17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Conseil Municipal de Bordeaux : le social à l'ordre du jour

02/03/2015 | Alain Juppé a détaillé les principaux dossiers débattus ce lundi 2 mars lors d'un Conseil municipal, notamment marqué par l'arrivée d'un nouvel élu.

Le Conseil Municipal de ce lundi après-midi devait porter notamment sur une convention de partenariat entre Bordeaux et la Maison de l'Emploi

"Nous sommes le seul pays européen à ne pas encore disposer d'un réel engagement sur la réduction de la dépense publique", a dénoncé cet après-midi Alain Juppé lors de la traditionnelle conférence de presse qui précède le Conseil municipal de Bordeaux. Un conseil avec un volet social assez marqué, notamment sur le volet des "logements aidés" porté par Alexandra Siarri, qui prévoit deux opérations emblématiques au Bassin à Flots (115 logements) et au Grand Parc (2 programmes de 69 et 34 logements). Détails des principaux dossiers à l'ordre du jour.

La Maison de l'Emploi, créée à Bordeaux en 2006 des suites de la loi de programmation pour la cohésion sociale, qui porte notamment le PLIE (Plan Local pour l'Insertion et l'Emploi) bordelais, va faire l'objet d'une nouvelle convention pluriannuelle avec la ville de Bordeaux. Suite à la baisse des dotations de l'Etat entamée en janvier, le budget prévisionnel de la MDE est passé de 2,5 millions d'euros en 2015 à 1,8 millions en 2015, et a du entamer une forte mutation. La participation de Bordeaux à cette convention reste la même : 638 000 euros, 324 532 € pour l'Etat et 150 000 euros versés au nom de Bordeaux Métropôle (viennent s'y ajouter les collectivités et le Fond Social Européen). C'est l'un des principaux dossiers débattus ce lundi 2 mars dans le cadre du Conseil Municipal de Bordeaux. 

De nouveaux projets de logementsEgalement à l'ordre du jour, le retour de l'initiative du "Ticket Mécène" (achat d'une oeuvre pour la collection d'un musée par les visiteurs eux-mêmes, des partenaires privés, des entreprises et associations). Bordeaux, qui avait lancé l'initiative en 2013, se voit aujourd'hui courtisée par la ville de Chartres, qui souhaite mettre en place le même dispositif pour son muséé des Beaux Arts. Ou encore une restructuration partielle annoncée de l'école maternelle Yser et des travaux au montant revu à la hausse (nouveau préau, salle d'activités et bloc sanitaire, évalués à 250 000 euros, ils en coûteront 282 100) suite à la détection d'amiante. Le Fonds d'intervention local, initié en 2008, doit attribuer une enveloppe aux différents quartiers, en tout 424 102 euros avec un report des crédits ouverts en 2014 (à titre d'exemple, 60 000 euros pour les Chartrons ou Bordeaux Sud, contre 42 300 euros pour Nansouty/Saint Genès). "Nous sommes face à un problème de maintien de l'ordre public dans cette zone. J'ai reçu il y a quelques semaines un collectif d'habitants, des initiatives ont été prises et une nouvelle réunion doit se tenir fin mars", a déclaré le maire de Bordeaux. 

Portés par la délégation de l'élue Alexandra Siarri, les programmes de logements locatifs aidés prévoient la construction neuve par la SEM IN CITE de 34 logements rue Henri Expert et 69 autres au niveau de l'îlot Counord, zones situées sur le quartier du Grand Parc. 90 logements neufs seront également construits par DOMOFRANCE sur la zone du Bassin à Flots. Enfin, 25 autres logements devraient recevoir l'aval du conseil pour une construction sur la ZAC de la Berge du Lac. La ville prévoit enfin la mise en pkace de deux nouveaux appareils échangeurs et récupérateurs de seringues, qui devront remplacer les anciens installés en 1999. La loi Pinel impose aussi une décision sur les commerçants exerçant leur activité sur le domaine public (marchés de Bordeaux). La disposition prévue doit notamment permettre aux commerçants non sédentaires de présenter un successeur aux services de la ville, sur une durée minimale d'activité prévue de 3 ans. "Jusqu'à présent, nous avions toujours refusé cette mesure, jugeant la contribution précaire", soulignait Alain Juppé juste avant la séance. 

"Besoin d'un Etat Fort"Un Conseil municipal, enfin, qui a du tenir compte des nouvelles considérations politiques, après la démission d'Alain Dupouy, conseiller municipal délégué aux relations économiques internationales. Il est remplacé par Gérard Carmona, directeur de la communication de l'Institut Bergonié et 53ème sur la liste Juppé de mars dernier. Le maire de Bordeaux a également réagi à l'interview donnée ce matin par Nicolas Sarkozy dans les colonnes du Figaro. A 3 semaines du scrutin départemental, l'ancien chef de l'Etat a abordé un panel politique désormais traditionnel : les impôts, le chômage ou encore la croissance, mettant en exergue un certain nombre d'idées et de propositions. "J'y retrouve beaucoup de choses que j'ai déjà dit au Figaro Magazine", a souligné Alain Juppé avec pointe d'ironie. "Rien ne m'a choqué. Mais il est certain qu'on ne doit pas céder à la pression médiatique, le contexte politique peut changer en 8 jours. On dit beaucoup que l'UMP n'a pas d'idées, mais la plupart des propositions de Sarkozy sont convergeantes. Sa position est claire : il a défini le FN comme étant son adversaire prioritaire, tout comme je l'avais fait lors d'un discours à la Mutualité". 

Au niveau de la croissance, le président de la Métropôle a réaffirmé une condition pour qu'elle reparte à la hausse : "réduire la dépense publique. Aujourd'hui, 58% de la production nationale, c'est de la dette. Elle représente même près de 100% du PIB. Cela ne peut pas se prolonger. Nous sommes le seul pays européen sans réel engagement sur le sujet. Avec la politique actuelle, il est impossible d'arriver à 3% en 2017. Le gouvernement fait peser tout ça sur les dépenses publiques (baisse des dotations pour les collectivités) mais en même temps, il met en place une réforme des régions qui, au final, coûtera plus cher. Nous avons laissé en chemin les réformes des retraites, de lutte contre le chômage, des prestations sociales, ce qui fait qu'aucune réforme difficile de fond ne se fait à part quelques apostilles dans la loi Macron". 

Un non engagement de l'Etat déploré aussi pour le cas des réfugiés Sahraouis qui logent sous le pont Saint-Jean. "Nous avons besoin d'un Etat fort. Ces personnes sont en situation irrégulière, c'est à l'Etat d'assurer ses responsabilités. Pour l'instant, ils sont acceuillis dans un gymnase de la ville, mais ce n'est pas une situation pérenne. On ne peut pas continuer à débouter les personnes du droit d'asile, mais on ne peut pas ne pas faire respecter les obligations", a souligné Alain Juppé. En campagne de soutien à la liste "Gironde Positive" conduite par Yves d'Amécourt, le maire de Bordeaux semble avoir trouvé une nouvelle vitesse de croisière pour le scrutin des 22 et 29 mars. A échéance plus lointaine, selon un sondage Viavoice à paraître mardi dans Libération, 48% des français pensent qu'il ferait un bon Président devant Manuel Valls (40%) et Nicolas Sarkozy (37%). 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5380
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !