Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/05/21 : En soutien au secteur de la restauration, la Ville de La Rochelle a décidé de reconduire les extensions de terrasses et accorde une exonération de droits jusqu’au 30 juin avec une gratuité des extensions jusqu’au 31 décembre, à partir du 19 mai.

10/05/21 : La situation sanitaire actuelle permet de rouvrir les grottes de Sare au public dès le mercredi 19 Mai tous les jours de 10h à 18h . Le nombre de visiteurs étant limité, la réservation est indispensable aux offices de tourisme ou www.grottesdesare.fr/

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/05/21 | Maison Guinguet : une offre gourmande encore plus "clean"

    Lire

    A Duras, en Lot-et-Garonne, la Maison Guinguet s’est imposée depuis 3 générations comme un incontournable de la filière pruneau. Elle souhaite aujourd’hui proposer une nouvelle offre, saine, nutritive et gourmande, dans une démarche « clean label » qui mettra en valeur le pruneau et la noisette. Objectif: Proposer des produits 100 % naturel, sans conservateurs, ni colorants. Un projet qui s’appuie sur le centre technique régional pour son développement.

  • 14/05/21 | Charente-Maritime : circulation coupée avec la Vendée

    Lire

    Le pont du Brault, qui relie la Vendée à la Charente-Maritime, fera l’objet de travaux de nuit durant la semaine du 17 au 21 mai 2021. Ils concernent la maintenance et l'entretien régulier de l’ouvrage. La circulation routière sera interrompue pendant 4 nuits, de 22h à 6h du matin. Une déviation sera mise en place dans les 2 sens de circulation par les Routes Départementales n° 105, n° 137 et n° 25 en Vendée.

  • 14/05/21 | Un nouveau site internet pour l’Echo des Collines

    Lire

    Le journal de la grande Rive droite bordelaise, qui depuis plus de 20 ans rend compte de l’actualité et du dynamisme de ce territoire et de ses habitants, a refait son site internet. Pour seulement 2 €, les lecteurs de l'Echo des Collines, édité par l'association l'Autre Rive, pourront désormais accéder aux articles du journal en ligne mais toujours aussi recevoir l’abonnement papier mensuel et combiner les deux formats. Rdv sur www.echodescollines.fr

  • 13/05/21 | Régionales : Alain Rousset a présenté sa liste des candidats périgourdins

    Lire

    Alain Rousset, président sortant du Conseil régional, a présenté mardi sa liste de gauche des candidats périgourdins aux élections régionales. Renouvelée, elle est constituée de socialistes avec des élus communistes et du Parti radical de gauche et de personnes sans étiquette. Trois conseillers sont sortants dont Jean-Pierre Raynaud, vice-président chargé de l'agriculture. En tête de liste, on trouve Delphine Labails, maire de Périgueux et Christophe Cathus, maire de Calès et conseiller sortant.

  • 11/05/21 | Le Fipadoc de Biarritz du 12 au 17 juin... Et en live!

    Lire

    L’équipe du Festival international (FIPADOC) de Biarritz avait promis au public une édition 2021 en salles. Soutenue par la municipalité et tous ses partenaires, elle pourra tenir cet engagement et présenter sa sélection entre le 12 et le 17 juin. 155 œuvres issues de 35 pays - dont 2 nommées aux Oscars - seront proposées dans les salles habituelles: Gare du Midi, théâtre du Casino, auditorium du Bellevue et cinéma le Royal, dans des conditions de sécurité les plus exigeantes. Palmarès des 14 Prix dévoilé le 16 juin. Informations pratiques sur le site fipadoc.com.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Circuits-courts : la Charente-Marime estampille ses produits locaux

06/11/2020 | Le Département de Charente-Maritime a lancé sa marque pour identifier ses produits locaux : + de 17 dans l'assiette

La Charente-Maritime met en valeur ses produits locaux

Après quatre ans d’études et de prospection, le Département de la Charente-Maritime a lancé fin octobre sa marque + de 17 dans l’Assiette. L’objectif est de permettre au consommateur d’identifier les produits cultivés et transformés localement. Au-delà de cette visibilité, la démarche de la Charente-Maritime vise à développer les circuits-courts et à faire monter en puissance certaines filières de production, pour répondre à une demande croissante des particuliers mais aussi de la restauration. Rencontre avec Françoise de Roffignac, vice-présidente en charge de l'agriculture au Département.

@qui! : Bien avant la marque, le logo + de 17 dans l’Assiette avait été lancé en juin 2018, à l’occasion des Journées Aliments et Santé à La Rochelle. Qu’apporte de plus le lancement de cette marque aujourd’hui ?

Françoise de Roffignac :  A l’époque, on avait publié le logo dans l’objectif de fédérer des agriculteurs et des transformateurs pour aller vers la création d’une marque. On avait commencé dès 2017 à faire la promotion des produits locaux dans les collèges auprès des élèves, avec des repas dédiés. En 2019, nous avons réalisé une enquête auprès des consommateurs sur 4 mois, pour savoir ce qu’attendait le grand public d’une marque « + de 17 dans l’Assiette ». Un millier de personnes ont participé. La réponse majoritaire qui s’est dégagé, c’est que les consommateurs attendent des produits locaux, de saisons, avec le moins d’intrants possibles durant leur production. En parallèle, le Département a continué à accompagner les jeunes à s’installer, avec une aide de 5000€. En trois ans, on en a accompagné une cinquantaine, dont un tiers en bio. Ce qui est plutôt positif car on sent que tous ces nouveaux agriculteurs sont globalement en adéquation avec les demandes des consommateurs. On s’est servi de tous ces retours pour rédiger une charte encadrant la marque, en partenariat avec la Chambre d’agriculture. Ca a pris du temps pour la rédiger car je voulais vraiment qu’on s’appuie sur des critères précis, sur lesquels les consommateurs comme les agriculteurs pourraient se retrouver."

@! : Quels sont ses critères ?

F. de R.: Les produits doivent provenir d’une ferme de Charente-Maritime. S’ils sont transformés, comme les plats cuisinés ou les conserves, ils doivent être réalisés à la ferme ou en Charente-Maritime, avec au moins trois quart de produits locaux. Les autres ingrédients sont obligatoirement d’origine France (à l’exception des ingrédients ne pouvant être produits en métropole, comme le chocolat). Concernant la localisation, nous avons défini avec la Chambre d’agriculture un périmètre départemental, qui inclus certaines fermes localisées en Charente-Maritime mais ayant des terres  à cheval entre le 17 et un département limitrophe. Il n’y a pas de restrictions sur les cultures. La Charente-Maritime a l’avantage d’avoir une belle diversité de productions, des céréales au miel, en passant par l’élevage. Pour l’instant, nous n’avons pas encore inclus les produits de la mer, car il est difficile d’établir une traçabilité pour la pêche. On est en recherche d’interlocuteurs capables de nous proposer des critères qui nous permettraient d’assurer aux consommateurs que c’est bien du local. Pour les huîtres, par exemple, jusqu’à présent elles peuvent très bien être vendue en étant « estampillée » de Charente-Maritime et avoir grandies ailleurs. On est en discussion avec le Comité régionale de la conchyliculture. Il faut notamment voir si la filière a envie de ce type de marque et si elle est prête à jouer le jeu. On pense que ça pourrait être intéressant notamment pour les conchyliculteurs qui font d’autres coquillages et crustacés en plus des huîtres.

Un réseau de partenaires

@! : Le respect de la saison est-il un des critères ?

F. de R.: C’est un critère induit, car même en ayant des serres, a priori il y a certaines cultures qu’on ne peut pas avoir en local à certaines saisons. On a par exemple refusé un dossier d’attribution à un producteur de fruits et de légumes qui produit notamment des tomates à la belle saison. Celles-ci ont du succès, mais pour répondre à la demande de sa clientèle, qui en veut toute l’année, il en fait venir de l’extérieur à la saison froide. C’est typiquement ce qu’on veut éviter.

@! : Quels sont les moyens mis en oeuvre pour vérifier la provenance des produits ?

F. de R.: Contrairement à une certification type AB ou Label Rouge, nous ne pouvons pas envoyer une personne dans chaque ferme pour vérifier ses modes de production. Nous comptons sur un réseau de partenaires dans chaque localité, qui connaît bien son territoire et les producteurs, et qui est en capacité de nous dire si tel ou tel producteur fonctionne bien en local ou non. Ces choses là se savent vite dans le milieu. Par ailleurs, certains consommateurs nous ont demandé si la marque garantissait un produit sans pesticide. Ce n’est pas le cas. L’objectif n’est pas de certifier des techniques de production mais de s’assurer que c’est bien cultivé et fabriqué localement. C’est au consommateur d’aller voir ensuite le producteur s’il a des interrogations sur le mode de culture. Tout le monde ne cherche pas la même chose à travers le produit local : certains veulent du pas cher, d’autres du bio, etc.

Françoise de Roffignac et le président de la Chambre d'agriculture 17, Luc Servant

 

@! : Quelle est la procédure pour les producteurs qui veulent bénéficier du logo + de 17 dans l’Assiette ?

F. de R.: Il faut remplir un dossier que l’on trouve sur le site du département et nous le renvoyer. La commission d’attribution se réunit régulièrement pour statuer. Celle-ci se compose de représentants des différentes instances susceptibles de nous apporter leur lumière : la Chambre d’agriculture, qui connait bien ses producteurs ; la Chambre des Métiers, qui nous apporte son expertise sur les produits transformés ; la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), qui nous éclaire sur les moyens de vérifications de l’origine des produits. A savoir : la marque fonctionne par produit et non par ferme car une exploitation peut tout à fait commercialiser un produit 100% local et pas le reste. Le dépôt du dossier est gratuit, ainsi que l’utilisation du logo. A charge au bénéficiaire de faire imprimer une pancarte et des autos-collants estampillés s’il en a envie.

Un atelier de transformation collectif en projet

@! : La marque compte aujourd’hui 307 produits pour 34 producteurs. Quel objectif vous êtes vous fixé ?

F. de R.: On espère arriver à 1000 produits et 100 producteurs d’ici un an. Grâce à cette mise en valeur, on espère inciter certains à augmenter leur production. La demande des consommateurs ne fait que croître. Les restaurateurs notamment, sont de plus en plus demandeurs, ainsi que les collectivités locales pour leur restauration collective (cantine scolaire, EHPAD).

@! : En 2018, une enquête menée par le Département en 2016-2017 avait justement révélé un vrai besoin des collectivités en matière de produits locaux. Elles soulevaient également une difficulté à se fournir en quantité de façon régulière, ainsi qu’en produits transformés, ou du moins préparés, comme des légumes épluchés. Où en sont les avancées sur ces points ?

F.de R.: Le Département a accompagné la création de plusieurs ateliers de transformation individuels, pour des productions type miels, confitures et conserves. C’est un début, et on mène un gros travail avec la Région là dessus. Pour les ateliers de transformation collectifs, qui pourraient servir à plusieurs exploitants, c’est en cours mais c’est plus compliqué. Nous accompagnons actuellement un projet de ce type en Saintonge Romane, qui rassemblerait une dizaine de producteurs. Le dossier est en cours d’examen à la Région. Si elle apporte son soutien financier, nous pourrons également accompagner le projet. Il pourrait aboutir d’ici un an, peut-être un an et demi avec les difficultés liées au Covid.

Voir la liste des produits estampillés + de 17 dans l'Assiette

 Découvrir la plateforme d'appels d'offres entre collectivités et producteurs de Charente-Maritime

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
5475
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !