aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/04/17 : Charente-Maritime : le chômage a augmenté de +0,3% en 12 mois, portant à 56 550 le nombre de demandeurs d'emploi. L'augmentation est plus importante du côté des demandeurs en catégorie A (aucune activité) avec +1,4% entre février et mars.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/04/17 | Nouvelle Aquitaine: Le chômage repart à la hausse

    Lire

    Fin mars en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 299 700 demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) augmentation de 2,2% sur un mois (4870 personnes) et de 1,7% sur 3 mois. France ( +1,2% sur 3 mois de +1,3% sur 1 mois). En un an l'évolution régionale est de - 0,8%; elle est de -0,9% au niveau national. Pôle emploi note qu'entre fin février et fin mars 2017, le nombre de demandeurs qui ont basculé des catégories B et C vers la catégorie A est inhabituellement élevé, ce qui contribue à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi dans cette dernière catégorie

  • 26/04/17 | Brigitte Allain, députée EELV du Bergeracois votera Macron

    Lire

    Députée du Bergeracois, je voterai sans hésitation pour Emmanuel Macron au 2e tour des présidentielles et mettrai tout en œuvre pour faire barrage au Front national, dont le projet, source de division, de peur, de racisme et de xénophobie est une menace pour notre pays. Ce vote ne représente pas une adhésion au projet porté par le candidat Macron (...) J'attends d'Emmanuel Macron qu'il prenne en compte, avec humilité, les millions d'électeurs qui ne se reconnaissent pas dans son projet.

  • 24/04/17 | Gironde: un millier d'hectares pourraient être affectés par le gel

    Lire

    Ce chiffre a été évoqué avec les précautions d'usage lors de l'assemblée générale du CIVB ce lundi à Bordeaux. Le gel a en tout cas touché à des degrés divers le bas sauternais, des secteurs du Blayais et de l'entre deux mers et particulièrement dans la nuit du 20 avril. Une certaine inquiétude persiste puisque des températures très basses sont attendues ce milieu et cette fin de semaine alors que la vigne sous l'effet des fortes chaleurs de ce mois d'avril a accéléré son débourrement.

  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Charente-Maritime : lancement d’une campagne contre la baisse des dotations de l’Etat

09/09/2016 | Dominique Bussereau a donné le coup d’envoi de cette mobilisation nationale un peu avant l’annonce parisienne, à la maison du département.

Dominique Bussereau

Le président du département de Charente-Maritime Dominique Bussereau a donné le coup d’envoi vendredi 9 septembre de la semaine de mobilisation des départements, qui se tiendra du 19 au 24 septembre. Cet événement national vise à protester contre la baisse de dotations de l’Etat. Toutes les collectivités locales, mairies, communautés d’agglomérations, conseils départementaux, sont invitées à se mobiliser pour faire passer le message au gouvernement, via des réunions publiques, des manifestations ou autres actions. En Charente-Maritime, le Département a choisi de passer d’abord par une campagne de communication dans les médias, via des encarts et des panneaux publicitaires, pour « informer les citoyens », avant d’envisager éventuellement d’autres actions.

Quelques images du quotidien, illustrées d’une phrase choc - « Demain, les Départements ne pourront plus payer le RSA/ les travaux publics/ l’allocation vieillesse – tel est le ton de la campagne. « Le but n’est pas de faire peur aux gens, mais de leur expliquer ce que les dotations de l’Etat représentent pour nous, Départements, et des conséquences qui en découleront si nos ressources deviennent exsangues », explique Dominique Bussereau.

Les subventions de l’Etat financent en effet une grande partie des dépenses des collectivités locales : des chantiers de réfection de routes ou de bâtiments publics, mais aussi de nombreuses allocations, comme l’allocation personnalisée d’aide à l’autonomie (APA) pour les personnes âgées, ou encore le RSA, que le Département prend à 50% à sa charge aujourd’hui.

Un manque à gagner de 151,6 millions d’euros pour le Département

Charente-Maritime : lancement d’une campagne contre la baisse des dotations de l’Etat

La baisse des dotations de l’Etat n’est pas une nouveauté : c’est une véritable érosion lente depuis une dizaine d’années, qui ne va qu’en s’accroissant. « Pour les seules prestations sociales de Charente-Maritime, les dotations ont baissé de 20% entre 2012 et 2015 », assure Dominique Bussereau. Alors que les dépenses sociales, elles, ont augmenté de 16% sur la même période, car, s’il y a moins de demandeurs du RSA, les demandes pour l’APA sont exponentielles, au vue du vieillissement de la population, le tout ajouté à la revalorisation de la prestation de compensation du handicap. « Or, en 2016, l’Etat prévoit de baisser à nouveau ses dotations et de ne pas compenser toutes les prestations sociales. Ce qui laissera un différentiel à la charge du Département de 30 millions d’euros ». Le conseil départemental a fait son calcul : depuis 2009, la baisse systématique de ces aides a engendré un manque à gagner de 151,6 millions d’euros pour le Département.

Jusqu’à présent, Dominique Bussereau et ses conseillers n’ont pas souhaité augmenter les impôts de leurs administrés… Mais jusqu’à quand ? « En France, la moitié des Départements ont dû le faire », alerte l’élu.

En plus de cette campagne, Dominique Bussereau compte, via l’intermédiaire de l’association des maires de France, envoyer un questionnaire aux prochains candidats aux élections présidentielles, tous partis confondus, pour leur demander de se positionner par écrit sur 3 points concrets : « une nouvelle organisation des dépenses sociales », « leur souhait en matière de décentralisation » et « quelles actions pour l’avenir de la ruralité ? ». L’élu charentais avoue en effet ne plus « rien attendre d’un gouvernement en fin de mandat » concernant l’avenir. Pour le court terme, il espère encore : « on ne demande pas le grand soir territorial, mais que les points qui ne vont pas bien puissent être réglés. » Réponse le 21 septembre, suite à « une grande marche sur Matignon », organisée par les élus parisiens…

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
3061
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !