Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Climat et finances: le Conseil régional et ses élus courent après le temps

24/10/2018 | Les élus régionaux de Nouvelle-Aquitaine se sont réunis en séance plénière ces 22 et 23 octobre à Bordeaux. L'avenir financier et climatique étaient au coeur des échanges.

Conseil régional Nouvelle-Aquitaine, plénière octobre 2018

Ces lundi et mardi 22 et 23 octobre, il a beaucoup été question du temps et de sa projection, l'avenir, lors de la plénière du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. Un sujet du temps aux multiples facettes, des plus pragmatiques et concrètes aux considérations les plus universelles : le temps de parole des intervenants, le temps venu de souffler les bougies d'une mandature à mi-course et des grandes lignes de sa conduite budgétaire pour les 3 ans qu'il lui reste, le temps de l'urgence climatique réaffirmée à plusieurs voies(et voix) dans l'assemblée... Une course après le temps, souvent source de frustration pour les élus, dans une plénière pourtant assurée sur 2 jours pour près d'une cinquantaine de dossiers abordés.

Le corollaire du temps, sans doute est la patience. Et il en aura fallu aux auditeurs des débats de cette séance plénière... Tant les bisbilles et chamailleries furent nombreux entre élus, sur la question de leur temps de parole mal ou peu respecté par les uns, mais il faut le dire aussi, mal ou peu défini par les autres. Des échanges et interpellations dignes des cours d'écoles que la plupart des élus régionaux, ont pourtant quitté depuis (fort) longtemps. De quoi venir régulièrement polluer les débats pour au total, et sans conteste, faire perdre plus de temps, et d'intelligibilité aux propos qu'autre chose... Pourtant, des dossiers méritant des échanges passionnés sur le fond, plus que sur la forme, la plénière de ce début de semaine n'en manquait pas, et les messages, de part et d'autres de l'assemblée sont, malgré tout, passés.

Dépenses: "un mur infranchissable" en 2021 ?
Sur les orientations budgétaires 2019 présentées par Andréa Brouille, vice-présidente chargée des finances, en même temps que des projections de dépenses et de recettes sur 3 ans, ce sont presque des félicitations que l'on a pu entendre dans la bouche des opposants, reconnaissant la bonne santé financière de la collectivité, « portée par une conjoncture positive en terme de recettes », souligne notamment Olivier Chartier, vice président LR de la Commission des finances. Un opposant qui, à l'image des autres représentants des partis de l'opposition, lâche un « banco !» presque enthousiaste à la proposition de l'exécutif de baisser de 4% les dépenses de fonctionnement de la collectivité... Tout en mettant en doute la faisabilité de la chose, et, à plus long terme, la tenabilité de la stratégie budgétaire régionale à 3 ans, « malgré les efforts affichés ». « Vos objectifs pour la durée du mandat étaient affichés à un taux d'épargne brute de 20% du budget, à une capacité de désendettement contenue dans les clous des 7 années, et d'un investissement à hauteur de 30% du budget. Est-ce tenable ? Votre taux d'épargne brute est à 17% pour 2019, c'est assez inférieur aux objectifs. L'endettement se dégrade de façon constante et inéluctable, et pour 2021 vous nous annoncez une capacité de désendettement à 6,1 années : on sera proche de la barre fatidique des 7 ans. En 2021, l'encours total de la dette sera de 2,8 Mds€, soit 1Md supplémentaire par rapport à la situation initiale. Si l'objectif en 2021 est d'être au taquet de l'endettement et de l'épargne brute, qu'est ce qu'on laissera aux successeurs ? »

Un questionnement et des inquiétudes qu'Alain Rousset dit « partager », tout en soulignant la difficulté de l'exercice que suggère l'élu LR : diminuer encore les dépenses. « Quel arbitrage devons-nous faire ? Je ferme la moitié des lignes de TER ? Je diminue les dotations des lycées ? Quelles politiques dois-je supprimer? »
Du côté du Rassemblement National, « extrêmement dubitatif sur l'objectif inédit de -4% de dépenses de fonctionnement », une partie de la réponse à cette question peut-être trouvée du côté du budget culture, annoncé comme « sanctuarisé » par l'exécutif. Un choix que le parti d'extrême droite dénonce plus que fermement. Pour l'UDI, reconnaissant une santé financière et un fonctionnement « corrects » du Conseil régional post fusion, Jean Dionis souligne tout de même que «les chiffres sont moins bons que la moyenne des autres régions françaises ». Si Alain Rousset concède « le décrochage » au niveau du taux d'épargne brute, "nous restons dans des créneaux acceptables en terme de désendettement où nous sommes meilleurs que la moyenne nationale", pointe-t-il. Quant aux représentants EELV et Génération.s, « satisfaits » des équilibres présentés, ils plaident pour que la Région, à commencer par son budget, prennent « un virage écologique, et sortent des objectifs strictement financiers », en incluant, cite en exemple Nicolas Gamache pour EELV, « un budget carbone régional dans les orientations budgétaires. »

Une séance plénière exceptionnelle annoncée sur le climat
Un sujet climatique et environnemental qui n'a pas échappé au Président de la Région, qui dès son discours introductif annonçait un « engagement politique de la région » dans ce sens, frappé de constater que « le ring est en feu, mais la prise de conscience n'est pas si avérée dans les esprits. C'est une situation affreuse ! ». Un engagement sur le climat qui au-delà, notamment, de l'entente sur l'eau signée à l'échelle du Sud-Ouest il y a quelques jours (voir notre article), ou encore la production des rapports AcclimaTerra commandités par la Région sur les impacts du changement climatique, devrait prendre la forme au premier semestre 2019, « d'une assemblée plénière exceptionnelle dédiée à ces thématiques. Nous devons réfléchir au logement, à l'agriculture, à l'eau... Il nous faudrait pourquoi pas des « territoires hors CO2 » où l'on pourrait mener un certain nombre d'expérimentations en la matière », cite-t-il en exemple. Autre initiative évoquée : « réunir les industriels et les politiques pour un débat sur les technologies critiques et voir comment avancer sur le sujet ».
Si ces propos sur le climat auront été appréciés sur tous les bancs, le thème, a priori fédérateur, aura pourtant provoqué une petite tension au sein de la majorité même. En cause, l'initiative du groupe EELV de proposer à la signature de l'ensemble des élus régionaux un « Manifeste pour le Climat » visant à « une prise en compte ambitieuse de la transition écologique dans l'ensemble des politiques publiques » de la région et « à ne rien lâcher sur l'urgence écologique », détaillait Léonore Moncond'huy, co-présidente du groupe. Mais, le bel élan de fond, s'est fracassé sur une maladroitesse de forme... Le groupe socialiste, à travers la voix de son président Matthias Fekl, dénonçant une proposition trop tardive (arrivée la veille au soir de la séance plénière) empêchant aux autres élus de l'assemblée de prendre part à la rédaction et à la réflexion de ce texte se voulant pourtant trans-partisan. Un désaccord sur la méthode, d'autant plus appuyé par le Président du Conseil régional lui-même, adressant aux élus verts, membre de sa majorité, une remarque brève mais cinglante sous forme de rappel à l'ordre : « Sur le climat il y a donc deux propositions. La vôtre et la mienne ».
Pas de signataires d'élus socialistes donc en bas de ce Manifeste, qui aura au total réuni les signatures d'une quarantaine d'élus des groupes UDI, LR, Radicaux de gauche et bien sûr EELV.

Un budget agricole en hausse
Les questions de la transition énergétique, plus que liées à celle de l'urgence climatique auront pourtant étaient un fil rouge ou presque de cette plénière, avec des délibérations sur l'élargissement du dispositif lié à la rénovation énergétique des logements, une évolution du règlement d'intervention sur les projets participatifs et citoyens pour la transition énergétique, la création du parc naturel du Médoc, ou encore l'adoption à l'unanimité d'une feuille de route « Alimentation, Agriculture et Territoire ». Celle-ci prône une meilleure structuration des circuits courts et l'ancrage territorial des filières alimentaires, en parallèle de l'accompagnement des mutations des modèles de productions agricoles tant d'un point de vue environnemental qu'en terme de maintien de la valeur ajoutée de ces productions à l'agriculteur. Sur ce sujet de la mutation agricole, le budget dédié à l'agriculture, a par ailleurs été annoncé en hausse (de 45 à 62 M€ selon les chiffres cités) pour 2019 à l'occasion du débat des orientations budgétaires, « en échange d'un virage agrobiologique de l'agriculture » a plusieurs fois souligné Alain Rousset.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4634
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !