Tonneins et du peloton de surveillance et d’intervention de Marmande, dès cette année.

  • 20/05/17 | François Amigorena persiste et signe dans la 6e des PA

    Lire

    "Dans l'attente de la décision finale de la Commission d'éthique et de la Commission d'investiture de la République en marche, j'ai déposé à titre conservatoire ma candidature à l'élection législative des 11 et 18 juin dans la 6° circonscription". François Amigorena, n'est pas tombé dans le piège de la résignation suite à la désignation, sur insistance de François Bayrou de Vincent Bru comme représentant de la République en marche dans la 6ème circonscription, Biarritz et sud Pays basque. 800 signataires s'étaient mobilisées contre l'investiture du maire de Cambo-les-Bains.

  • 19/05/17 | Pyrénées-Atlantiques: Michel Bernos, candidat En Marche face à Habib

    Lire

    Le doute planait jusqu'à présent. Mais il y aura bien un candidat de En Marche face au député PS David Habib sur la 3e circonscription des Pyrénées-Atlantiques. Il s'agit de Michel Bernos, le maire de Jurançon, également porte-parole de ce mouvement dans le département. Il aura pour suppléant Michel Cuyaubé, le maire de Sévignacq, qui a quitté le PS pour rejoindre En Marche. Agé de 57 ans et magistrat au tribunal administratif, Michel Bernos est également l'un des vice-présidents de la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées.

  • 19/05/17 | Les championnats du monde de surf ISA. C'est à Biarrtiz

    Lire

    Avec le championnat du monde amateur de surf (ISA) qui débutent demain face à la Grande plage, l'impériale station balnéaire de la Côte basque renoue avec les compétitions planétaires. Son ouverture s'effectuera en milieu de matinée car, comme chacun sait, en surf c'est la nature -et les vagues- qui commande. Résultat, le championnat débutera au petit matin dès 7 heures du matin et jusqu'à 10 heures avant le défilé des délégations le long du littoral. Quant aux prévisions de vagues, comme d'hab. Incertaines.

  • 19/05/17 | Le Grand Prix automobile de Pau lance ses bolides

    Lire

    Pau renoue ce week-end avec la fièvre automobile. Les bolides du Grand Prix s'y affrontent jusque dimanche soir sur son circuit urbain. Sept plateaux sont réunis : Formule 3, Formula Renault 2.0, GT 4, Formule 4, Peugeot 308, Renault Clio et Twin Cup A et B. Les tarifs adultes vont de 11 € à 38 €. Une nocturne gratuite est prévue le samedi 20 mai. Parmi les animations, on trouve des casetas, une game zone de jeux vidéo automobiles, une exposition de voitures de prestige et la venue de miss France 2017 le dimanche. Le Grand Prix Historique, lui, se déroulera les 27 et 28 mai.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Charente-Maritime : bisbille avec la Région autour des transports

11/10/2016 | Les transports inter-urbains et scolaires, jusque là gérés par les départements, sont au coeur d'un désaccord avec la nouvelle région.

Les transports inter-urbains du département de Charente-Maritime

L’ouverture de la session d’automne du conseil Départemental a été l’occasion pour son président Dominique Bussereau de faire le point sur les grandes thématiques qui seront évoquées ce mois-ci, comme le budget ou le contournement de Marans. Mais aussi d’annoncer un premier désaccord majeur avec la nouvelle région au sujet de la compétence transports. Un camouflet pour les départements de l’ex Poitou-Charentes, survenu alors même que ceux-ci venaient de créer une antenne de leurs départements à Bordeaux, afin d’instaurer un dialogue de proximité avec l’instance régionale.

Décidément, rien ne se passe comme Dominique Bussereau l’aimerait. Après avoir reçu une fin de non-recevoir de l’Etat lors du congrès des Départements la semaine dernière au sujet des dotations aux collectivités (lire notre article du 8 octobre), le président du conseil départemental a eu une deuxième mauvaise surprise : « La Région a fait subitement volte-face sur la question des transports, alors que jusqu’à présent, elle était plutôt en faveur de nous déléguer la compétence. » Pour rappel, la loi Notre, qui fait partie de la réforme territoriale, prévoit que cette compétence, gérée depuis des années par les Départements, le soit désormais par la Région. La loi prévoit de laisser les transports « spéciaux », comme ceux s’adressant aux personnes à mobilité réduite, aux Départements. Seuls les transports scolaires et les transports dits « départementaux » extra-urbains passent sous la coupe de la Région, à partir de 2017. Mais cette même loi prévoit aussi qu’une Région puisse déléguer la gestion de ces mêmes transports aux Départements. Ce que souhaitait la Charente-Maritime. « Jusqu’à présent les négociations se passaient bien. La Région a cessé les discussions d’un coup et sans explication, en disant qu’elle reprenait tout », explique Dominique Bussereau, qui assure n’avoir rien vu venir.

L’élu estime que le Département est plus à même de gérer les transports de son territoire en étant sur place. « A mon sens, on gère mieux les choses de près. Je crains que le manque de proximité de la Région ne facilite pas la rapidité d’intervention en cas d’imprévus ou de problèmes. » Le Département gère actuellement 220 km de réseau routier, et transporte dans cars 27 000 élèves (du primaire au CFA) par an. Autre argument : « La moitié des départements de Nouvelle-Aquitaine veulent garder la gestion des transports, et ce n’est pas une question d’étiquette politique. »

Incompréhension du côté de la Région

Du côté de la Région, la réaction de Dominique Bussereau provoque l’étonnement. « Depuis quatre mois, nous sommes en discussion avec les départements, nous leur avons présenté différents scenarii envisageables mais il a toujours été clair que nous reprendrions pleinement la compétence transport », explique Renaud Lagrave, vice-président du conseil régional en charge des infrastructures. « Nous avons également consulté le ministère de l’Intérieur, la Direction générale des collectivités locales (DGCL) et divers conseils juridiques, notamment concernant l’interprétation et l’application des lois. » Or, selon la DGCL, il serait juridiquement impossible aux régions de déléguer la compétence transports interurbains et scolaires, puisque les Départements, en perdant cette compétence avec l’application de la loi Notre, perdent avec le droit même de l’exercer. « Y contrevenir serait se mettre hors la loi, avec des soucis juridiques que cela pourrait engendrer », poursuit l’élu. « On ne pourrait même pas l’inscrire dans le budget annuel, ce serait illégal. »

La loi Notre prévoit pourtant d’éventuels dérogations : « On a effectivement le droit déléguer la compétence durant 5 ans, le temps d’assurer la transition, mais pas au-delà », précise Renaud Lagrave. La Région n’envisage pas ce scénario pour autant. Sur ce point, l’institution brandit un Arrêt du Conseil d’Etat sur l’égalité de traitement des usagers du service public. Pour la Région, les Départements n’étant actuellement pas égaux en termes de moyens techniques et financiers, il sera plus simple de « créer un même service rendu pour tous » depuis Bordeaux. La Région devra notamment coordonner et harmoniser les services des 1024 autorités organisatrices de deuxième niveau (AOD2) gérants des lignes de transports départementaux (des sous-traitants, EPCI ou Sivom) de la Nouvelle-Aquitaine.

Des explications que le président de Région Alain Rousset aurait fournies aux 11 présidents de Départements dans un courrier il y a dix jours, selon Renaud Lagrave. « Mon bureau reste ouvert à ceux qui voudraient davantage d’explications », assure ce dernier. « Pour nous, le dialogue reste ouvert, nous allons continuer de travailler avec les Départements pour conserver une proximité avec les territoires. »

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : KiwiNeko14

Partager sur Facebook
Vu par vous
4154
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !