aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/04/17 : La Préfète se rendra au commissariat de police de Périgueux, le 25 avril à 11 h pour une minute de silence en hommage à Xavier Jugelé, assassiné le 20 avril. La minute de silence sera observée à la même heure dans la Cour d'honneur de la Préfecture.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/04/17 | Gironde: un millier d'hectares pourraient être affectés par le gel

    Lire

    Ce chiffre a été évoqué avec les précautions d'usage lors de l'assemblée générale du CIVB ce lundi à Bordeaux. Le gel a en tout cas touché à des degrés divers le bas sauternais, des secteurs du Blayais et de l'entre deux mers et particulièrement dans la nuit du 20 avril. Une certaine inquiétude persiste puisque des températures très basses sont attendues ce milieu et cette fin de semaine alors que la vigne sous l'effet des fortes chaleurs de ce mois d'avril a accéléré son débourrement.

  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

  • 24/04/17 | Réaction d'Olivier Falorni, député de la circonscription La Rochelle-Ré

    Lire

    Le député de la 1re circonscription de Charente-Maritime s'est montré satisfait des résultats : "Si je devais résumer cette élection en un mot, je dirais : neuf. La vie politique ne sera plus la même.La gauche et la droite ont implosé. Les Français ont montré une volonté de tout mettre en l'air,de bazarder les anciennes pratiques. Macron comme Le Pen sont trangressifs en ce sens qu'ils refusent d'être de droite ou de gauche[...] Les Français ne veulent plus d'une politique de clivages périmés"

  • 23/04/17 | Pyrénées-Atlantiques : le Modem évoque une "belle espérance"

    Lire

    Comme l'a fait François Bayrou, qui estime que la clé du second tour réside dans le rassemblement, le président Modem du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Jacques Lasserre, qualifie de "belle espérance" le résultat obtenu par Emmanuel Macron sur le plan national. Il salue également un projet qui associe "la recherche d'une économie compétitive et un équilibre social sans lequel rien ne peut se construire".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Les Départements de France ressortent de leur congrès sans le sou espéré

08/10/2016 | L'ADF a profité de son congrès à Poitiers pour dénoncer les conséquences de la loi NOTRe sur les compétences des départements

CongrèsADF

Jean-Michel Baylet était attendu de pied ferme par l'Assemblée des Départements de France réunie en congrès à Poitiers de mercredi à vendredi. Mais le ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités locales, est venu les mains vides. Aucune rallonge au fonds d'urgence pour financer le Revenu de solidarité active n'a ainsi été consentie alors que l'ADF (69 départements gérés par la droite, 33 par la gauche) estime qu'une quarantaine de départements seront dans l'incapacité de payer le RSA en fin d'année.

Dominique Bussereau avait annoncé un congrès combatif et de propositions. Ce fut le cas, notamment sur la solidarité (fusion des 10 minima sociaux en deux prestations, aides sociales fiscalisées, référent unique, des droits contre des devoirs, plus de contrôle...) ou sur la ruralité (ingénierie territoriale, exonérations fiscales de zones rurales d'innovation, mini-conseils économiques et sociaux...). Mais à l'issue de ces trois jours, le président de l'ADF n'a pas pu que constater que le gouvernement ne l'avait pas entendu sur les ressources financières des départements.
En accueillant le ministre, il n'a d'ailleurs pas mâché ses mots, regrettant d'abord l'absence irrespectueuse de réponse à l'invitation du président Hollande : « Vous êtes venu dans la fosse aux lions ! Vous venez dans des départements qui ne sont pas contents, qui sont tristes mais bagarreurs. Nous avons le sentiment que la mode est aux régions et que dans le couple, le département est plutôt perçu comme l'amant qui se cache dans le placard plutôt qu'un véritable partenaire ».
Rappelant les chèques en bois que doivent sortir les départements après la revalorisation surprise du RSA ou le coût d'accueil des mineurs étrangers isolés, le président de l'ADF a ensuite rappelé que le congrès avait voté une motion à l'unanimité (acquise difficilement), pour demander en 2016, un fonds d'aide pour les départements en difficultés qui ne soit « pas une aumône » (400M€ minimum). Les présidents de départements avaient également « exigé que le scandaleux hold-up prévu par le Projet de loi de finances (PLF) pour 2017, enlevant 400M€ de ressources aux départements, soit immédiatement abandonné », dans un objectif global de « véritable autonomie financière ».
Baylet réfute les visions alarmistesMais c'est une fin de non recevoir que leur a opposé M. Baylet lors d'un discours où il n'a fait que confirmer des annonces déjà connues, comme le PLF Collectivités en 2018 ou le fonds d'appui porté à 100 M€ en 2018 pour ceux qui souhaitent s'engager dans des politiques ambitieuses d'insertion par contrat avec l'Etat. Si le ministre a admis que le congrès avait « dégagé des points de vue intéressants et des perspectives de travail pour le futur » (disant au passage « préférer cette forme d'expression à la campagne médiatique » de l'ADF fin septembre...), il a aussi dit « regretter l'échec » des négociations sur la recentralisation du RSA alors que l'ADF avait votée à l'unanimité sur cette question à son congrès de Troyes. La salle, plutôt remuante, s'est alors échauffée, certains élus lui renvoyant la question de l'année de référence imposée alors par le gouvernement.
M. Baylet a ensuite poursuivi son propos, soulignant ne « pas partager les visions alarmistes » sur les difficultés financières de certains départements. « Ces difficultés ne datent pas d'aujourd'hui car il y a bien des années que les compensations prévues à l'origine ne sont plus assurées quels que soient les gouvernements et les majorités », a ajouté le ministre avant de s'attirer quelques huées au moment de confirmer que le fonds d'urgence 2016 ne dépasserait pas les 200 millions d'euros, contre 400 demandés par l'ADF... Pas plus de promesse sur l'abandon des nouvelles mesures sur le PLF... « Vous ne nous avez pas entendus, nous le regrettons profondément », a déploré en clôture Dominique Bussereau qui présentera le 2 février au Sénat la série de propositions votées par le congrès, à tous les candidats à la présidentielle (ou leurs représentants). En espérant une plus grande écoute...

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : JD

Partager sur Facebook
Vu par vous
3271
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !