Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du PS de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux. Ce rassemblement est devenu au fil des heures un "Front républicain"

19/02/19 : Concert du pianiste Fazil Say à l'Auditorium de l'Opéra de Bordeaux les 21 et 22 février. Au programme : le Concerto n° 21 de Mozart mais aussi sous la direction musicale de Paul Daniel, l'ONBA jouera la nouvelle symphonie du pianiste baptisée "Hope"

18/02/19 : Dans la nuit de samedi et dimanche 500 hectares sont partis en fumées au dessus des vallées de Saint-Jean-Pied-de-Port et de Saint-Etienne de Baigorry, premiers résultats récurrents des écobuages traditionnels. Ils ont été interdits jusqu'à ce jour.

18/02/19 : La ville de Poitiers appelle à un rassemblement contre l'antisémitisme et le racisme le mardi 19 février à 19h place Leclerc.

18/02/19 : Charente-Maritime : Saint-Jean-d'Angély organise son grand débat national le vendredi 1er mars à 18h, salle Aliénor-d’Aquitaine. Cette réunion d’initiative locale aura pour thème « Vers une nouvelle ruralité », en présence du député J-P Ardouin.

18/02/19 : Charente : Frédérique Bredin, Présidente du CNC, se rendra au Pôle Image Magelis à Angoulême demain, pour aborder notamment les questions du crédit d’impôt international qui favorise les tournages de films étrangers en France.

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/02/19 | P-A : attention maximale au ski

    Lire

    Alors que la saison de ski bat son plein, les services de l'État se mobilisent. Ainsi, ces derniers lancent la campagne "Pour que la montagne reste un plaisir", dédiée à la sécurité sur les pistes et les règles de bonne conduite à respecter sur les domaines skiables. La Préfecture des Pyrénées Atlantiques organise dans ce cadre deux journées de prévention les 20 et 21 février sur le domaine skiable de Gourette. Les journées sont ouvertes aux skieurs de tous âges.

  • 20/02/19 | Convention entre les Deux-Sèvres et Ciments Calcia SAS

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres et la société Ciments Calcia SAS viennent de signer une convention pour l'aménagement d'accès à une future carrière d'argile, la carrière d'Amailloux sur la RN 149. La société Ciments Calcia SAS est ainsi chargée des travaux qui consistent en l'aménagement d'un giratoire et d'une route d'accès à la carrière, au niveau de la RD 327 et de la RN 149.

  • 20/02/19 | EDF simplifie la vie

    Lire

    EDF lance IZY by EDF, une plateforme permettant d’accéder aux services du quotidien. Que ce soit pour des petits travaux ou des projets de rénovation plus importants, IZY by EDF s’adresse à tous, particuliers comme professionnels. Présent dans 8 agglomérations en France, ce service arrive à Bordeaux et dans ses alentours. Un accompagnement gratuit à chaque étape du projet est proposé par IZY au travers de ses conseillers spécialisés. Plus d'infos

  • 20/02/19 | BMQ : deux porte-paroles nommés

    Lire

    L'association Bordeaux Métropole des Quartiers s'est réunie le vendredi 15 février dernier. Le séminaire était organisé dans le but de définir la marche à suivre pour les semaines à venir. BMQ a ainsi décidé d'amplifier son travail de fond, annonçant l'arrivée cet été d'un ouvrage sur les grands enjeux de la métropole. L'association a également nommé deux nouveaux porte paroles. Il s'agit de l'avocate Anne Cadiot-Feidt, et de Marc Langlois, fondateur du cabinet de conseil DOO.

  • 20/02/19 | 2ème édition du mois de la reliure à Pau

    Lire

    La Bibliothèque Patrimoniale de Pau propose 4 rendez-vous en mars à l'Usine des Tramways pour faire découvrir à tous l'art de la reliure. Après le succès de la 1ère édition, cette année le but est de découvrir les étapes de fabrication d'un livre et les techniques de réparation des œuvres abîmées. Les samedis 2, 9, 16 et 23 mars dès 15 h, des activités et visites seront ainsi organisées. Inscriptions au 05 59 98 78 23 ou par mail à patrimoines@agglo-pau.fr. Places limitées à 15 par séance, 10 pour le 23 mars.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Conseil régional : "le train et la rigueur"

15/12/2018 | 917 millions, c'est le montant en euros qui devrait être dédié aux investissements dans le prochain budget du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.

accord région SNCF

Le mois de décembre est toujours sensiblement plus chargé que les autres pour les arènes politiques. Celle du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine n'échappe pas à la règle. Ces lundi 17 et mardi 18 décembre, elle discutera, entre autres dossiers, des premières orientations de son budget pour 2019 mais aussi de sa nouvelle stratégie ferroviaire, entre promesses de performances de la SNCF actées et souhait de développer ce fameux réseau ferroviaire métropolitain que le nouveau syndicat mixte intermodal appelle, en plus de la création d'un ticket de transports unique, de ses voeux. Mise en contexte des prochains débats de l'hémicycle régional.

Cap sur l'investissement
L'un des plus gros dossiers qui sera analysé ce lundi en plénière des élus du Conseil régional, c'est celui du budget 2019. Il est de 3,170 milliards d'euros et ses orientations ont leur importance puisqu'il s'agira du premier budget voté depuis la contractualisation des collectivités avec l'Etat pour assurer le plafonnement de l'évolution de leurs dépenses de fonctionnement (+1,2% par an). Ces dernières progressent ainsi de 2% (2,126 milliards d'euros en 2019), auquels il faut enlever les fonds européens (25,2 millions d'euros) et un plan dédié à la formation (35,7 millions d'euros). "Il y aura deux lectures du budget 2019. Quand ces fonds là seront retraités, on arrivera à une quasi-stabilité des dépenses de fonctionnement, à -0,5%", précise ainsi Andréa Brouille, vice-présidente adjointe au finances. Les crédits de la Nouvelle-Aquitaine se concentrent donc sur l'investissement : 917 millions d'euros, soit 30% du budget.

Parmi la vaste palette d'investissements réalisés, on peut noter la volonté de renforcement de l'accompagnement des PME/ETI vers l'innovation (100 nouvelles entreprises dans le programme "Usine du Futur", 35 nouvelles entreprises dans l'accélérateur de croissance, 500 PME accompagnées pendant un an dans le cadre du programme Croissance Premium et l'accompagnement de 135 projets de start-up sont ainsi déjà planifiés). Pour aider les entreprises, la Nouvelle-Aquitaine réfléchit également à deux fonds : l'un pour financer l'accès au crédit (comme celui récemment mis en place pour les agriculteurs) et faciliter la transformation des PME et le second pour servir de fonds d'investissement, 150 millions d'euros dirigés en fonds propres vers les entreprises. Ces deux initiatives devraient arriver dans les premiers mois de 2019. Mais les entreprises ne sont pas les seules visées par les investissements régionaux : la transition énergétique (TIGA Vitirev, fonds Alter'NA ou création d'un Programme régional d'efficacité énergétique), la formation (avec l'objectif de former 60 000 personnes contre 40 000 en 2018, par l'intérmédiaire des 1,15 milliards d'euros engagés sur une nouvelle stratégie de formation professionnelle), les lycées (plan de rénovation 2017-2021 de 1,2 milliards d'euros) ou les territoires (revitalisation des centre-ville).

Une "rigueur" trop prononcée ?
Avant même que les débats en plénière ne soient ouverts, le Conseil Economique, Social et Environnemental de la Région Nouvelle-Aquitaine (CESER), réuni en séance le 13 décembre dernier, s'est montré plutôt critique à l'égard de ce budget primitif. Ses membres ont incité la région à "ne pas oublier les difficultés d’une part croissante de la population néo-aquitaine et à ne pas s’en tenir aux seuls indicateurs économiques jugés encourageants. La maîtrise des dépenses de fonctionnement et la préservation de la capacité d’épargne pourraient permettre une mobilisation plus importante de l’emprunt dans des projets d’investissement, sous réserve que le taux de leur réalisation soit amélioré", poursuit le Conseil, tout en posant la question d'un budget "trop rigoureux face aux défis qui s'imposent à nous". Il déplore une baisse des financements dédiés à l'enseignement supérieur -23%, une baisse de -30% sur le budget dédié au logement pour les jeunes ou encore une enveloppe faible pour la stratégie foncière régionale (878 000 euros).

Cette rigueur a en tout cas été prise "comme un hommage" par le vice-président en charge du développement économique, Bernard Uthurry, qui ajoute que la rigueur "est synonyme de sérieux, pas d'austère". Andréa Brouille, elle, estime que même si "cette maîtrise des dépenses inquiète parfois, il faut aussi regarder de plus près certaines réalités. Nous allons mettre 33 millions d'euros supplémentaires dans le PPRI des lycées, par exemple. Cette rigueur, c'est aussi pour être ambitieux au niveau de l'investissement. On remet les crédits au plus près des réalités de nos chiffres de 2018. On a cette impression de baisse, mais il n'y a eu ni ni coupe ni abandons de politiques. On se remet dans la réalité par rapport aux surestimations qui auraient pu être faites, parfois pour aller plus vite mais aussi pour éviter un phénomène de hausse superficielle".

Ferroviaire et RER
Au-delà du budget 2019, cette plénière sera aussi l'occasion pour le Conseil régional de se pencher plus en détail sur la desserte ferroviaire, qu'elle soit régionale ou métropolitaine. D'abord, elle va acter une nouvelle convention 2019-2024 avec SNCF Mobilités avec pour objectif d'améliorer l'offre ferroviaire, la dernière expirant le 31 décembre prochain. Après des négociations plutôt rudes, les grandes lignes permettent d'en deviner les ambitions : objectif de diviser par deux le nombre de trains en retard et d'arriver à 95% de régularité en 2024, objectif de création de l'offre ferroviaire d'au moins +8% (soit 60 TER par jour) faute de quoi une pénalisation (1,50 euros par train et par kilomètres en dessous des 5%) sur chaque étoile ferroviaire sera appliquée à l'opérateur, un engagement sur le maintien du niveau de service voté par la Région en novembre 2017 sans aucune réduction du nombre de gares ou de guichets et enfin la mise en place d'un "fonds de garantie voyage" favorisant l'indemnisation des abonnés annuels en cas de "service trop dégradé". En interne, le contrat impose une maîtrise des charges et des efforts de productivité pour SNCF Mobilités, ce qui se traduit par une baisse visible du montant de la contribution régionale au déficit d'exploitation des TER, passé de 170 millions d'euros en 2003 à plus de 310 millions d'euros en 2018. La convention vise également une "reconquête commerciale des usagers" (+24% de recettes entre 2018 et 2024 "sans activer de levier sur les tarifications", autrement dit sans que les billets coûtent plus chers aux utilisateurs. Malgré ces contraintes supplémentaires imposées à la SNCF (qui ne sont, du moins dans le discours politique, pas une nouveauté), 299 millions d'euros ont tout de même été inscrits au budget 2018 pour l'exploitation des services ferroviaires sans compter "les investissements et la conciliation", dans un parc qui a gagné +9,8% de fréquentation en 2017 (contre 4,3% pour la moyenne nationale) et 38% d'abonnés en plus pour la rentrée 2018, avec une pontualité de 90,2% ces six derniers mois.


La région Nouvelle-Aquitaine votera, toujours lors de ce conseil, une délibération qui devrait être partagée avec les élus de Bordeaux Métropole, actant l'intention des deux collectivités de mettre des chiffres, des études et une réalité derrière le projet de RER métropolitain, revenu dans les débats politiques depuis plusieurs mois. Les objectifs affichés par la région sont simples : des dessertes ferroviaires plus fréquentes sur la métropole (avec des aménagements prochainement listés dans un "schéma directeur du noeud ferroviaire de Bordeaux"), augmenter la fréquence des TER périurbains "à plus court terme" (avec une réouverture de la gare de la Médoquine à l'horizon 2023 "en maintenant la pression sur SNCF Réseau afin que ce calendrier soit tenu voire accéléré") et enfin développer le réseau routier, avec une première ligne de cars express entre Bordeaux et Créon prévue pour septembre 2019. La Nouvelle-Aquitaine rappelle ainsi les efforts déjà réalisés depuis 2002 dans les arrêts de trains à l'intérieur de la métropole : leur nombre est ainsi passé de 189 en 2002 à 606 en 2018, avec notamment la création de nouvelles haltes sur Mérignac (Arlac) et Cenon.


Mais le réseau express métropolitain, déjà dans les plans du nouveau syndicat mixte des transports, vise à renforcer cette offre dans des gares régulièrement pointées par les maires des communes de la métropole pour leur sous-utilisation. Le schéma qui sera discuté en plénière dessine ainsi les premières grandes orientations officielles de ce RER métropolitain, qui prévoit même d'en dépasser les frontières. Dès l'automne 2019, il est ainsi prévu d'expérimenter l'acceptation des tickets de transport du réseau TBM à bord des trains circulant sur la voie de ceinture (entre Macau et Bordeaux Saint-Jean). Pour 2020, la région prévoit les premières dessertes TER entre Libourne et Cestas, une sensible augmentation de la fréquence des TER périurbains et des nouveaux "services express routiers". La nouvelle halte du Bouscat-Saint Germaine envisage une mise en service l'année suivante, suivi d'un terminus à la gare de Saint-Mariens en 2024, de liaisons directes entre Libourne et Arcachon en 2025 et entre Langon et Saint-Mariens en 2028. Enfin, le schéma directeur du noeud ferroviaire de Bordeaux, en cours d'élaboration avec SNCF Réseau, envisage déjà la création d'une troisième voie entre Hourcade et Saint-Médard d'Eyrans. La Nouvelle-Aquitaine compte également, pour l'aider à financer ce vaste plan courant sur les dix prochaines années, sur la future LOM (Loi Orientation Mobilités), présentée en conseil des ministres fin novembre dans une version sensiblement recoupée. Les débats des élus régionaux devraient, à coup sûr, l'évoquer...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3669
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
ROGER | 17/12/2018

Bonjour,
Article très intéressant. La réouverture de Talence Médoquine, à deux pas de la Fac est un plus est un plus. Comment a-t-on pu fermer cette gare ? Peux t'on imaginer un vrai tram-train léger sur une relation Talence-Médoquine-Ravezie (avec desserte toutes les 10 mn ou au 1/4 d'heure par exemple) qui serait un bel axe périphérique avec plusieurs connexions tram. Des nouvelles de la ligne du Médoc ?
Bonne journée,
Michel ROGER

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !