Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/12/20 | Irrigation : les interdictions de prélèvement se prolongent avec l'automne

    Lire

    C'est presque exceptionnel pour la saison. La ressource en eau et notamment les nappes souterraines étant à la baisse, le préfet de Charente-Maritime a interdit jusqu'au 15 janvier 2021 les prélèvements d’eau en vue du remplissage ou du maintien à niveau des retenues à usage d’irrigation sur le bassin versant de l’Antenne Rouzille, qu'ils soient à partir de forages en nappe souterraine, de cours d’eau, les plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau.

  • 01/12/20 | Gironde : neuf rencontres pour imaginer la société du futur

    Lire

    Le Conseil départemental de la Gironde organise, jusqu'au 18 décembre, la dixième édition des conseils de territoire. Ce cycle de rencontres met la résilience territoriale au cœur des échanges, dont le prochain se déroulera le jeudi 3 décembre à Bordeaux dès 9h. Crise sanitaire oblige, ce conseil de territoire se déroulera en visioconférence en présence de Jean-Luc Gleyze, Président du Département, Christine Bost, 1ère vice-présidente en charge du développement des territoires et Jacques Respaud, conseiller départemental du canton de Bordeaux 5.

  • 01/12/20 | La fibre se déploie dans les Landes

    Lire

    Le Syndicat d’équipement des communes des Landes (Sydec 40) bénéficie d’un accompagnement financier de la Région Nouvelle-Aquitaine en matière de développement du très haut débit. Le Sydec 40 a fixé définitivement en 2019 le périmètre de la 2ème phase de son action. Lors de la commission permanente du 23 novembre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’aider le Sydec 40 de 10 millions d’euros, sous la forme d’un apport en fonds de concours, pour 61 000 prises supplémentaires.

  • 01/12/20 | Dordogne: Une nouvelle station multi-acteur au BioGNV

    Lire

    Afin d’opérer une transition vers une sortie du diesel, la société Gaz’Up 24 à Boulazac, portée par des entreprises de transport routier comme Doumen ou Sirmet, est chargée de la construction et de l’exploitation d’une station GNV/BioGNV. L’ouverture de cette nouvelle station en Nouvelle-Aquitaine est prévue pour janvier 2021. La Région accompagne ce projet à hauteur de 285 682 euros.

  • 01/12/20 | Creuse : Flayat revitalise son centre-bourgs

    Lire

    Dans le cadre de la revitalisation de son centre-bourgs, la commune de Flayat en Creuse va rénover l’ancien bâtiment de La Poste pour le transformer en tiers-lieu et egalement en faire un lieu d’hébergement touristique. Cette rénovation va bénéficier d’une subvention de la Région Nouvelle-Aquitaine de 36 706 euros, attribuée lors de la commission permanente du 23 novembre dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Conseil d'Etat LGV GPSO: 1ères réactions politiques... de soulagement

11/04/2018 | Dès l'annonce du rejet du recours contre la DUP des LGV au sud de Bordeaux, vers Dax et Toulouse, par le Conseil d'Etat, les réactions ne se sont pas faites attendre du côté des pros LGV.

LGV SEA Tours-Bordeaux - TGV Océane

Ce mercredi 11 avril, suivant les conclusions de son rapporteur, dévoilées le 21 mars dernier, le Conseil d'Etat a rejeté les recours en annulation de la Déclaration d'Utilité Publique des projets de LGV nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, tant sur la forme que sur le fond. Le juge administratif considère en effet que "la procédure suivie a été régulière" et "écarte les critiques fondées sur l’insuffisance de l’évaluation économique et sociale du projet ainsi que sur celle de l’étude d’impact". Selon lui, "l'enquête publique s’est déroulée dans des conditions régulières." Sur le fond, le juge "écarte les critiques mettant en cause l’utilité publique du projet et reconnaît l’intérêt public que présente ce projet pour l’aménagement du territoire". Une décision qui fait réagir.

C'est Alain Juppé, Maire de Bordeaux et Président de la Métropole bordelaise, qui a le premier réagi à la nouvelle du rejet par le Conseil d'Etat du recours qui lui avait été présenté par de nombreuses communes, plusieurs associations ainsi que des riverains du projet.
Dans un communiqué envoyé aux rédactions en début d'après-midi, le maire de Bordeaux « se félicite de la décision du Conseil d’Etat rejetant les recours en annulation de la déclaration d’utilité publique des lignes nouvelles à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. La Haute juridiction a ainsi reconnu non seulement la régularité de la procédure, mais également la validité de l’évaluation socio-économique du projet et son importance pour le développement du grand Sud-Ouest. » Rappelant que la Ligne Océane, qui relie désormais Bordeaux à Paris en 2 heures, « est un succès qui ne se dément pas », il souligne qu'elle a également « entraîné une forte augmentation de la fréquentation, tant pour les destinations intermédiaires et au sud de Bordeaux que pour les TER ».(...) « Elle conforte ainsi l’attractivité de Bordeaux, mais également celle de l’ensemble du territoire régional. La liaison à grande vitesse vers Toulouse et Dax, et, à terme, vers la frontière espagnole, permettra de renforcer cette dynamique. Les habitants l’ont bien compris, puisque, selon le sondage effectué par le quotidien Sud-Ouest, ils sont 80% à être favorables à ces lignes. », rappelle l'élu, fortement impliqé dans la défense de ce projet.
Pour autant, Alain Juppé, en appelle aussi à la prudence : « Si la décision du conseil d’Etat constitue une étape importante, rien n’est encore acquis. La loi de programmation des mobilités, qui doit être votée à la fin de ce semestre, fixera le calendrier de réalisation de ces infrastructures. Les métropoles de Bordeaux et Toulouse, ainsi que les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, ont émis des propositions pour le financement du Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO). Il appartient aujourd’hui à l’Etat de mener la concertation avec les collectivités afin de permettre la réalisation la plus rapide possible de ces liaisons ferroviaires. » conclut-il.

"Plus rien ne s’oppose aujourd’hui à la réalisation de la LGV Bordeaux-Mont-de-Marsan-Dax"

Une responsabilité « historique » de l'Etat qu'ont également mis en avant les grands élus landais socialistes favorables au projet GPSO en tête desquels Xavier Fortinon, le Président du Conseil départemental des Landes. A ses côtés, Elisabeth Bonjean, maire de Dax, présidente du Grand Dax, Renaud Lagrave, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Boris Vallaud, député des Landes, Monique Lubin, sénatrice des Landes ainsi que Eric Kerrouche, sénateur des Landes. A cette liste, aussi, se joint aussi Alain Vidalies, ancien Ministre des Transports, signataire en juin 2016 de la DUP contre laquelle avait été formulé le recours.

Pour ces élus, qui non seulement rappellent que le Conseil d'Etat reconnaît l'intérêt public que présente ce projet, mais aussi soulignent la position de ce dernier quant à estimer « que l’aménagement des lignes ferroviaires existantes entre Bordeaux et Dax mais aussi entre Bordeaux et Toulouse ne présente pas des avantages comparables aux  lignes projetées », la décision de ce mercredi est « une très bonne nouvelle pour la Nouvelle-Aquitaine et les Landes ».
Et l'enthousiasme est en effet de rigueur : « Plus rien ne s’oppose aujourd’hui à la réalisation de la LGV Bordeaux-Mont-de-Marsan-Dax, en direction de Bayonne et de l‘Espagne. Les engagements de l’État doivent à présent être respectés. Le gouvernement est devant une responsabilité historique pour notre territoire. La LGV Sud Europe Atlantique doit être réalisée. Plébiscitée par les habitants de notre région, elle est capitale pour l’avenir des Landes. », insistent-ils avant de poursuivre : «les habitants au sud de Bordeaux ne peuvent en effet rester à l’écart des grandes voies de communication entre le nord de l’Europe et Madrid. Le développement économique et touristique passe par l’aménagement d’une nouvelle infrastructure à grande vitesse. Au quotidien, une ligne nouvelle est indispensable, non seulement pour être mieux relié à la capitale, mais aussi pour mettre en place des réseaux TER performants, offrant une haute qualité de services en termes de temps de parcours, de fréquence et de respect des horaires. »
A l'intention des détracteurs du projet : ils avertissent « Ceux qui veulent opposer la LGV et les trains du quotidien se trompent et trompent les usagers. Seul un système à deux lignes, une ligne classique et une ligne à grande vitesse, offrira la capacité nécessaire pour répondre aux besoins croissants de déplacement des voyageurs. »

Rappelant enfin l'enjeu environnemental d'une nouvelle ligne « pour libérer des sillons et développer le fret ferroviaire afin de remettre sur les rails les 10 000 poids lourds qui franchissent chaque jour la frontière à Biriatou », les sept élus landais, demandent « au gouvernement d’inscrire prioritairement cette LGV dans la prochaine loi d’orientation des mobilités, en maintenant sa réalisation en 2027. »

"Il appartient au Gouvernement de prendre en compte ces conclusions"
Le même ton de satisfaction était affiché ce mercredi soir du côté de la Région Nouvelle-Aquitaine et de son Président Alain Rousset qui dans des termes similaires à ceux des élus landais se félicite que « Plus rien ne s’oppose aujourd’hui à la réalisation des lignes nouvelles Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse. La plus haute des juridictions reconnaît non seulement l’entière régularité de la procédure engagée, mais également toute son importance pour le développement du Sud-Ouest », insistant lui aussi sur la reconnaissance par le Conseil d'Etat de « toute la pertinence de la complémentarité entre ligne classique et ligne à grande vitesse pour répondre à l’ensemble des besoins croissants de déplacements des voyageurs et des marchandises dans une des régions les plus dynamiques de France. »

Même message également à l'égard du Gouvernement : « Alors que les collectivités du Sud-Ouest ont fait la démonstration que le financement de GPSO est possible grâce à des mécanismes fiscaux innovants, il appartient donc dorénavant au Gouvernement de prendre en compte ces conclusions dans le cadre de la Loi de programmation des mobilités, qui doit déterminer le calendrier permettant dès à présent la réalisation de ces infrastructures. »

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Alain Mautaufier

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9785
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !