Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : Le 17 octobre à 8h45, la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers organise un forum emploi inversé : les demandeurs d'emploi ont un stand et les entreprises qui sont les visiteurs venant rencontrer les "offreurs de compétences".

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

14/10/19 : La préfète de Région et le préfet maritime de l'Atlantique ont signé aujourd'hui le premier volet du document stratégique de façade maritime Sud-Atlantique, dont ils ont coordonné les travaux. Une 1re dans la gestion des 720 km de littoral.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

07/10/19 : Le prochain congrès des départements de France se tiendra à Bourges du 16 au 18 octobre, avant de faire sa 90e édition en novembre prochain à La Rochelle. Cette année voit célébrer le 230e anniversaire de la création des Départements.

04/10/19 : A partir de lundi 7 octobre, le Département de la Gironde réalise des travaux de mise en sécurité sur la voie verte située sur la RD 809, entre le carrefour giratoire d'Aquitaine et celui du Sauternais. Fin des travaux prévue le 28 octobre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/10/19 | Corrèze: Les limitations des usages de l'eau perdurent

    Lire

    Depuis le 21/09, la Corrèze a connu des pluies régulières mais avec un déficit de pluviométrie de 30% depuis le début de l’année, "l'indice d'humidité des sols reste à un niveau très bas" indique la préfecture qui précise que les mesures de limitation des usages sont maintenues: vigilance sur le territoire de la Dordogne aval, niveau d’alerte renforcée sur le territoire des bassins de la Vézère aval, la Corrèze aval et l’Auvézère, niveau de crise sur le territoire des bassins de la Dordogne amont, la Xaintrie, la Vienne, la Vézère amont et la Corrèze amont, et enfin interdiction d'irriguer sauf cultures dérogatoires

  • 16/10/19 | Les 9 Pactes territoriaux en Gironde: du concret!

    Lire

    Aménagement de la halte nautique de Blaye (200 000 € d'aides), extension du local communal de l’épicerie sociale et solidaire à les Peintures (4 500 €), travaux et équipement numérique des écoles à Guîtres (66 000 €), réaménagement du centre social de Toulenne (50 000 €), aménagements de sécurité et travaux sur la commune de Villegouge (83 982 €), projet d’écosystème collaboratif visant à accompagner les acteurs locaux vers un tourisme durable en Médoc (18 723 €)... Autant de projets soutenus le 14/10 par les élus départementaux lors de la commission permanente et issus des Pactes territoriaux créés avec les acteurs locaux.

  • 16/10/19 | Le documentaire "L'Engrangeur" en avant-première à Tulle

    Lire

    La Chambre d’Agriculture de la Corrèze et Tulle Agglo organisent le 17 octobre à 20h30 au Cinéma Véo de Tulle une projection en avant-première de "l'Engrangeur". Suite à la projection de ce documentaire, initié par l’association La Gaillarde, sur Régis Coudert, un éleveur emblématique de Corrèze, un échange avec le public est proposé sur divers thèmes dont les évolutions dans les pratiques d’élevage, le renouvellement des générations ou encore la consommation & l'alimentation. Entrée libre.

  • 16/10/19 | 9 000 visiteurs pour l'inauguration de Traversées/Kimsooja à Poitiers

    Lire

    Plus de 9 000 visiteurs ont fréquenté l'exposition Traversées/Kimsooja lors du week-end inaugural ce samedi 12 et dimanche 13 octobre. Des oeuvres d'art sont éparpillées dans les lieux importants de la ville de Poitiers comme le palais des ducs d'Aquitaine, lieu phare de cet événement. Visites, performances, ateliers, conférences sont au programme de Traversées/Kimsooja jusqu'au 10 janvier. Prochain temps fort, ce samedi 19 octobre avec la compagnie L'Homme debout, départ place Lepetit à 19h30.

  • 15/10/19 | Le tour de France 2020 passera par la Vienne !

    Lire

    20 ans que la Grande boucle n'était pas passée par la Vienne. La 107e édition du Tour de France passera deux jours dans le département. Une première étape le mercredi 8 juillet ralliera Châtelaillon-Plage (Charente-Maritime) à Poitiers, avec une arrivée avenue Kennedy, 1,5 km de ligne droite. Il s'agit de la plus longue ligne d'arrivée du parcours. Le lendemain, le 9 juillet, les coureurs partiront de Chauvigny pour rallier Sarran en Corrèze.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Congrès des Régions : Édouard Philippe peine à convaincre

01/10/2019 | Lors d'un discours effectué dans le cadre du Congrès des Régions ce mardi 1er octobre à Bordeaux, le Premier Ministre a donné quelques pistes de réflexion aux Régions.

Edouard Philippe Congrès Régions 2019

En visite ce mardi au Congrès des Régions de France à Bordeaux, le Premier Ministre Édouard Philippe, visiblement très attendu sur le sujet d'une nouvelle vague de décentralisation longuement espérée par les régions dénonçant régulièrement le retour d'une "mainmise" de l'État, n'a, au gré de quelques annonces grappillées, pas vraiment convaincus les responsables locaux. Le Président de la Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, n'a pas hésité à évoquer une "déception" et à dénoncer une "forme de procrastination". On vous résume les annonces du chef du gouvernement et l'essentiel des réactions qu'elles ont suscitées.

"Je suis déçu d'être déçu". Ce matin, le président socialiste de la Région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, n'a pas été tendre avec le Premier Ministre Édouard Philippe, qui s'est exprimé ce mardi matin à l'occasion du quinzième Congrès des Régions de France, organisé à Bordeaux les 30 septembre et 1er octobre avec pour thème la décentralisation. Sur la forme, pourtant, il y avait de l'intention vers cette décentralisation du pouvoir national aux collectivités régionales, espérée par tous les chefs de file régionaux ayant précédé le ministre dans sa prise de parole. "J'ai espoir et confiance (...) nous pouvons être à l'âge de la maturité pour concevoir avec les régions une relation non pas en parts de marchés mais en termes de politiques publiques", a répété ce matin le locataire de Matignon à la tribune. 

Développement rural : l'État reprend la main

Du côté des annonces, en revanche, il va encore falloir attendre un peu pour la "troisième phase de décentralisation" tant espérée. Édouard Philippe s'est ainsi dit "favorable" à la tenue d'une concertation trimestrielle entre l'État et les Régions pour renforcer le dialogue et la mise en place des politiques communes. La première devrait avoir lieu en octobre sur le thème de l'agriculture. En revanche, on repassera pour la gestion régionale complète du second pilier de la PAC, consacré à l'aide au développement agricole (le FEADER). "Nous avons retenu l'option du décroisement des rôles pour clarifier les responsabilités de l'État et des régions".

L'État reste donc sur ses positions : aux unes, on laisse les aides non reliées aux surfaces agricoles "parce qu'elles s'apparentent aux aides au développement économique dont vous êtes responsables. Cela correspond à un transfert de 140 millions d'euros de dépenses et près de 400 fonctionnaires". À l'autre, on garde la gestion des "aides surfaciques. Pas pour le plaisir de conserver quelque chose, mais pour assurer une unité de gestion, réduire les délais de paiement et sécuriser le calendrier de versement".

En attendant le cadre stratégique commun que la France doit toujours présenter à la Commission Européenne, le président de la Nouvelle-Aquitaine, ayant récemment dénoncé un "camouflage de Bercy", n'a pas caché sa déception. "Sur les 2,6 milliards d'euros de Crédits Européens pour le développement rural gérés par les régions, l'État va en récupérer un milliard. On reste dans la théorie du rabot. Un pays centralisé ne se réforme pas, il se révolte", a notamment souligné l'élu après le départ du ministre, qui n'a par ailleurs cédé aucune réaction en dehors de sa propre tribune. Seule annonce politique concrète sur le sujet : le lancement d'une expérimentation lancée sur trois régions concernant une régionalisation accrue de la gouvernance de la formation professionnelle au sein de Pôle Emploi, pour identifier les besoins spécifiques en main d'œuvre de chacune et les outils à déployer pour y répondre. 

Formation professionnelle et "confiance" fiscale

Entre deux "peut-être", Édouard Philippe a également défendu la réforme de la formation professionnelle et de l'apprentissage en citant les bons chiffres publiés début septembre par le Ministère du Travail (+8,4% d'apprentis au premier semestre 2019 par rapport à la même période en 2018). Mais pas question de revenir en arrière, et surtout pas de confier à nouveau aux régions la gestions de CFA pour lesquels le gouvernement veut ouvrir les vannes en permettant aux organismes de formation d'en ouvrir. "J'ai la conviction que la réforme va rapidement produire ses effets. On parle de 500 projets de nouveaux CFA depuis le début de l'année, je souhaite que cette bonne dynamique continue d'être impulsée par tous". Tout juste a-t-il octroyé des financements supplémentaires aux CFA, 180 millions d'euros au titre des "capacités d'investissements des CFA", 138 millions d'euros pour "majorer les coûts-contrats" finançant les CFA (des sortes de "quotas" pour les inciter à prendre plus d'apprentis) et 220 millions d'euros au titre du transfert de la compétence aux acteurs économiques. Une dernière enveloppe "qui tire les conséquences en matière de partage des financements vis-à-vis des régions".

Sur le volet purement fiscal, le Premier Ministre a tenté de rassurer au sujet de la réforme en cours visant à supprimer la taxe d'habitation. Une réforme dénoncée par le président de l'Association des Maires de France, François Baroin, comme étant un "acte profond et fondateur de recentralisation. On nous dit que l'impôt ne sera pas remplacé. Mais il le sera par la dette qui sera donc gagée sur les générations futures". En guise de réponse, Édouard Philippe a annoncé que "près de 300 millions d'euros de frais de gestion de la taxe d'habitation seront intégralement compensés". Une dernière possibilité, celle d'alléger la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises pour "stimuler [leur] développement sur tout ou partie de leur territoire" encore agrémentée de conditionnels et autres "un jour, peut-être".
"L'an dernier il est resté sur la berge, au moins cette année il a mis les pieds dans l'eau", a souligné le président de l'Association des Régions de France, Hervé Morin au sujet du Premier Ministre. L'orteil est resté néanmoins timide pour beaucoup de président(e)s de région. La prochaine échéance, celle d'un nouveau projet de loi sur la décentralisation piloté par Jacqueline Gourault, et prévu pour 2020, devrait donc être largement attendue au tournant par les régionaux de l'étape.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2748
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !